- LIVRES JUIllet 2017 -
 
 


 

Des beaux refuges dans les arbres

Aussi loin que l’homme est apparu sur Terre, il a senti parfois par curiosité ou nécessité, de trouver refuge au sommet des arbres. Et beaucoup d’enfants ont eu ce privilège de pouvoir retrouver une intimité dans leur espace privé niché entre les branches, la plupart du temps dans des cabanes construites par le paternel. Philip Jodidio leur consacre un volumineux bouquin intitulé Maisons dans les arbres. Tout un travail de recherche. Et vous verrez la multitude d’habitats possibles dans les cimes des arbres, même des hôtels! Vous avez bien lu. Certains de ces espaces disposent même de beaucoup de commodité. Et les réalisations vont de parfaits inconnus jusqu’à des designers en renom. C’est l’imagination au pouvoir.

Maisons dans les arbres. Philip Jodidio. Taschen 531p. 


 








 

Le coin couture

Une jolie cuvée avec sept arrivages qui vous amènent chacun dans des domaines de créativité forts différents. Un bel exemple nous en est donné avec Le guide du Cosplay de Nikita Cosplay dont on mettrait notre main au feu que c’est un pseudonyme. Le cosplay qui est ce loisir qui se consiste à concevoir ou simplement porter des costumes de personnage de fiction. L’office québécois de la langue française a même francisé le mot par celui de « costumade ». Chez les jeunes, cette activité fait un tabac. Et on n’a qu’à voir les salons spécialisés dans les événements de personnages de science-fiction, venant des « comics » ou de la télé pour lesquels des foules de jeunes et moins jeunes s’amènent dans les attributs vestimentaires de leur héros. L’album qu’on vous présente ici, édité chez Mango, est un guide sur comment fabriquer ses costumes, et autres accessoires. Ce titre de par son thème est assuré de figurer parmi les best-sellers.

Aux éditions marie-claire, Clémentione Lubin lance J’apprends à coudre à la main. Nécessitant peu de matériel, et c’est un des grands mérites de livre didactique, vous pouvez vous lancer dans la confection d’une foule de choses dont, outre des vêtements, des accessoires de mode et des objets de décoration. On propose 17 modèles allant des tailles 36 au 44. Et au total l’enseignement se s’échelonne sur 30 leçons graduelles.

 Les cinq autres titres sont aux éditions de saxe. D’abord Accessoires en folie à réaliser soit au crochet et ou au tricot. Vingt-neuf modèles en montre à travers des plaids, des châles, des bonnets et des écharpes. Avec pleins de graphiques pour tracer la voie et vous éviter de faux pas. Et si vous voyez la jeune fille sur la couverture, on peut concevoir le genre de folies à faire jaillir de vos doigts et qui seront uniques.

Et puisqu’il est question de crochet, les enfants ne sont pas en reste. On a pensé à eux dans la tranche d’âge de  3 à 10 ans. Mini-dressing pour enfants  imaginé par Zess qui a son propre blogue où elle dispense généreusement son savoir-faire. Qu’ils sont mignons ces tout-petits dans leurs beaux vêtements faits de matières enveloppantes et qui gardent au chaud. Des oripeaux aussi qui respirent.

La nippone Yukari Nakano est bien dans cette culture japonaise du vêtement qui fait place à la simplicité et qui permet au corps d’évoluer à son aise. Ce peut-être une simple blouse blanche avec une jupe grise à plis. Si vous avez envie de faire de même et home made, voyez ce qu’elle nous montre, nombreux patrons à l’appui dans Vêtements simples & faciles au féminin. Des basiques essentiels d’une garde-robe prête pour parer à toutes les situations de la vie sociale. On pourrait presque dire une mode zen.

Et pour les amateurs de décorations de type Quilt, un collectif de seize créateurs ont réuni leurs talents pour un album nommé Quilt country. Qui célèbre des créations printanières, inspirées pour beaucoup du monde de la nature, notamment de charmants animaux. Qui complète les autres correspondants aux autres saisons éditées.  

Cartonnage brodé est coréalisé par Marie Suarez et Rinske Stevens. Il est dans la foulée du précédent bouquin avec cette tendance Quilt. En somme c’est de se servir de cartons que l’on enrobent de coutures diverses, assez souvent de dentelles comme garnitures pour les rebords de vos petites boîtes fourre-tout. C’est fou comme on peut produire une foule de choses, qui sont autant de cadeaux personnalisés à offrir, ou se gâter soi-même. Vous avez en prime des patrons explicatifs.


 








 

Le coin de l’art visuel

Six titres vous permettront de peaufiner votre habileté à dessiner puis peindre. Le premier est publié chez Mango et est de Soizic Mouton qui au lieu de demander comme le Petit Prince qu’on lui dessine un mouton, tel son patronyme nous interpelle avec Dessine-moi un arbre. Et c’est vrai que c’est un sujet foisonnant tant la flore offre de diversité. Chaque fleur ou plante commence par un dessin de base, structurel qu’on vient enrichir d’ornementations. Dans le genre c’est très bien fait et on peut progresser avec sa méthode très rapidement. Un peu comme le faisait chez nous dans un temps ancien le Frère Marie-Victorin, fondateur du Jardin botanique de Montréal, qui dessina lui aussi ce qu’il voyait dans la nature et qui donna cette bible « La flore Laurentienne ».

Les cinq autres titres sont aux éditions de saxe. S’il y a un livre de dessins rigolo comme tout c’est bien Cartoon academy drôle de têtes de Chris Hart. Souvent, sans même avoir de prétention en dessin, on a envie de griffonner des têtes amusantes, des têtes de Turc. Eh bien la beauté de l’exercice qu’il nous offre, c’est de reproduire nos folies enfantines, avec des faciès sommaires mais qui nous touchent par les expressions qu’il attribue à ses créations. Ce peut-être aussi une base pour ceux qui se destinent à la BD.

Pour l’album suivant ce n’est pas compliqué du tout. En effet, Dessiner les chats au stylo à bille ne requiert que ce dernier accessoire, du papier et en suivant les instructions vous parviendrez à rendre les gestes des minous, minets et tutti quanti. Et puis qui ne craque pas pour ces gentils petits félins. Vous pouvez vous servir de cet ouvrage pour entraîner vos enfants à faire de même.

La couverture du Guide visuel des nœuds chinois de Cao Haimei est tramée de rouge telle cette couleur qui annonce la prospérité. C’est un art ancestral qui a préfigurée en Chine l’écriture. Ces nœuds servaient d’aide-mémoire ou de moyen de communication. Vous connaissez les asiatiques, tout est dans le détail. Ici on offre cent modèles à confectionner, mais ça explose de tant de couleurs qu’on a l’impression qu’il y en a davantage. Ils peuvent servir à des côtés pratiques ou simplement comme parement ornemental.

Le dernier album Patine & effets de matière augmente le coefficient de difficulté car on entre ici dans un univers de pur raffinement. Produit par Mireille Cardon il va intéresser au premier chef ceux et celles qui ont un goût pour la restauration ancienne, que ce soit le bois ou les tissus. Avec des techniques éprouvées, elle nous montre comment peindre des motifs sur les tissus de fauteuil, avec des résultats tels qu’on pouvait les voir sur le mobilier au temps des rois Bourbons. C’est du grand art auquel on est convié. Mais tout s’apprend et vous avez en la pédagogue le prof par excellence rompue à toutes ces techniques qui en font une artisane de renom.


 




 

Le coin Miam miam

Nous aimerions tous être invités chez Audrey Doret qui doit être une hôtesse remarquable, rien qu’à parcourir sa Soirée cocktails & amuse-bouches qu’elle lance chez l’éditeur marie-claire. De quoi organiser des 5 à 7 dont on aurait le goût qu’ils se prolongent jusqu’à 22 heures, tellement les propositions sont alléchantes pour le palais, avec des canapés qui sortent vraiment de l’ordinaire comme ces petites crêpes de truite fumée ou les pommes de terre grenaille dont la farce comprend du hareng, affolant pour les pailles. Puis vous avez des classiques côtés cocktails tel le metropolitan, variante du cosmopolitan que l’on connaît bien. Et même si ce n’est pas pour une réception, vous allez là plein de petits trucs pour se faire des en cas pour soi-même.

Comme dame nature, surtout au Québec est si capricieuse et qu’on ne parvient plus à déguster fruits et légumes en saison, vaut mieux, et c’est la solution toute trouvée, faire des conserves. Comme le faisait nos aïeux qui étaient prévoyant. En plus on fait des économies et on a aussi toujours de quoi nous dépanner dans la réserve. Mais la conservation des aliments est quasi un art. Pour trouver les données nécessaires à leur réussite, voici Le traité Rustica de la conservation qui est une bible en soi. Ce gros pavé vous dit tout sur les techniques appropriées.

Aux éditions de saxe c’est L’art de la table au fil des saisons coécrit par Margaux Basseville et Mathilde Raoult. Ce n’est pas un livre de recettes, mais si on l’a logé sous cette rubrique c’est qu’il contient des notions de mise en place de la table qui vont donner du relief à vos plats. Car n’a-t-on pas dit que le plaisir des yeux fait déjà la moitié du travail en gastronomie. Et une table bien montée quand à la disposition des accessoires, des fleurs notamment, va très bien prédisposer au rituel du bien manger.

Chez Mango Pierre-Louis Viel et Valéry Drouet présentent dans la collection 1 produit=2   recettes « As de la plancha ou Roi du barbecue ». Le principe du bouquin est le suivant, deux façons d’apprêter un produit à la plancha ou au grill. Exemple le rouget. Qui peut-être décliné grillé farci à la tomate et aux olives ou en filet « snacké » au condiment citron.Pareil au maquereau si on demeure dans le domaine du poisson, présenté grillé à la moutarde et au lard ou encore en shitaké sauce teriyaki. Autant de délices pour la belle saison.

Et pour couronner le tout et indispensable pour la personne qui veut devenir un as du barbecue, fiez vous à Raphaël Guillot qui chez l’éditeur Mango offre le livre de référence pour qui veut cuisiner de la sorte Super barbecue. Ce français nous fait un clin d’œil avec son entrecôte aux épices montréalaises. Mais on ne se limite pas qu’au noble bœuf. Vous avez des pommes de terre grillées avec par-dessus de savoureuses tranches de fromage. Puis les gambas mojito. Bref vous avez de quoi faire chavirer vos convives dans votre cour arrière et faire saliver d’envie vos voisins par les fumets qui se dégageront du grill.


 


 

Dans une tonalité à la Kerouack

Un titre sort chez cette petite maison d’édition sympathique Annika Parance Éditeur, qui fait bien les choses. A preuve ce dernier opus Cardinal song de Vincent Giudicelli. Le narrateur travaille à l’Agence nationale pour l’emploi et c’est là qu’il va faire la rencontre de Marie. Pour qui il a un attachement subi. Cette femme est une âme meurtrie sur deux pattes, qui se complexifie la vie à l’infini et se faisant des mondes dont l’homme qui se veut son protecteur, tente de l’arracher. Le romancier portraiture aussi une galerie de personnages en orbite autour de Marie. Bref, c’est une première entrée en littérature et surveillez-le, car cette incursion est prometteuse.

Cardinal song. Vincent Giudicelli. Annika Parance Éditeur 272p.     www.apediteur.com


 


 

Quand votre grand-père fut le commandant d’Auschwitz, quel héritage!

C’était un titre attendu par notre rédaction car nous en avons deux ou trois parmi nos collaborateurs férus pour tout ce qui concerne le Troisième Reich. Et pensez donc, les souvenirs de Rainer Höss petit-fils de Rudolf Höss le sinistre commandant du camp d’extermination d’Auschwitz où périrent un million et demi de personnes. Il n’a pas connu ce grand-père sinon qu’il a conservé son sulfureux patronyme. Ce qui lui a valu de répondre mille fois à la question « serait-tu parent avec ? ». Il a donc décidé d’aller de l’avant et de récolter des témoignages de ceux qui l’ont côtoyé. Le commandant vivait dans une superbe villa à l’orée du camp, séparée par un muret. Avec sa femme, rigide comme tout jamais un sourire, et leurs cinq enfants, cet enclave était aux dires des enfants un véritable paradis avec toutes les commodités, table bien garni, alors qu’à côté les détenus périssaient de la faim, domestiques, chauffeur et le reste. Si la mère était distante avec les enfants, le père était tout ce qu’il y avait d’affectueux, un modèle même, alors que dans le camp il symbolisait la terreur. C’est un ouvrage fascinant en études psychologiques. Le petit-fils essaie de comprendre ce qui pouvait bien animer ce SS. On se rend compte que d’allure ordinaire, peut se cacher un monstre technocratique qui a subi l’ablation du cœur. Fascinant est ici un euphémisme. Ça nous en apprend beaucoup sur la nature humaine.

L’héritage du commandant. Le petit-fils du commandant d’Auschwitz raconte. Rainer Höss. Notes de nuit 225p.    


 


 

Un père fou d’armes à feu

Si vous aimez les grandes étendues américaines, les westerns, les gangsters et quoi encore, vous allez dévorer d’une traite Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley. Le Samuel en question est totalement dingue des armes à feu. Son instrument de prédilection pour commettre plein de larcins. Et comme le crime ne paie pas, ou du moins de sa vie, il finira criblé de balles. Mais auparavant il aura eu le temps de faire partager sa passion à sa fille Loo. Et qui possédera les gênes de son papa. Et il y a aussi que la fille sera en quête de sa mère morte tragiquement à peine après qu’elle soit née. Donc vous avez deux histoires pour le prix d’une. Et quelles histoires. L’écrivaine Hannah Tinti rythme bien sa narration avec la dose d’adrénaline pour ces personnages qui carburent intensivement.

Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley. Hannah Tinti. Gallimard 439p.


 


 

Un prof sans pareil pour raconter Byzance

Si on enseigne si peu l’Histoire c’est que beaucoup des profs qui s’y sont essayés étaient si ennuyeux que ce ne sont pas les étudiants qui ont regretté la disparition d’un tel cours au programme scolaire. Et pourtant. S’ils avaient un enseignant du type de Pascal Dayez-Burgeon qui s’est donné le défi, lui le spécialiste des Corée de nous raconter avec vivacité l’empire millénaire de Byzance présenté souvent comme un sujet ennuyeux. Et bien il est drôle en diable le professeur qui dans un chapitre se permet des blagues comme celle voulant que les papes sont comme le savon, ils font des bulles. Et de déboulonner bien des préjugés sur cette civilisation assise entre les deux chaises de l’occident et de l’orient.

Byzance la secrète. Pascal Dayez-Burgeon. Perrin 318p.    www.editions-perrin.fr


 


 

Une vie de Trintignant

En fait c’est de plusieurs vies dont il faudrait parler tant cet acteur mythique du cinéma français a eu une vie d’une rare intensité. Il a aujourd’hui 86 ans. Un âge qui commande le respect. Et l’hommage lui est bien rendu par Philippe Durant avec cette biographie enlevante. Celui de films culte comme « Et Dieu créa la femme » de Vadim et « Un homme et une femme » de Lelouch sans compter et sans compter plus récemment « Amour » de Michael Hanneke. Tout est bien narré de son enfance, sa formation, ses amitiés professionnelles. Des temps forts de sa vie comme lorsque Bardot, en véritable Amazone le plaqua pour un autre et la mort bien sûr tragique de sa fille Marie qui allait provoquer chez lui un coup de vieux. On peut dire sans se tromper que c’est un ouvrage de référence. Avec une biblio graphie complète en toute fin.

Jean-Louis Trintignant. Philippe Durant. First 375p.    www.editionsfirst.fr


 


 

Tout sur la mythique émission de télé britannique Doctor who

A part une brève interruption, la télésérie de science-fiction de la BBC Doctor who est à l’antenne depuis…54 ans! Un record mondial. Et dire que les têtes pensantes de la télévision britannique, en cette année 1963, ne pensaient qu’à une petite émission de type futuriste pour meubler les samedis après-midi. C’est devenu une émission culte. Qui en terme de passion chez ses fidèles, se comparerait à ceux qui adulent Star Trek et ses personnages. La BBC souligne cet exploit par un bel album riche d’une magnifique iconographie où tout est dit sur cette production à nulle autre pareille. Un véritable travail de recherche qui rend justice à ce divertissement qui a enchanté et continue de le faire, des générations entières.

Doctor who. Le guide ultime. BBC/404 éditions 231p. 


 






 

Le coin santé physique et psychique

Chaque organe de notre corps a son importance. Le foie par exemple c’est le filtreur. Et attention les dégâts s’il est embourbé. Roberto Marrocchesi porte la triple casquette de pharmacien, naturopathe et nutritionniste. Il nous fait réfléchir de bien l’entretenir avec Les remèdes naturels pour purifier et guérir le foie. Et il fait intervenir certains préceptes curatifs chinois. C’est aux éditions Macro.

L’espérance de vie de l’être humain s’est allongé, au point que d’atteindre cent ans de nos jours n’exerce plus tout à fait le même effet qu’il y a quelques années. Mais la question n’est pas tant de gagner en âge mais de savoir dans quelles conditions, afin de ne pas donner raison au général De Gaulle qui considérait la vieillesse comme un naufrage. Le Dr. Philippe Siou médecin psychiatre qui a exercé l’essentiel de sa carrière à l’hôpital américain de Paris nous parle des Nouvelles frontières de la longévité aux éditions Léo Scheer. Il laisse envisager la possibilité que nous puissions atteindre les 160 ans. Il rappelle les bonnes vieilles règles qui permettent de se faire oublier de Dieu avec le sourire.

Un peu dans la foulée du livre précédent, si on veut gagner des années avec le moins de bobos possibles, il est recommandé de se soumettre à des jeûnes. La simple évocation du mot fait peur à beaucoup, étant synonyme de privations. Mais avec Jus détox jeûne écrit en duo aux éditions Macro, par la nutritionniste Cherie Calbom en collaboration avec son mari John qui est spécialiste en médecine comportementale, c’est loin d’être un supplice. Ils ont ouvert à Santa Fe au Nouveau- Mexique, un centre de désintoxication qui a fait ses preuves. Et en parcourant ces feuilles on se rend compte que c’est aussi une belle aventure pour réduire la masse graisseuse et enfin souffler un peu.

Beaucoup de femmes doivent une fière chandelle à la chroniqueuse beauté Céline Naissant qui a prodigué tellement de conseils naturels de beauté. Quelle réunit d’ailleurs dans un livre qu’on gardera à portée de soi avec moult conseils sur comment entretenir son anatomie. Il s’intitule L’ivre de beauté et l’auteure a colligé plein de trucs de grands-mères ou des secrets d’esthétique ancestraux en provenance de communautés ethniques. Il faut voir l’infini variété de masques qu’on peut se concocter à partir de quelques ingrédients de base et qui vous donneront une luminosité de teint exceptionnelle. C’est publié chez l’Âge d’homme.

Chez Vigot le nutritionniste Julien Todeschini est un coach en remise en forme qui nous fait partager de judicieux conseils dans un programme bien à lui qu’il a traduit en bouquin En forme en 12 semaines qui est une combinaison de sport et d’un programme alimentaire. Il trouve un peu trop formule magique ces campagnes de santé publique qui dit qu’il faut manger 5 sortes de fruits et légumes par jour et de faire de l’exercice. Il veut bien, mais s’il faut courir, pendant combien de temps. C’est à cela qu’il s’attelle dans ces pages.

Et en terminant Mon année yoga chez l’éditeur Mango réalisé en duo par Béatrice Bürgi et Sandrine Cossé qui comporte dans ce magnifique album 52 séances avec un total de 250 postures. A notre époque où performer est le maître mot et où votre addiction aux téléphones mobiles vous agitent en diable, mettez un stop à cette frénésie dévastatrice et accordez vous de planer un peu sur ce monde. Le plan proposé est évolutif et vous permet d’atteindre ce nirvana recherché. Félicitation à la maison d’édition pour le soin apporté au graphisme soigné.  


 


 

Une vacance contraignante dans le golfe du Mexique

Si Maeve, biologiste marine à la ville, comptait prendre du repos à l’Hôtel des Muses dans le golfe du Mexique fondé par sa grand-mère fantasque, la lui en prit, car il y aura un cumul de désenchantements. A commencer par le fait qu’un chef vient d’être embauché qui a été jadis son grand amour et avec lequel elle devait convoler en justes noces. Puis son frère mis au courant de la vie amoureuse de celle-ci veut faire son entrée en littérature en levant le voile sur ses amours. Et comme un malheur ne vient jamais seul, elle vient à apprendre que l’on traque le requin citron qu’elle affectionne particulièrement. Voilà les ingrédients qui composent Hôtel des Muses d’Ann Kidd Taylor. C’est de la pure romance exploitant le thème du pardon. Car il faudra bien de la résilience au protagoniste pour surmonter ses déconvenues.

Hôtel des muses. Ann Kidd Taylor. Calmann Levy 395p.   
www.calmann-levy.fr


 


 

La vie du ténébreux et french lover Louis Jourdan

Trois français se sont illustrés à Hollywood, Charles Boyer, Maurice Chevalier et Louis Jourdan qui a enfin les honneurs d’une biographie fouillée signée Olivier Minne. Cet acteur qui était doté d’une plastique incroyable a fait battre la chamade à bien des femmes et des hommes qui le voyait au grand écran. A une certaine époque il fut même proclamé l’homme le plus séduisant du monde. Et sa photogénie alliée à son jeu, lui attira l’intérêt des grands de la réalisation cinématographique, allant d’Hitchcock à Minelli en passant par Max Ophüls. Il était injuste pour lui que nous n’ayons pas eu plus tôt sa biographie en langue française. Maintenant c’est chose faite et l’attente aura été récompensée. L’auteur était bien placé pour traité de son sujet puisqu’il aura eu le loisir d’interviewer Jourdan au cours des dernières années de sa vie. Ici on est à cheval entre la biographie autorisé et celle qui ne l’est pas. Au sens où vous découvrirez que le bellâtre n’avait pas besoin de s’autocensurer et qu’il n’avait pas la langue dans sa poche. Quand il dit notamment de James Dean avec qui il a joué dans la pièce de théâtre « The Immoralist » qu’il était à ses yeux un faux génie qui a joui de qualificatifs nettement exagérés au vu de son petit talent. Que dans la capitale du cinéma, les discussions avec les gens du métier étaient ennuyeuses, sauf peut-être Orson Welles qui bénéficie de son indulgence. Il est vraiment peau de vache le beau Louis. Et parce qu’il a joué un rôle d’homosexuel dans la pièce précitée, il a dit qu’il n’a jamais craint les conséquences, qu’au contraire cette provocation l’enchantait. Vous allez passer d’agréables moments en sa compagnie lui qui maintenant nous regarde du haut du ciel.

Louis Jourdan. Olivier Minne. Séguier 601p.     www.editions-seguier.fr


 


 

Quand le prince des photographes commente un monde disparu

Cecil Beaton (1904-1980) a eu un parcours hors norme. Ce dandy arbitre de l’élégance parviendra à se faufiler dans la famille royale britannique et obtint les bonnes grâces de la reine-mère Elizabeth. Il deviendra le photographe officiel des Windsor. Avec une telle carte de visite, on se battit pour devenir objet de sa lentille. Et avis aux accros des appareils sophistiqués, il a débuté avec un simple petit appareil de rien du tout. Ce génie parvenait toutefois à jouer de la lumière. Et ses clichés en noir et blanc sont des références de tous les temps. Précieux, efféminé et bavard, il était un peu comme Truman Capote une sacrée commère. Nous pouvons juger de sa vision des choses alors que l’on réédite Cinquante ans d’élégances et d’art de vivre. Il fait revivre ce qu’on appelait la Café Society avant que ce vocable soit changé pour jet-set. Il brosse pour nous une galerie de femmes surtout, d’un chic jusqu’au bout des doigts. C’est un monde totalement disparu, sorte d’Atlantide des gens riches et célèbres de son époque. Et on apprécie le vocabulaire fort à propos pour décrire cette faune unique. Nostalgie quand tu nous tiens.

Cinquante ans d’élégances et d’art de vivre. Cecil Beaton. Séguier 345p.    www.seguier-editions.fr


 


 

Amant d’Yves Saint-Laurent et muse de Karl Lagerfeld

Le nom de Jacques de Bascher ne dit sans doute plus rien à la jeune génération. Mais il n’est pas trop tard pour se racheter et faire connaissance avec cet homosexuel mort du sida qui eu les faveurs d’Yves Saint-Laurent et l’attention de Karl Lagerfeld. Il n’était pas célèbre par lui-même mais du fait de ses illustres fréquentations. Marie Ottavi a choisi de lui consacrer un ouvrage Jacques de Bascher dandy de l’ombre. En quelque part, ce livre complète cet autre ouvrage de Cecil Beaton publié chez le même éditeur, qui portraiturait la Café Society. Ici la biographe s’attache à reproduire les années 70 et 80 puis celles du SIDA qui a décimé la communauté homosexuelle et qui emporta cet élégant et qui pu compter sur Lagerfeld por adoucir ses jours. Ce Lagerfeld qui bien qu’il ne coucha jamais avec lui, le prit en affection et le supporta financièrement. La dépendance de Bascher envers l’actuel patron de Chanel faisait des gorges chaudes dans le milieu gay parisien. Une autre époque qui est aussi derrière nous et bien rendu par l’auteure.

Jacques de Bascher dandy de l’ombre. Marie Ottavi. Séguier 289p.     www.editions-seguier.fr


 


 

Un codex Maya qui suscite bien des convoitises

Tout comme pour l’univers des Templiers, la mystique Maya génère une abondante littérature. Et le duo foré de Clive Cussler chercheur d’épaves et le scénariste Thomas Perry sont tombés dans la marmite. En marge de la série des Fargo, on part cette fois pour le Mexique alors que se déclenche l’irruption du volcan Tacana. Les vacanciers vont se transformer en secouristes. Et le hasard leur fera découvrir un gros bloc de pierre qui dissimule un sanctuaire Maya, lequel renferme un vase qui contient un codex décrivant des emplacements de cette civilisation. La découverte de cet incunable va mettre hors d’elle une riche britannique, sans scrupules, allant jusqu’au meurtre si nécessaire, pour pouvoir mettre le grappin sur ce document précieux dont le contenu met en péril également le sort de la planète. Un véritable thriller qui est rythmé de façon endiablé. Les férus de culture de Maya ont de quoi jubiler.

Les secrets mayas. Clive Cussler et Thomas Perry. Grasset 319p.  www.grasset.fr


 


 

La toute dernière enquête de Maud Graham

Comme quoi un bon thriller policier trouve immédiatement sa clientèle de lecteurs, les péripéties de Maud Graham l’enquêteuse fétiche de Chrystine Brouillet ont réussi à ce jour à intéresser 650 mille fidèles, ce qui relève de l’exploit. La romancière fort de cet appui, persiste et signe avec un autre petit bijou du genre A qui la faute ?, qui exploite un filon inépuisable, à savoir les secrets de famille. La toile de fond et le cadre du drame est un incident dans un aréna et qui va être le détonateur de choses qui dans deux familles amies, des squelettes dans le placard dont aurait eu intérêt à ce que ça demeure enfouis. Encore une fois, comme pour les tomes précédents, l’écrivaine au zénith de son talent, structure très bien la progression de l’enquête, n’en livrant juste ce qu’il faut au fil des pages pour garder captif son lectorat. Ici c’est presque la note parfaite.

A qui la faute ? Chrystine Brouillet. Druide381p.    www.editionsdruide.com


 


 

Pour les forts en coloriage

Il y a cahier à colorier et cahier à colorier. Celui proposé par Anouk Noël va exiger un certain coefficient de labeur, parce qu’ici les dessins à mettre en couleurs, ne sont pas que des surfaces à tartiner. Le Québec à colorier se signale par la multitude de petits détails à mettre en valeur. De sorte que vous allez passer pas mal de temps à l’œuvre. Jamais le mot passe-temps aura-t-il trouvé du sens. Et chaque illustration est accompagnée d’une petite vignette instructive.

Le Québec à colorier. Anouk Noël. Éditions Cardinal


 


 

Le champ territorial du pouvoir

Est-ce une forme de lâcheté des administrations publiques ? Toujours est-il qu’il est quasi impossible d’imputer des responsabilités à nos élus, tant les responsabilités sont partagées par divers paliers interconnectés. Ainsi une commune va dépendre de subsides de l’État qui lui dépendra à son tour de ce qui est fixé à l’Union européenne. D’où la difficulté pour les revendicateurs, les contribuables, groupes de pression et lobbying, de savoir où frapper à la bonne porte. François-Mathieu Poupeau chercheur CNRS au Laboratoire techniques, territoires et sociétés, Université Paris-Est et aussi professeur à l’École des ponts, décrypte tous ces mécanismes décisionnels dans son essai Analyser la gouvernance multi-niveaux. Avec un chapitre d’importance qui donne le ton consacré au champ territorial du pouvoir.

Analyser la gouvernance multi-niveaux. François-Mathieu Poupeau. Presses Universitaires de Grenoble 253p.      www.pug.fr


 


 

Diabolic, la créature fidèle qui peut tuer par protection

Côté littérature jeunesse S.J. Kincaid nous offre un ouvrage de science-fiction qui a pour figure centrale, Diabolic qui donne son nom au titre du roman et qu’il définit ainsi « n’est pas un humain, est programmé pour être fidèle,  envers une seule personne, n’existe que pour protéger son maître, quitte à donner sa vie. Quitte à en prendre d’autres ». Cette définition de la chose semble bien terrifiante. Le romancier a oublié dans son descriptif de mentionner que la créature a aussi du flair et sait reconnaître les bonnes âmes. En fait, Diabolic est le surnom donné à Némésis, une humanoïde, qui doit protéger Sidonia, la fille d’un sénateur. Vous verrez jusqu’où elle peut aller pour remplir sa mission protectrice, surtout que la fille du politicien sera prise en otage.


 


 

Le coin santé physique et psychique

Pour en finir avec un tabou vieux comme le monde, voilà le propos que s’est donné Jack Parker qui est le pseudonyme d’une dame Taous Merakchi qui, tenez-vous bien, anime un blogue « Passion mentrues » consacré uniquement à la question des menstruations. Décidément on trouve de tout sur les réseaux sociaux. Même en ce début du XXIème siècle le sujet demeure totalement tabou. Évoquer le sujet dans une conversation va inévitablement plonger votre auditoire dans la gêne. Il faut y voir un vide abyssal de formation à ce propos. Et des filles seront livrées encore à elle-même de cette découverte d’un fait si naturel. Si beaucoup donc décident de ne pas en parler, ce n’est pas le cas de notre auteure qui explore tous les aspects de la question allant de la minimisation des crampes liées aux règles à l’entretien de la literie qui pourrait être maculée de sang. Donc c’est le guide parfait pour qui veut savoir, et les hommes ont intérêt à le lire pour mieux comprendre les mécanismes qui gèrent ce moment de la vie d’une femme.

Le grand mystère des règles. Jack Parker. Flammarion 250p.   



ARTICLES ANTÉRIEURES


2017 |
janvier | FÉVRIER | MARS | AVRIL | mai | juin

2016 :
janvier |
février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre

2015 |
janvier février | mars | avril
| mai | juin, juillet & août | septembre | octobre | novembre | décembre