- LIVRES FÉVRIER 2014 -
 
 




 


Une bonne biographie sur Grace Kelly

Si vous n’avez jamais rien lu sur la vie de la princesse qui façonna à jamais l’image de la Principauté de Monaco, vous pouvez ans crainte vous reportez sur celle écrite par Bertrand Tessier. Sa Grace, la princesse déracinée résume très bien le parcours exceptionnel de cette femme, qui contrairement à ce que l’on croit généralement, n’a pas connue exactement un conte de fée. Parfois avec Rainier, son prince de mari, les relations étaient légèrement tendues. On découvrira une femme de Foi et c’est ça qui l’a sauvée d’une vie autrement désenchantée.

Grace, la princesse déracinée. Bertrand Tessier. L’Archipel 249p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Le sens des expressions en anglais

Tous les traducteurs de métier vous le diront, un anglophone n’a pas les mêmes tournures d’esprit qu’un francophone et si un traducteur franco se tente à trouver un équivalent en anglais à une expression de sa langue première, il risque de faire fausse route. C’est pourquoi on apprécie Quand les cochons sauront voler un répertoire judicieux des équivalences d’expressions réalisé par Thora van Male. Cette française d’origine canadienne, nous étonne avec les sentences et maximes dans la langue d’Albion, souvent rien à voir avec ce qu’on attribuerait.

Quand les cochons sauront voler. Thora van Male. L’Archipel 330p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Sur la réalité du Grand Nord

Le Grand Nord est un terreau inépuisable pour puiser de la matière à des romans. C’est ce qu’a compris Gérard Duhaime avec Sorray le retour au monde. Dans cet ouvrage on fait d’abord connaissance avec Willie un garçon vivant en milieu nordique qui est désabusé car se sentant trahi par son entourage. Arrive une jeune femme dotée d’une bonne âme bienveillante, Sorray, qui va apporter une consolation à cette âme meurtrie. Loin des clichés habituels, le romancier nou montre les deux facettes d’une même médaille, un environnement hostile mais en même temps des éléments de beauté. Comme la vie en somme.

Sorray le retour au monde. Gérard Duhaime. Triptyque 222p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Un roman sur la gérontologie

Hilary Scharper est professeure à l’Université de Toronto. Parmi ses expériences de vie, il lui a été donné d’être gardienne de phare dans la péninsule de Bruce. Un décor qui l’a inspiré entre autres pour son roman Perdita. C’est un scientifique qui fait des recherches sur la longévité. Et il a un sujet de choix avec Marged Brice âgée de 134 ans. Il va lire les journaux intimes de cette femme d’âge canonique qui remontent à 1890. La dame voudrait bien quitter ce monde mais elle en es empêchée en raison d’une personne nommée Perdita. Vous allez voir à quel point l’amour lui ne meurt jamais.

Perdita. Hilary Scharper. La courte échelle 426p.   www.courteechelle.com

 




 


Luc Ferry raconte la philosophie

Où prend-il le temps le philosophe Luc Ferry lui qui fut jadis ministre de l’éducation en France, pour pondre tant d’ouvrages éclairés. Dont celui de nous servir une histoire vulgarisée de la philosophie en compagnie de Claude Capelier. La plus belle histoire de la philosophie arrive à point nommé tandis que l’école n’offre pas dans plusieurs endroits ni de cours de philosophie, ni de cours d’histoire. Il met donc à notre portée les grands courants de pensée. C’est un exercice éblouissant de style. Parents, il faut absolument offrir à vos ados ce bouquin qui permet de découvrir les enjeux de la nature humaine. Car qui sait, n’a plus peur.

La plus belle histoire de la philosophie. Luc Ferry et Claude Capelier. Robert Laffont 444p.    www.laffont.fr

 




 


Un kidnapping sidérant

Le signataire de ce thriller argentin Le jardin de bronze, Gustavo Malajovich est une pointure dans le milieu audiovisuel de son pays, puisqu’il est un des auteurs d’une série culte là bas « Los Simuladores ». Ici c’est un kidnapping d’une fillette à Buenos-Aires qui se trouvait en compagnie de sa baby-sitter. Les policiers seront sur les dents, et au fur et à mesure que les recherches s’intensifient, les chances de la retrouver s’amenuisent. Ce qui ne sera pas sans conséquence pour les parents qui vont s’entredéchirer. Le père mènera donc seul son enquête personnelle. Et ce qu’il découvrira est à peine imaginable. Vous pensez bien qu’on ne vous donnera pas ici le dénouement de cette histoire rocambolesque qui vous laissera assis continuellement sur le bout de votre chaise.

Le jardin de bronze. Gustavo Malajovich. Actes Sud 524p.   
www.actes-sud.fr

 




 


Nouvelle saga dans une clinique médicale

Pour planter le décor de sa nouvelle saga dans une clinique médicale, Francine Allard savait de quoi elle parle puisqu’elle est mariée depuis plus de quarante ans avec un médecin de famille. Clinique Valrose dont paraît le premier tome « Le rêve de Fabienne » nous fait voir vivre des praticiens de la santé avec leurs bobos à eux, et ceux de leurs patients. Et des rapports acrimonieux entre les uns et les autres. Fabienne c’est la responsable du personnel de la dite clinique Valrose. Une femme vivante qui vit l’amour passion. Vous avez ici suffisamment d’ingrédients pour que ça cartonne auprès du public. D’autant que la romancière maîtrise à la fois la langue et le sens du récit.

Clinique Valrose. Tome 1 Francine Allard. Éditions La Semaine 268p.   

 




 


Un ressortissant angolais évoque la Nouvelle-France

C’est intéressant le regard que porte Carlos Taveira qui est né en Angola et qui a vécu longtemps à Montréal lorsqu’il relate la vie en Nouvelle-France. Il a su voir tout ce qui fait la matière à une épopée avec des personnages fantasques, le rude apprentissage de la vie en colonie. Mots et marées est là pour nous rappeler que nos ancêtres étaient des gens courageux. Un roman qui a le mérite de nous aider à retrouver notre identité. Il arrive à point nommé au moment où le gouvernement québécois veut rendre obligatoire l’enseignement de l’Histoire dans les établissements collégiaux.

Mots et marées. Carlos Taveira. L’Interligne 549p.    www.interligne.ca

 




 


Des rebelles qui ont dit non aux intégristes

Pour preuve que tous les musulmans ne sont pas à la même enseigne, la rédactrice en chef du magazine Marianne, Martine Gozlan nous fait découvrir une galerie d’individus qui ont dit non aux diktats imposés par des ayatollahs et imam intégristes. Des êtres d’un courage exceptionnel, car dans les pays concernés on ne rigole pas avec l’insubordination qui entraîne la mort ou l’incarcération dans des conditions effroyables. Un livre incontournables pour qui veut départager les bons des mauvais musulmans qui ont usurpé le Coran.

Les rebelles d’Allah. Martine Gozlan. L’Archipel 184p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Un léger bordel à Punta Cana

Quand débarque à quelque part Geneviève Cabana, l’agente de bord, tout le monde s’n ressent. La voici à l’hôtel Princess Azul à Punta Cana. Et ça va brasser, car de surcroît son octogénaire de paternel a décidé d’y célébrer ses 80 ans. Hôtel Princess Azul de Martine Turenne c’est le tome 2 de cette aventure de type chick litt qui dépeint si bien les mœurs de notre époque où tout le monde est au bord de la crise de nerfs et souvent pour des peccadilles. Cette gentille ribouldingue vous fera un bien énorme.

Hôtel Princess Azul. Tome 2. Martine Turenne. Guy Saint-Jean 261p.   
www.saint-jeanediteur.com

 




 


Enquête dans une seigneurie bretonne au Moyen-Âge

Fanas de romans historiques nous vous présentons un titre qui est du véritable bonbon, Le Tour d’abandon d’Andrea H. Japp dont nous avons déjà salué dans ces colonnes la maîtrise totale de ses sujets. Dans le cadre des enquêtes de M. de Mortagne bourreau de son état, nous suivons Hardouin cadet-Venelle qui est mandaté par le bailli Louis d’Avre pour faire enquête sur des disparitions d’enfants et de meurtres troubles. La commande survient alors qu’il est encore tout remué par des exécutions d’innocentes conduites au bûcher. Ce qu’il a de bien avec l’auteur c’est qu’il a bien circonscrit les mœurs du temps et les restituent à merveille. Ce Moyen-Âge exalté qui ne faisait jamais dans la demi-mesure.

Le Tour d’abandon. Andrea H. Japp. Flammarion 404p.  

 




 


Les prophéties de Nostradamus expliquées

Dans 450 ans d’histoire avec Nostradamus, Michel Jourdain tente une explication des fameux quatrains qui sont autant d’énigmes et dont étrangement certaines se sont réalisées. Même de notre temps, les prophéties fascinent. C’est pourquoi l’essayiste tente de les décrypter.

450 ans d’histoire avec Nostradamus. Michel Jourdain. Les éditons Québec-Livres 144p.       www.quebec-livres.com

 




 


Éblouissante thèse sur Nelligan

Bernard Courteau est sans contredit « le » spécialiste de notre poète national, Émile Nelligan. Qui en fouillant a contribué à lui voir une attirance sexuelle pour son propre sexe. Ce qui a été un pavé dans la marre des idées reçues concernant l’auteur du Vaisseau d’or. Cette fois Courteau persiste et signe avec un essai sur les femmes qui ont gravité dans la vie du poète et quel fut le lien qui les unissait à elles. Cela donne Nelligan et les Femmes, les Saintes et les Fées. Un travail de pure érudition. A preuve les notes bibliographiques. Encore là on se trouve devant un poète éthéré qui c’était déjà confirmé, vouait un culte à sa mère, la seule véritable femme de sa vie.

Nelligan et les Femmes, les Saintes et les Fées. Bernard Courteau. Guérin 248p.       www.guerin-editeur.qc.ca

 




 

Un québécois découvre l’Afrique

Si vous voulez voir de quoi retourne le choc des cultures, allez lire Récit d’un séjour au Cameroun de Jean Chapleau un enseignant à la retraite qui est allé superviser un stage au Cameroun. Depuis, l’Afrique ne l’a jamais quitté. Il a connu une sérieuse remise en question de qui nous sommes nord-américains de qui on juge la valeur des individus selon leurs avoirs. Récit d’un séjour au Camroun ce pays si cher au regretté cardinal Léger est à lire pour confronter nos valeurs, comme l’auteur l’a fait. Sa lecture est remuante.

Récit d’un séjour au Cameroun. Jean Chapleau. Béliveau éditeur 239p.    www.beliveauediteur.com

 




 


Une charmante histoire sur le changement

Il était une fois un charmant petit bonhomme, Martin de son prénom, qui menait dans sa petite ville en compagnie de sa famille, une vie où le mot changement ne faisait pas partie du vocabulaire. Les jours auraient pu s’écouler sans heurts. Mais c’était sans compter la venue de M. Flux qui lui est un adepte du changement à tout prix. Cette petite histoire fruit de l’imagination de Kyo Maclear et de Matte Stephens vous fera sourire quand vous viendra le temps d’en faire lecture à vos jeunes têtes à qui ce conte est destiné.

M. Flux. Kyo Maclear et Matte Stephens. La Pastèque    www.lapasteque.com

 




 


Des colombiens qui perturbent un village québécois

L’arrivée en littérature a toujours quelque chose d’émouvant. C’est le cas d’Isabelle Grégoire journaliste de métier et correspondante au Québec pour l’hebdomadaire français l’Express. Elle arrive avec un premier roman Sault-au-Galant qui a pour toile de fond l’arrivée de douze familles de réfugiés colombiens dans le village québécois de Sault-au-Galant. Un débarquement qui ne se fera pas sans heurts. Surtout quand disparaîtra un de ces petits réfugiés âgé d’à peine dix ans. Qui est l’auteur de la disparition ? Tout le monde se regarde. Et des « corbeaux » sont adressés, ces messages anonymes qui viennent mettre le trouble. Bref il y a là matière à faire tout un roman et c’en est. Pour un démarrage ne littérature c’est champion. Suivez sa trace à cette Isabelle Grégoire, on n’a pas fini d’en parler.

Sault-au-Galant. Isabelle Grégoire. Québec Amérique 228p.  
www.quebec-amerique.com

 




 


Nouvelles sportives

Bernard Lévy un ancien chargé de cours en rédaction médiatique à l’Université de Montréal s’est fait plaisir avec un recueil de nouvelles intitulé Le souffle court qui a pour thématique l’univers du sport, mais pris dans son sens large. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas ici uniquement que de performances mais parfois de sentiments amoureux par exemple, comme celui qui motive telle femme envers un athlète. Il y a en tout huit nouvelles. Les méchants disent parfois des enseignants que ceux qui peuvent font, ceux qui ne peuvent pas…enseignent. Lévy fait démentir ce vilain adage car non seulement professe t’il son savoir mais il sait le démontrer avec brio dans ce charmant petit livre délectable.

Le souffle court. Bernard Lévy. Triptyque 155p.     www.triptyque.qc.ca

 




 


De chirurgie esthétique et de suicide

Malheureusement, les maisons d’éditions au Québec ne disposent pas de budget pour entendre de grandes campagnes médiatiques, car Sans cérémonie de Caroline Moreno mériterait que l’on fasse sonner les trompettes tellement son sujet est passionnant car il sonde les tréfonds de l’âme humaine comme rarement. C’est une femme, Constance Labelle toute à l’écriture d’un roman inspiré par une actrice de cinéma qui est morte à la suite d’une opération de chirurgie esthétique. Du coup c’est une retombée dans son passé douloureux marqué par le suicide de son frère Charles. Ce pourrait être sombre, mais il faut creuser parfois pour atteindre à la lumière.

Sans cérémonie. Caroline Moreno. Triptyque 163p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Un grimoire et ses secrets

Si vous avez aimé le tome 1, « La voie du livre » de la saga Malefica de Hervé Gagnon, vous savourerez tout autant le deuxième tome « La voie royale » qui vient d’arriver en librairie. On se rappellera qu’Améline Dujardin er François Morin se sont trouvé dépositaires d’un manuscrit remettant en question la légitimité de Louis XIII. Dans le deuxième volet, la Dujardin qui est accusée de sorcellerie, monte à Paris en compagnie de sa fille et du hors-la-loi François Morin. Dans la capitale, le grimoire mystérieux révèlera enfin ses secrets. Encore une fois on est soufflé par la force descriptive du romancier historique qui rend bien compte de l’époque. Ici le mot fin est plus difficile à absorber.

Malefica. Tome 2 La voie royale. Hervé Gagnon. Libre Expression 416p.    www.edlibreexpression.com

 




 


Zola aurait apprécié Biz

Biz signe son troisième livre Mort-terrain. Le rappeur de la formation Loco Locass situe son thriller dans le nord du Québec. C’est au moment où le capitalisme s’intéresse à notre sous-sol pour l’exploration minière. En même temps on verra à l’œuvre un monstre mangeur de chair. En réalité l’histoire est toute simple, celle de voir vivre des intérêts qui s’affrontent. Mais ce qui donne de la saveur à ce titre c’est la galerie de portraits des gens en place. Là, le romancier est à son meilleur.  Zola l’aurait aimé.

Mort-terrain. Biz. Leméac 235p.   

 




 


Un héritage arménien

C’est une vie qui a toute les allures d’un roman. La femme des dunes de Chris Bohjalian commence au moment où la romancière, Laura Petrosian, reçoit un coup de fil d’une amie qui a reconnu la photo de sa grand-mère sur une photo exposée au musée de Boston. Ce sera l’élément déclencheur de l’intérêt que portera désormais Laura à ses origines arméniennes. Et nous voilà plongé à Alep en Syrie avec une jeune américaine qui s’est rendue en Syrie pour porter secours aux réfugiés arméniens qui ont fui le génocide. La beauté de l’exercice c’est de raviver le souvenir de cette barbarie pour ne pas qu’on l’oublie.
La femme des dunes. Chris Bohjalian. Huy Saint-Jean éditeur coll. Charleston 375p.     www.saint-jeanediteur.com

 




 


Pas une, mais mille sauces à réaliser

C’est sans doute le livre de cuisine le plus complet recensé par nous jusqu’à présent touchant aux sauces, trempettes et vinaigrettes. Nadia Arumugam s’est surpassée dans 1000 sauces trempettes et vinaigrettes. La raison d’être s’une sauce étant de relever un mets, tout chef ne saurait s’en passer. Ce sont des recettes originales superbement illustrées. De quoi rendre vos plats éblouissants. En toute fin d’ouvrage vous avez des tableaux d’équivalence pour savoir comment faire correspondre telle sauce à tel plat.

1000 sauces trempettes et vinaigrettes. Nadia Arumugam. Broquet 285p.

 








 

Le coin santé physique et psychique

Quatre titres au départ aux éditions du Dauphin Blanc. Joseph Pierce Farrell en collaboration avec Peter Occhiogrosso nous présentent Manifester Michel-Ange qui est le rappel d’un miracle des temps modernes. Farrell a un père célèbre qui incarnait l’homme viril sur les paquets de cigarettes Marlboro. Lui-même agent immobilier il s’était converti en restaurateur d’œuvres d’art. Un jour il reçut telle une décharge une lumière intérieure qui lui donna des pouvoirs extraordinaires. Parce qu’il était loin d’être un illuminé on s’intéressa de près à ces dispositions particulières. Et en 5 étapes il nous dit que nous sommes capables d’être ces mêmes acteurs de changements, de pouvoir procéder à des miracles.  Et plus près de nous Michèle Morgan, à ne pas confondre avec la célèbre actrice, qui nous réitère Le courage d’être heureux. C’est une avocate de formation qui se fait insistante à ce que nous trouvions des points d’ancrage pour révéler notre personnalité. Tandis que Bianca Gaïa l’auteure de « Bienvenue dans la 5ème dimension » qui est un best-seller en parapsychologie persiste et signe avec La Bible des Âmes qui est le surnom que l’on donne à ce qu’on appelle autrement « la bibliothèque de l’univers » ou bien « les annales akashiques ». Considérée comme une encyclopédie vivante, l’auteure traite ici des élévations vibratoires qui nous échappent. Puis vous avez la naturopathe Diane Leblanc qui nous décrit 10 huiles essentielles qui peuvent contribuer à soulager 50 malaises courants. Ce qui est bien, c’est qu’elle nous guide à nous constituer une trousse de soins naturels à portée de la main.   Cette fois chez Québec-Livres, trois ouvrages dont pour commencer une réédition du regretté philosophe et ex religieux Placide Gadoury « Renaître de ses cendres ». Il nous dit en somme de ne pas craindre la souffrance qui est la voie obligée de notre propre création. Puis autre réédition, celle du tandem Éric Pier Sperandio et Marc-André Ricard avec leurs Bains magiques. Où comment incorporer des épices ou essences pour rendre nos bains favorables à plus d’intériorité. Pleins de belles recettes pour des bains voluptueux tant pour le corps que l’esprit. Danie Beaulieu se fend de son côté d’un petit traité, une plaquette qui pèse par son contenu. C’est Leader d’impact. C’est une courte leçon pour quiconque veut donner du dynamisme à une rencontre individuelle ou de groupe. Aux éditions Chariot d’Or, un must Quantum touch 2.0 de Richard Gordon et cosignés par Chris Duffield et Vickie Wickhort. En gros il nous enseigne à quel point nous sommes des guérisseurs potentiels qui n’avons même pas mis à contribution nos capacités. On a souvent écrit que l’être humain n’exploitait que 10% de son cerveau. Lui et ses cosignataires nous montre comment le sentiment amoureux est un moteur puissant et qu’à défaut de déplacer les montagnes, il peut guérir les corps. C’est pourquoi en sa compagnie on passe en revue l’anatomie humaine et où on peut intervenir. C’est un livre assez troublant sur nos ressources inexploitées. Aux éditions VLB un livre qui est comme un pavé dans la mare, c’est De la honte à la fierté de Michel Dorais écrit en collaboration avec Manuel Mendo et Annie Vaillancourt. C’est une étude menée auprès de 250 jeunes pour vérifier où en est la diversité sexuelle maintenant que l’homosexualité n’est plus criminalisée et que les chartes des droits de l’homme protègent ceux qui appartiennent aux LGBT. Triste constat, nous sommes bien loin de l’acceptation mais dans la simple tolérance. Et on apprendra que les pressions sont énormes chez les jeunes lesbiennes pour qu’elles rentrent dans le rang. Il y a beaucoup de chemin à faire à commencer par mettre un terme à l’intimidation, véritable fléau.  

 




 


Le coin de la poésie

Deux recueils de poésie chez Triptyque. Le premier de Maude Smith Gagnon, Une tonne d’air suivi de Un drap. Une place. Une tonne d’air, son premier recueil de poésie s’est mérité en partant en 2006 le prix Émile-Nelligan. L’autre paru en 2011 lui a valu le Prix du Gouverneur général catégorie poésie. C’est dire que la reconnaissance est venue d’emblée pour cette poétesse vibrante. Extrait d’Une tonne d’air « Les rails se profilent à la lisière d’un champ de dunes paraboliques ». L’autre recueil Sommeils d’Olivier Bourque. D’après le communiqué de presse qui accompagne sa sortie, ce serait son troisième recueil de poésie. C’est une fin d’été pleine de quiétude non loin de la ville. Extrait « Sur la clôture, des paillons. Chenilles colorées, ils soulèvent le surprenant été dans le miroir ivre ».   
           

 




 


Nos limites en pensée humaine

Tout professeur de philosophie qu’il est, Pierre Bertrand est conscient qu’en dépit de toute ouverture d’esprit l’homo sapiens a ses limites. Il en fait le sujet de son essai éclairant La liberté du regard. On lisant son ouvrage il nous vient en pensée cette sentence lu quelque part par que la liberté est la longueur de la chaîne dont on dispose.

La liberté du regard. Liber 122p.   

 




 


Un conte totémique

Voici un roman qui devrait plaire énormément au réputé anthropologue Serge Bouchard, spécialiste de la culture autochtone, comme il nous a plu énormément.. Jean Bédard nous gratifie d’un beau conte en milieu innue. Il met en scène une jeune fille de cette nation que l’on juche dans un arbre où elle doit attendre la visite de l’animal totémique. Et c’est une première en ce sens que cette initiation est habituellement réservée aux garçons. Ensuite il lui faudra partir à la recherche du Caribou déserteur de la taïga. C’est le grand-père de la  protagoniste qui raconte cette histoire à la première personne. Vous allez voir c’est beau et chargé de poésie.

Le chant de la terre innue. Jean Bédard. VLB éditeur 268p.   www.editionsvlb.com

 




 


Faites connaissance avec les mystères de l’Écosse

Si vous ne le saviez pas encore, sous les collines er les tertres d’Écosse se terre le Sidh. C’est un monde magique consituté d’êtres mythiques. Alicia qui est l’héroïne du tome 2 de la saga Les Gardiens des portes de Sonia Alain, n’est pas encore au fait de cet univers car elle ne sait pas encore qu’elle est détentrice de pouvoirs qui sont encore endormis. D’autre part la frontière entre le monde du bien et du mal est très mince et Keith le laird du clan MacGrandy  veut bien servir de mentor à notre Alicia, mais ne l’a-t-il pas déjà trahie en l’associant à son propre destin ? C’est une belle épopée qui ravira les amateurs du genre.

Les Gardiens des portes. Tome 2 Alicia. Sonia Alain. AdA 438p.   
www.ada-inc.com

 




 


Freud sur le divan

Il ne manque pas d’audace Mario Vivier qui dans Dieu et le docteur Grübbel fait de Freud un patient qui va être en consultation chez le docteur Grübbel, un neurologue qui a son cabiner en banlieue de Berlin. C’est que le Freud en question se prend pour Dieu qui aurait une maladie nerveuse. Assez singulier. Et ce que nus montre le romancier c’est que le neurologue au fil des rencontres, va du coup en apprendre beaucoup sur lui-même. Vous dire que c’est excellent est un euphémisme.

Dieu et le docteur Grübbel. Mario Vivier. Triptyque 223p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Les douleurs de Mathilde

Une grand-mère aimée qui est rappelée par son Créateur et son amoureuse qui s’exile au Yukon, c’en est trop pour Mathilde qui se replie sur elle-même dans sa douleur. Maude Veilleux exprime très bien ce désarroi qui peut nous toucher à tout instant quand ce à qui ont tient n’est plus. Le vertige des insectes est un roman certes mais une belle étude de la souffrance de l’âme. Avec cet opus c’est un joyau de plus pour l’éditeur Hamac qui définitivement sait très bien choisir ses titres.

Le vertige des insectes. Maude Veilleux. Hamac 179p.  www.hamac.qc.ca

 




 


Des manifestations de l’amour

Nous avons reçu ce livre à la veille de la Saint-Valentin. Même si vous prenez connaissance de L’amour des hommes d’Hélène Rioux après le 14 février, ne boudez pas votre plaisir de vous confronter aux personnages mis en place par la romancière. Car il y en a un qui a beaucoup aimé et qui refuse qu’on lui colle l’étiquette de Don Juan. Ce que nous retenons de cette lecture c’est que l’auteure a une sacrée culture qu’elle partage généreusement avec ses lecteurs. Vous sortez de cette lecture, un peu plus intelligent qu’avant et avec des réflexions sur l’amour, enchantées ou désabusées, qui vont sans doute vous confronter. Bref vous avez compris que nous vous recommandons forcément de vous y mettre.

L’amour des hommes. Hélène Rioux. Lévesque éditeur 389p.   www.levesqueediteur.com

 




 


Une saga débute sous l’ère Victorienne

Le nom de Sonia Marmen est étroitement associée à cette saga « Cœur de Gaël » qui a eu un demi million de lecteurs. C’est autrement dit colossal dans le petit lectorat du Québec. Elle nous arrive avec une autre saga Le clan Seton dont le tome 1 paraît « Les Aubes grises ». Qui a pour toile de fond le Londres de l’époque victorienne en plein bouleversement social. C’est l’ère de la révolution industrielle et sociale. Qui verra la naissance de nombreuses innovations. Mais si les inventions surgissent très rapidement, les mentalités n’évoluent pas aussi rapidement. C’est ce que vont apprendre à la dure Charlotte Seton et son mari Nicholas Lauder, un couple progressiste. Ce dernier a un fils mulâtre. Ça pose des petits problèmes. Car si ce duo amoureux s’entoure du mieux possible, il y a des poches de résistance à l’idée d’union interraciale. En tout cas ce premier volet se lit avec bonheur. On sent que la romancière a fait une recherche préliminaire sur l’Angleterre de cette époque qui donne tout son sel à cette saga prometteuse.

Le clan Setton. Tome 1 Les Aubes grises. Sonia Marmen. Québec Amérique 769p.      www.quebec-amerique.com

 




 


L’histoire de nos bûcherons

Ils font partie de l’identité québécoise ces bûcherons qui allaient affronter la forêt et ses rigueurs. Souvent des agriculteurs qui trouvaient là de quoi vivre hors la belle saison. Étonnamment, malgré que les bûcherons ont occupés une place prépondérante dans notre développement ce n’est qu’avec La vie dans les camps de bûcherons au temps de la pitoune de Raymonde Beaudoin que nous trouvons à rendre hommage à ces hommes qui travaillaient durs. Elle s’attache à la période allant de 1937 à 1954. Tout y est décrit de la vie quotidienne, même les menus. Et l’auteure sait de quoi elle parle car elle a vécu une année dans un camp de bûcherons avec ses parents. Qu’est-ce qu’on bûchait alors au propre comme au figuré.

La vie dans les camps de bûcherons au temps de la pitoune. Raymonde Beaudoin. Septentrion 167p.      www.septentrion.qc.ca

 




 


L’Afrique aux prises avec les croyances

C’est plus qu’un roman. Le Christ selon l’Afrique de Calixthe Beyala est un portrait implacable de la vie en Afrique plus particulièrement au Cameroun. Et pour réaliser son tableau, l’auteure a choisi la vie quotidienne de Boréale une fille de vingt ans qui vit à Douala. C’est une domestique qui travaille à la sueur de son front comme le veut les Évangiles. Et parlant de croyances, elle est entourée de prédicateurs qui trouvent parmi la population sans ressources un vivier inépuisable pour rallier des adeptes acquis à la théorie d’une vie meilleure dans l’Au-delà. En plus, la famille de Boréale lui fait la vie dure et une des tantes veut en faire une mère porteuse. On a peine à croire que l’Afrique vit encore comme ça en ce XXème siècle.

Le Christ selon l’Afrique. Calixthe Beyala. Albin Michel 264p.   

 




 


Les tribulations sentimentales d’une agente de bord

Si vous voulez une lecture distrayante qui vous fasse oublier le ciel bas de l’hiver et l’absence de soleil, lisez sans faute L’hôtesse de l’air d’Elizabeth Landry qui est elle-même agente de bord. Mais son héroïne lui préfère l’ancienne appellation d’hôtesse de l’air pour sa connotation sexy. Cette femme, est une trentenaire qui se nomme Scarlett Lambert. Elle raconte une peu comme on le ferait pour un journal son vécu bien particulier. Car il s’en passe à ces altitudes. Elle va un jour craquée pour un mâle malgré ses attentes très élevées. C’est écrit sur un ton très Sex and the city si vous voyez ce qu’on veut dire. Ça semble être une saga en devenir puisqu’il est question ici de tome 1 « Le décollage de Scarlett Lambert ». C’est prometteur en diable.

L’Hôtesse de l’air. Tome 1 Le décollage de Scarlett Lambert. Libre Expression 276p.     www.edlibreexpression.com

 




 


Réflexions sur les premiers émois de la sexualité

Arthur Dreyfus revient sur ses premières impressions de sa sexualité entre l’enfance et l’adolescence. De temps à autre il fait des sauts plus loin dans le temps. C’est écrit de façon syncopée avec des propos flash qui font du rentre dedans. Ça donne Histoire de ma sexualité où l’homosexualité domine et qui à le lire n’est pas si marginalisée que ça. A preuve il a proposé à dix-sept garçons dits hétéros de leur faire une fellation. A son grand étonnement ils ont presque tous acceptés…Vous en apprendrez beaucoup sur les petits secrets des fonds de culotte.

Histoire de ma sexualité. Arthur Dreyfus. Gallimard 362p.

 




 


Les cochons de colonisateurs

Avec Le rôle des cochons, Camille Bouchard signe son premier roman chez Québec Amérique. C’est la narration d’un français Eustache Bréman et de sa mère qui vont quitter la France pour aller à l’aventure de la colonisation de l’Amérique française au sein de l’équipage de Cavelier de La Salle. L’auteur qui se fait historien par la force des choses nous décrit la composition de ces colonisateurs où on trouvait des gens de bien mais aussi des ordures. Ce sont les cochons du titre. C’est une belle épopée qui a pour cadre l’embouchure du Mississipi.

Le rôle des cochons. Camille Bouchard Québec Amérique 246p.    www.quebec-amerique.com

 




 


Dans un château en Suisse

Un peu d’exotisme avec Coup de foudre une nouvelle saga de Micheline Duff qui raffole des grandes histoires sentimentales s’étalant sur des pages et des pages. Et elle le fait bien, pour preuve son lectorat grandissant. Des lecteurs qui apprécieront ce premier tome « Coup sur coup ». On se transporte en Suisse alors que Marjolaine Danserot se trouve dans un château en compagnie d’auteurs d’un peu partout sur la planète. Ce qu’elle ne savait pas, c’est sa vie va être chamboulée par la présence d’un homme et quel homme. Nous ne vous en disons pas plus. Que va-t-elle faire ? Amateurs d’émotions sentimentales vous êtes servis ici sur un plateau d’argent.

Coup de foudre. Tome 1 Coup sur coup. Micheline Duff. Québec Amérique 318p.       www.quebec-amerique.com

 




 


Le coin spiritualité

Qui aurait pensé que les ouvrages sur la spiritualité auraient la cote maintenant juste après les titres sur la croissance personnelle ? Preuve que l’homme est un animal raisonnable et religieux. Deux ouvrages dominent le domaine cette semaine. Méditations quotidiennes du pape François, soit les Fioretti du pape chez Novalis. Ce sont des homélies prononcées par le Souverain Pontife à la chapelle de la maison Sainte-Marthe où il réside derrière le Vatican. Et il y a des symboles forts. Comme lorsqu’il tente de nous faire comprendre la futilité de conserver des biens matériels il rappelle que nous ne les emportons pas avec nous lors de notre décès et que nous n’avons jamais vu un camion de déménagement derrière un enterrement. Et vous avez d’autres métaphores saisissantes. Ensuite chez Bayard, c’est Sœur Marie Stella qui nous offre Vivre dans l’espérance. Vous allez découvrir une grande figure du christianisme qui œuvre auprès des enfants orphelins et sidéens au nord du Togo. Au total 1500 sans compter des adultes. Et elle ne l’a pas eu facile même avec l’Église qui lui a fait des misères. Mais cette religieuse de l’ordre des Hospitalières du Sacré Cœur de Jésus, n’a jamais lâché prise alimentée par les belles paroles de l’Évangile.

 




 


Trois guides Ulysse ayant pour thème Montréal

Si les guides Ulysse nous ont aidé à découvrir le monde, ils font aussi leur part considérable pour faire découvrir Montréal aux étrangers. A preuve ces trois derniers titres. Vous avez Hubert Mansion avec son Guide de survie des Européens à Montréal. C’est tordant parce qu’il explique nos mœurs à nos cousins français et autres européens avec des expressions imagées qui ne manquent pas d’humour. Il dit aux français entre autres que ce sont des intellos et nous des émotifs. Ce qu’il y a de bien c’est qu’il réussit même à nous en apprendre sur nous. C’est pourquoi nous recommandons sa lecture aux montréalais de souche qui croient avoir tout compris de la métropole. Un autre titre qui touche cette fois à la vie étudiante est Vivre et étudier à Montréal qui vaut tout autant pour les étrangers que les québécois en région qui doivent venir prendre pied dans nos murs le temps d’un baccalauréat à faire. Ça regorge de précieux conseils. Et les trucs pour économiser qui nous sont judicieusement offerts peuvent servir aussi aux montréalais désargentés en quête de bonnes adresses beau, bon pas cher. Puis enfin c’est le guide officiel sur Montréal, le plaisir de mieux voyager. L’équipe de rédaction n’a pas lésiné pour offrir un guide complet avec 800 localisations intéressantes. Et on met aussi l’accent sur les coups de cœur. Il complète très bien les deux autres ouvrages précédents.

 




 


Comprendre la Thaïlande et Cuba

Ce sont deux petits livres chez Ulysse qui ne sont pas des guides touristiques comme tels. En réalité ce sont des ouvrages conçus pour faire comprendre les mœurs des sociétés respectives. Et pour les avoir feuilleter avec des besoins précis, nous pouvons vous affirmer que les conseils qui sont donnés collent réellement à la réalité des pays concernés. Vous avez deux derniers opus dans cette collection Comprendre la Thaïlande et Comprendre Cuba. Des livres qui sont des compléments indispensables aux guides connus que publie la maison d’édition et qui vous empêchent de commettre des gaffes.

 




 


Un roman historique pour les touts jeunes

Maryse Rouy s’est trouvée un créneau de s’adresser à un très jeune auditoire en leur racontant des histoires qui nécessitent la machine à remonter le temps. Comme avec Les illustres farceurs son dernier titre qui nous ramène dans le Paris de 1377. Le roi de France attend la visite de l’empereur d’Allemagne. Entretemps, une bourgeoise se prépare à sa façon en organisant un spectacle sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Et pour se faire elle embauche les illustres farceurs. Qui tout en répétant leur numéro vont prendre conscience qu’une conspiration de trame. On vous laisse le soin de deviner ce qu’ils vont entreprendre face à la conjuration.

Les illustres farceurs. Maryse Rouy. Hurtubise coll. Atout 143p.   www.editionshurtubise.com

 




 


Poésie autour du deuil

Joanne Morency est une poétesse qui a déjà reçu à maintes reprises la reconnaissance de ses pairs. Elle se fend d’un cinquième livre Ce bruit de disparition (quel beau titre en passant) où elle soliloque sur la mort, le deuil. De belles poésies en prose avec des mots phares. Extrait « Vous inventez des phrases entremêlant les arbres et les hommes. D’entre les silences qui forment un ciel, des paroles descendent sur votre front ».

Ce bruit de disparition. Joanne Morency. Triptyque 60p.    www.triptyque.qc.ca

 




 


Des ongles qu’il est interdit de ronger

Ophélie Plard alias Tartofraises est une pionnière d’une forme d’art insoupçonné qui est le Nail art. Où comment vernir ses ongles de façon artistique, originale. Elle nous présente 20 créations dont certaines sont à proprement parler époustouflantes. Qui plairont énormément aux jeunes qui aiment se distinguer. Comme les ongles sont le prolongement de la main et un moyen de communiquer par le geste, la détentrice de pareils ongles ne passera certainement pas inaperçue.

Nail art. Tartofraises. Crea passions.com 95p.   

 




 


Oh les beaux pitous!

Le meilleur ami de l’homme est honoré par deux livres tous deux aux éditions Broquet. Chiens et chiots de Nicola Jane Swinney c’est un répertoire photographique de plus de 50 races avec pour chacun un petit descriptif pour détailler sa provenance. Ainsi vous apprendrez que le Doberman est le nom d’un percepteur allemand des impôts qui a produit cette race pour le protéger lorsqu’il devait collecter un payeur de taxes récalcitrant. Les photos sont mignonnes comme tout. L’autre Le grand livre du chiot est un guide pour élever son petit animal. Il est cosigné Claire Arrowsmith et Alison Smith. Tout y passe, de l’alimentation au dressage et la résolution de problèmes.

 




 


Quand le meurtrier a tout juste 17 ans

C’est étrange le roman Douleur d’enfant d’Aline Viens qui a été à la base court-métrage du même nom, sort en librairie epu de temps après où l’actualité nous a appris que deux jeunes de 17 ans ont abattu deux filles et un garçon à Trois-Rivières. Car dans ce livre c’est un jeune adolescent de 17 ans qui est en cause dans la mort de deux personnes. Et tout le questionnement qui vient après, à savoir s’il doit être aimé malgré ce qu’il a commis d’irréparable. Il y a là un questionnement qui va vous interpeler quoi qu’il en soit.

Douleur d’enfant. Aline Viens. AdA 332p.     www.ada=inc.com

 




 


Le coin santé physique et psychique (1)

Le chat du Dalaï-Lama de David Michie part d’une anecdote fictive. C’est le Dalaï-Lama qui va recueillir le beau félin que vous voyez en jaquette de couverture. Et le chat en question qui raconte à la première personne ce qui devient son quotidien extraordinaire. Le chat sert de prétexte à nous donner de belles leçons de vie et aussi de quoi est fait le quotidien du leader tibétain. C’est aux éditions AdA, tout comme les deux autres livres qui suit : La méditation adaptée à votre vie de Robert Butera. Fondateur du YogaLife Institute à Devon en Pennsylvanie, Robert Butera se fait le chantre des vertus de la méditation. La méditation adaptée à votre vie en propose six types de méditation. Et pour chacune les techniques pour parvenir à l’état de sérénité. Pour sa part Michael A. Singer débarque avec L’âme délivrée c’est un essai sur la délivrance intérieure qui fait le pont entre la sagesse orientale et occidentale. Il nous demande faire d’abord un inventaire de ce qui nous travaille intérieurement et comment parvenir à se libérer de nos entraves. Aux édition du Cram, deux livres, dans la collection guide 3 grands secrets pour réussir votre vie amoureuse de Colette Portelance. Un des axiomes qu’elle préconise est l’estime de soi. La grande théoricienne du lâcher-prise est vraiment partisane qu’il faut s’aimer soi-même avant d’être mûr pour aimer quelqu’un d’autre. Puis c’est la psychologue Diane Dulude qui nous parle du TDAH, qui est le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité que l’on a mieux identifié. Le TDAH une force à rééquilibrer permet de mieux comprendre à partir des nouvelles recherches obtenues, ce qu’il en est.

 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Luc Ferry, celui qui a été entre autres ministre de l’éducation en France s’entretient dans De l’amour avec Claude Capelier chez Odile Jacob. Il oppose le premier humanisme de raison venu des Lumières à celui à faire surgir, celui de la fraternité et de l’humanisme pour qu’au lieu de la guerre nous transmettions de l’amour pour les générations à venir. Les deux autres titres sont publiés chez Publistar. D’abord Changer pour soi de Philippe Leclair cet homme qui a perdu tenez-vous bien 150 livres en un an. Et il y est allé de façon radicale en changeant complètement son mode de vie alimentaire et physique. Et on appréciera sa grande franchise qui ne dissimule rien de l’effort nécessaire. Si pour ce dernier c’était la prise en charge de son poids, pour Denise Gaouette c’est celle de sa vie avec Activez votre GPS. Elle souhaite que les gens prennent le volant de leur propre vie. Elle aussi propose de faire le grand ménage de ce qui est embarrassant dans votre et ce qui est essentiel. Chez Bayard on réédite dix ans après Les nouveaux ados écrit par une équipe de chercheurs sous la direction de Brigitte Canuel. Parmi ceux-ci le grand pédopsychiatre Marcel Rufo. On revoit tout le questionnement à leur endroit à l’ère des médias sociaux qui viennent changer la donne. Sont-ils les mêmes qu’il y a dix ans. En quoi évoluent t’il ? Du même éditeur c’est la psychanalyste d’origine iranienne Gohar Homayounpour qui raconte son expérience de vie professionnelle dans Une psychanalyste à Téhéran. Au départ elle travaillait aux États-Unis quand lui est venue le goût d’exercer dans son pays natal. Et elle tire des réflexions de ses consultations sur le divan. Elle oppose les valeurs occidentales à celles orientales. Là bas c’est la pesanteur qui gangrène l’existence. Mère d’un enfant handicapée, pourquoi moi ? de Chantal Bruno intéressera tous ceux et celles qui vivent cette situation qui est interprétée de bien des manières avec des études de cas. C’est chez Érès.  Aux éditions Macro The Sinatra solution. C’est ce best-seller du cardiologue Stephen T. Sinatra. Son propos est de rajeunir, revitaliser et renforcer notre cœur avec la cardiologie métabolique. C’est une méthode naturelle et non invasive pour soigner et prévenir les troubles cardiaques. Pour y parvenir c’est un combiné judicieux d’antioxydants et de compléments alimentaires.  Puis pour conclure deux ouvrages chez Québec-Livres, Visuel, auditif ou kinesthésique de Joe-Ann Benoit. Il y a des gens qui communiquent avec la vue, le toucher ou tout simplement l’écoute, qu’on nomme tout simplement le VAK. Elle enseigne des techniques pour mieux améliorer la communication. Et Diane Leblanc va dans le même sens mais axé sur la parole. Parler pour agir se veut une découverte du langage de l’action. L’auteure qui œuvre auprès de cadres supérieurs, est l’instigatrice d’une communication souple et efficace.     

 




 


Témoin de violence policière

Les sirènes de Zicatela signé de Claude Vaillancourt est un roman qui part d’un fait anodin. Vous avez Isabelle qui prise d’un besoin de se soulager, ira se terrer dans un buisson. Quand tout à coup, elle va être témoin d’une scène qui va marquer son existence. Des policiers se mettent à poursuivre un individu. L’un d’eux perd le contrôle et va l’abattre mortellement. Non seulement a-t-elle tout vue mais elle a capté le drame sur son téléphone intelligent. Que va-t-elle faire ? Continuer comme si de rien n’était ? D’un autre côté un de ses proches, travailleur social la presse de dénoncer. On voit tout de suite le dilemme. Non seulement l’histoire en soi est intéressante et d’actualité avec toutes ces bavures policières mais c’est côté écriture rôdé au quart de tour.

Les sirènes de Zicatela. Claude Vaillancourt. Québec Amérique 300p.   www.quebec-amerique.com
 




 


De l’enfer vert à l’enfer humain

C’est une histoire digne de faire un film. Imaginez une fillette kidnappée dans un premier temps et abandonnée ensuite dans une forêt colombienne. Elle vivra ainsi cinq ans dans un enfer vert réussissant à imiter les cris des capucins. Et un de ces singes, le plus vieux, la prendra en quelque sorte sous sa protection. Ensuite lle sera repérée par des hommes qui l’enverront en maison close et ensuite elle sera esclave domestique, l’enfer des hommes. C’est son histoire qu’elle raconte qui dépasse l’imagination.

Ma vie sauvage. Marina Chapman. Robert Laffont 334p.    www.laffont.fr

 




 


Une corde dérangeante

Stefan aus dem Siepen travaille au Ministère allemand des affaires étrangères. Il est aussi un écrivain exercé qui vient de pondre La corde qui est une merveilleuse métaphore sur les obsessions humaines. Ça se passe dans un village tout près d’une forêt. Un jour on découvre une corde et on décide de la suivre, car elle s’étire profondément en forêt. On n’en voit pas la fin. Et pendant qu’ils suivent le tracé de la dite corde, les habitants négligent leurs obligations, dont celle essentielle des travaux agricoles. Le romancier veut nous montrer à quel point une distraction peut virer à l’obsession et nous écarter de ce qui doit être prioritaire.

La corde. Stefan aus dem Siepen. Écriture 154p.    www.editionsecriture.com

 




 


L’histoire de nos almanachs

Les almanachs ont toujours eu la cote en librairie et autres lieux de vente et le disputaient longtemps aux ouvrages religieux. C’est qu’ils représentaient une forme encyclopédique de renseignements divers en même temps que des conseils pratiques. Bref, si le genre est en désuétude il a cartonné très fort dans nos sociétés. Nous devons à un allemand Hans-Jürgen Lüsebrink spécialiste des almanachs à l’international d’avoir reconstitué tout l’historique de ce type de publication au Québec. Un véritable travail de bénédictin qu’il faut saluer.

Le livre aimé du peuple. Les almanachs québécois de 1777 à nos jours. Les Presses de l’Université Laval 415p.       www.pulaval.com

 




 


La vision américaine de Philip Roth

Philip Roth un peu comme Norman Mailer est un romancier à travers lequel on peut connaître l’Amérique de son époque. C’est d’ailleurs le propos de L’Amérique de Philip Roth une initiative de la collection Quarto chez Gallimard. On a eu la judicieuse idée de regrouper quatre romans majeurs de son œuvre qui ont en commun de témoigner de la vie américaine des 50 dernières années : Pastorale américaine, J’ai épousé un communiste, La tache, Le complot contre l’Amérique. Le choix des titres ne suit pas nécessairement l’ordre chronologique des époques. Roth situe le passage du temps dans la ville de Newark en banlieue de New York et dans le contexte de la collectivité juive.

L’Amérique de Philip Roth. Philip Roth. Gallimard coll. Quarto 1137p.   

 




 


Les multiples personnalités d’une femme dans le coma

Dawn French est une réputée humoriste en Grande-Bretagne. Et par définition les artistes de sa trempe sont de fins observateurs. Et elle nous le prouve par mille avec Cette chère Sylvia. Qui raconte l’histoire d’une femme qui se trouve à l’hôpital dans le coma après avoir chutée d’un balcon. Et commence alors le défilé des visiteurs qui ont tous un lien avec elle. Évidemment elle ne peut leur adresser la parole. Mais eux parlent d’elle et ils ne s’en privent pas. Et à couter tous ces commentaires on croirait à chaque fois affaire à une femme différente. Aurait-elle tant de personnalités que ça ? C’est la dérision de page en page. Jubilatoire au possible.

Cette chère Sylvia. Dawn French. L’Archipel 316p.     www.editionsarchipel.com

 




 


Claude Gingras publie ses souvenirs

Ce livre qui n’était pas attendu, est arrivé comme une surprise. D’autant que son signataire est une pointure dans le paysage médiatique artistique en la personne du redoutable critique musical de La Presse, Claude Gingras. Il survole 60 ans de vie musicale au Québec en livrant moult anecdotes, dont certaines croustillantes dont un logement fourni à Pavarotti en 1967 envahi de coquerelles, où les dépenses somptuaires du Père Fernand Lindsay. Vous allez aussi découvrir des personnalités moins connus mais tout aussi extravagantes. Qui a dit que le monde classique était ennuyeux. Et pour modre Gingras demeure unique.

Notes. Claude Gingras. Les éditions La Presse 214p.     www.editionslapresse.ca

 




 


Il était une fois un enfant

Voici un roman pour ceux qui aiment l’expression des sentiments à leur zénith. L’enfant au bout de la plage de Linda Olsson nous transporte en Nouvelle-Zélande dans une contrée un peu inhospitalière. C’est là qu’a trouvé refuge une femme médecin, quinquagénaire, Marion Flint. Elle a un peu fui le monde, sans doute pour panser ses blessures car ce n’est pas son identité réelle puisqu’elle se prénomme en réalité Marianne et qu’elle vivait en Suède. Le hasard va mettre sur sa route un garçon de six ans. Entre eux deux va se nouer une amitié qui l’interpellera énormément. C’est un texte très fort au niveau émotionnel écrit dans une langue épurée et où chaque mot va droit au cœur. Et pour ceux qui redouteraient le mot fin, sachez qu’on nous annonce une suite.

L’enfant au bout de la plage. Linda Olsson. L’Archipel 285p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Le coin économie

Deux titres sont proposés dans ce créneau. D’abord de Frédéric Hanin aux Presses de l’Université Laval avec D’où vient l’emploi ? Qui en est à sa deuxième réédition. Ici on évite de ne véhiculer que la vision traditionnellement consensuelle de l’activité économique. L’essayiste qui est professeur au Département des relations industrielles de l’Université Laval tente aussi d’analyser les aspects économiques de la relation d’emploi. Puis une figure bien connue du petit écran Gérald Fillion le reporter et animateur économique à Radio-Canada en compagnie de François Delorme qui écrivent à quatre mains Vos questions sur l’économie. On a rassemblé 75 questions qui reviennent souvent au sujet de l’économie avec des réponses simples, toujours dans l’optique de vulgarisation. C’est aux éditions La Presse.

 




 


Des nouvelles avec pour cadre une villa sur la Côte d’Azur

Aux éditions Baie des anges on a eu cette idée intéressante de commander à huit écrivains qui vivent sur la Côte d’Azur, de pondre chacun une nouvelle avec toute la liberté de création possible. Seule contrainte, que l’action se déroule dans cette dernière région. Ce qui donne au final Villas historiques du Pays Niçois. C’est comme on le mentionne en quatrième de couverture un kaléidoscope des émotions humaines où on passe successivement de l’amour à la cruauté pure. Et vous verrez que l’imagination ici est au pouvoir. Vous dire laquelle nouvelle domine serait faire injure aux sept autres. Elles sont toutes excellentes et l’éditeur a su bien choisir ses auteurs pour ce brillant exercice de style.

Villas historiques du Pays Niçois. Collectif. Baie des anges 94p.   www.baiedesanges-editions.com

 




 


La galerie des horreurs de la Grande Guerre

Qu’est-ce que le commandement militaire français a entrepris pour masquer la réalité de la Première Grande Guerre mondiale. Philippe Valode bien connu aux éditions de l’Archipel pour sa série sur les Rois, Reines et favorites de l’Histoire de France, nous présente La Grande Guerre sans les clichés. On sait que 2014 marque le centième anniversaire de la commémoration du début de conflit parmi les plus meurtriers. Songez que durant une seule de ces batailles, 27 mille soldats français ont succombé au front. Une guerre qui voit une nouvelle forme d’attaque, le combat aérien. Souvent par la faute de mauvaises décisions des gradés de l’armée, des incompétents dont les bévues étaient cachées au grand public. Vous les avez là, toutes rassemblées. Le meilleur plaidoyer qui soit pour la recherche de la paix.

La Grande Guerre sans les clichés. Philippe Valode. L’Archipel 328p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Un tueur en série cinématographique

Les mérites d’écrivain de thrillers captivants chez James Patterson ne sont plus à démontrer. Et le public ne s’y est pas trompé avec 270 millions de lecteurs à ce jour. Et son lectorat va grossir davantage avec ce bijou Tapris rouge qui a pour décor un festival de cinéma dans la métropole américaine. Une unité du service de police de New York chargée de protéger les VIP est sur les dents. En marge de l’événement artistique, un producteur est retrouvé empoisonné tandis qu’un acteur est assassiné en plein tournage. Les limiers qui sont sur l’affaire doivent faire vite pour éviter un carnage annoncé.

Tapis rouge. James Patterson. l’Archipel 331p.    www.editionsarchipel.com

 




 


Pas facile d’être le neveu d’Hitler

Le sous-titre du livre de Bob Martin « Neveu d’Hitler » est pertinent « L’enfer en héritage ». C’est que le neveu en question fils de Paula la sœur d’Hitler, jouit de privilèges spéciaux sous le régime hitlérien en raison de son lien familial. Mais il y a un hic c’est qu’il est loin de correspondre au type aryen. Il ressemblerait même plutôt à la caricature du juif propagé par les sbires nazis. Le malheur pour lui c’est qu’il sera arrêté et conduit à la Gestapo où il sera torturé. Comme il est dans l’impossibilité de décliner sa véritable identité, il sera envoyé derechef à Auschwitz où il sera plongé en plein enfer exterminatoire. C’est un roman dont le qualificatif captivant est un euphémisme.

Neveu d’Hitler. Bob Martin. Pôle roman 414p.     www.ma-editions.com

 




 


Les surprises que livrent la science

La science n’en finit pas de nous étonner. A preuve le parcours du livre  Chroniques de science improbable de Pierre Barthélémy. Qui est un assemblage de chroniques disparates mais qui veut nous apprendre sur des phénomènes souvent anodins mais qui aux vu de la science ont des réponses. Genre, est-ce que dans un embouteillage la file d’à côté avance-t-elle vraiment plus vite ? Où en apprend que dans les régions rurales françaises, 35% des fermiers s’adonnent à des activités zoophile et beaucoup pour cette raison chopent un cancer du pénis…Vous ne rez pas au bout de vos surprises.

Chroniques de science improbable. Pierre Barthélémy. Dunod Le Monde 169p.    www.dunod.com

 




 


Créez avec de la pâte polymère

Il n’est plus permis de dire « Je ne savais pas quoi t’offrir en cadeau » surtout après avoir parcouru Pâte polymère Design et couleurs de Cecilia Botton. Il y a huit ans, elle découvrait à son tour un livre lui révélant les merveilles qui pouvaient être créées avec cette matière. Et elle s’y est mise avec un talent manifeste. Généreuse, elle nous fait partager son art en nous dévoilant 15 projets ainsi que quatre bonis qui font appel aux chutes de pâte. En plus vous apprendrez à jouer avec les couleurs. Ainsi vous pourrez dès lors offrir des cadeaux vraiment personnalisés.

Pâte polymère Design et couleurs. Cecilia Botton. Crea passions.com 112p.  www.creapassions.com

 




 


Rappel d’une exposition majeure de peintures au Grand Siècle

Nous sommes en 1704. Va naître un arrière-petit-fils au Roi-Soleil. La Cour veut marquer les choses en grand. On va donc organiser dans la Grande Galerie du Louvre en octobre et novembre de cette année-là une exposition majeure réunissant 550 tableaux et sculptures des plus grands artistes du temps. Ce sera dans les annales, la sixième et dernière manifestation de cet ampleur sous Louis XIV. 1704, le salon, les arts et le roi a été le thème d’une exposition rappelant cet événement inoubliable. On a même tenté de regrouper des œuvres qui ont figuré dans l’exposition originale. Ça donne le prétexte d’un beau catalogue illustrant l’art officiel à la Cour du Roi. Magistral va sans dire.

1704, le salon, les arts et le roi. SilvanaEditoriale 254p.    www.silvanaeditoriale.it

 




 


Le coin coquinerie

Allons faire un tour du côté des livres moins chastes qui en d’autres temps se seraient retrouvés à l’Index ou dans les bibliothèques de messieurs très distingués. Ainsi Pierre de Boyard offre  avec amusement Le cul’te de l’amour en 365 nuits. Présenté comme une anthologie grivoise et coquine. L’auteur a de la culture et connaît ses classiques. Ça se présente comme un bréviaire. A la différence qu’au lieu de lire des pages pieuses, oh, là, là que des histoires paillardes et autres histoires à faire rougir, une pour chaque jour de l’année. Ça remplace bien une prière, ou ça vaut bien une messe. Aux éditions De Vecchi. Dans un même registre, Martin Laliberté se fend du Nirvana présenté comme un roman rouge. Il a du talent cet homme pour vampiriser l’âme libertine d’une femme, Élisabeth. On a beau dire, l’érotisme revient toujours en somme aux mêmes actes. Oui mais c’est de la manière de faire une variation de haute voltige sur le même thème. Aux éditions Québec-Livres.

 




 


Chez Baie des anges, deux titres sur l’audiovisuel

La maison d’édition Baie des anges nous gratifie de deux titres tournant autour de la photo et de l’audiovisuel. D’abord de Bernard Guiraud « La musique au cinéma et dans l’audiovisuel ». C’est une autorité en la matière car attaché à deux grandes institutions en l’occurrence le Centre international de Recherche Musicale (CIRM) et l’École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle (ESRA) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis. De plus il a à son actif un catalogue d’ouvrages consacrés à la musique de cinéma. Il le dit d’entrée de jeu que le cinéma et la musique forme un vieux couple. Rappelons qu’en 2008, la musique de film fêtait son centenaire. L’ouvrage qu’il nous présente s’adresse à tous les niveaux, de l’amateur au professionnel. On y trouve l’historique, les esthétiques et techniques afférentes, les droits d’auteurs et un glossaire technique et musical. Et ailleurs, de Céline Tricart, « La pratique de la mise en scène en 3D relief ». C’est une « bolé » du domaine qui s’est expatriée à Los Angeles où elle travaille au sein de la prestigieuse société 3ality Technica à qui l’on doit des stéréoscopies de films remarquables tels « The Amazing Spiderman » « Le Hobbit » et « Gatsby le Magnifique ». Cette finissante de l’école de cinéma ENS Louis Lumière à Paris, elle a consacré sa thèse de fins d’études à la mise en scène de films en 3D relief. Elle a à son actif plusieurs courts-métrages et le premier film français en relief. C’est elle qui nous enseigne ce nouveau langage scénique au cinéma dans un livre hautement fouillé. Attention, c’est du muscle pour les méninges.

 




 


Tombeau d’André Verdet

S’il avait été musicien, Frédéric Altmann aurait intitulé l’hommage qu’il rend au poète André Verdet du nom de tombeau comme ça se faisait à l’époque baroque. Au lieu de cela il a baptisé son opuscule André Verdet, mon carnet photos. D’abord un mot sur Verdet qui avait l’estime des Picasso et Cocteau. Outre qu’il soit un poète de la Côte d’Azur c’est aussi un peintre, sculpteur, céramiste, mémorialiste, historien, collectionneur. Il est décédé en 2004. C’était entre autres un ami de Prévert. Altmann doit à Verdet une estime sans limite car grâce à ce dernier, il a pu obtenir la palme des Arts et des Lettres, lui le sans diplôme. C’est dire l’influence du poète. Ce sont pour beaucoup des photos qu’on y trouve, qui nous fait voir un artiste socialisant. C’est la célébration d’une amitié comme on en voit plus à l’ère des textos qui vous isolent les uns des autres.

André Verdet, mon carnet photos. Frédéric Altmann. Baie des anges 55p.   www.baiedesanges-editions.com

 




 


Chez Archipoche

Nous avons trois opus qui s’ajoutent à ce catalogue. Il y a ce best-seller Rendez-moi ma fille d Candice Cohen-Ahnine écrit en collaboration avec Jean-Claude Elfassi. C’et quatre ans d’une lutte acharnée d’une jeune juive de 18 ans qui tombera amoureuse d’un prince saoudien. Mais cette union est teintée de violence. Naît une fille Haya qui sera gardé captive par le père alors que la mère est exfiltrée du pays. C’est le combat de cette mère pour ravoir sa fille. Puis Reynald Roussel un médium qui se fend de Ce que les morts nous disent. Depuis son enfance il est en contact avec les défunts et raconte ses expériences. Qui lui donnent la certitude qu’il y a une vie après la vie. Et un classique de Charlotte Brontë « Shirley ». C’est l portrait d’une femme déterminée du Yorkshire durant les guerre napoléoniennes, en même temps un hommage de la romancière à sa sœur Emily.

 




 


Une collection de poche en anglais pour faire découvrir Montréal

C’est publié chez Sgräff et ça s’intitule Montréal on foot une collection en langue anglaise qui se propose de faire découvrir la métropole aux touristes. La version française a déjà été mise sur le marché sous le titre « Marcher Montréal ». Le graphisme est très attrayant et donne des textes courts qui livrent l’essentiel de ce qu’il faut savoir quand on est un peu pressé. Nous avons reçu quatre titre, The Plateau avec le photographe Nicolas Ruel. Mount Royal avec la musicienne baroque bien connue Genevieve Soly, Underground Montreal signé Ivan Drouin et enfin le quartier le plus visité par nos touristes Old Montreal de Louise Pelletier.

 

 




 


Un recueil de nouvelles à vous jeter par terre

Nous vous le disons tout de go, nous craquons pour Saccades ce très beau recueil de nouvelles de Maude Poissant. Peut-être parce qu’il y a, bien que chaque nouvelle ait son identité propre, un dénominateur commun qui est de la difficulté d’être. Une nouvelle vaut à elle seule le détour, c’est « Fragments de désirs amoureux » avec le portrait d’un homme rigide. Autant de tableaux qui illustrent le poème d’Aragon « C’est ainsi que les hommes vivent ».

Saccades. Maude Poissant. Hamac 135p.    www.hamac.qc.ca

 




 


Des propos amusés et amusants sur le monde actuel

Contre-culture confiture est signée Ismène de Beauvoir qui est l’alias d’Agathe Parmentier. Cette femme aux écrits désinvoltes mais non dénués d’une rare lucidité, traite énormément des femmes de son temps. Contre-culture confiture ce sont de courtes réflexions sur la musique et les femmes, l’éducation faite aux filles. Et elle a des expressions imagées telles, pour évoquer les médias sociaux, la Sainte Trinité du no-life, Facebook, Twitter et Last.fm. Vous aimerez confronter vos idées aux siennes. Disons que ce qu’elle commente est assez rempli de gros bon sens.

Contre-culture confiture. Ismène de Beauvoir. Fyp 140p.   www.fypeditions.com

 




 


On en pince pour le chat rose

Si vous ne connaissez pas encore Le chat rose il manque essentiellement quelque chose à votre culture. Création du niçois Jérémy Taburchi c’est la vedette d’une BD aux allures de manga. La petite plaquette nous fait suivre les tribulations du gentil félin entre Nice et Punta d’El Este. Imaginez que l’animal a mis le grappin sur un Manuel de sorcellerie niçoise qui devrait lui permettre de faire pleins de choses. Attendez de voir.

Dr. Chat rose et Mister Strange. Jérémy Taburchi. Baie des anges   editions.com
www.baiedesanges-editions.com

 




 


Série de crimes dans le milieu des arts visuels

La collection « Noir méditerranée » de l’éditeur Baie des anges s’enrichit d’un autre opus signé de Brigitte Rico « L’orgueil du diable » qui a pour toile de fond, les sinistres activités d’un serial killer dans le Vieux-Nice. Nous sommes dans les pas d’un enquêteur Grégoire Massa, commandant de la Police judiciaire de Nice et Meggy Ker-Benson ancienne profileuse au FBI. Et ce qui met sans jeu de mots de la couleur à ce récit, c’est qu’il a pour cadre le monde des galeries d’art et des musées. C’est écrit de main de maître. Amateurs de thriller vous ne pouvez pas passer à côté.

L’orgueil du diable. Bigitte Rico. Baie des anges 134p. 
www.baiedesanges-editions.com

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

Imparfaite pourquoi pas! de Claire-Marie Best dans la collection Expériences de soi chez l’éditeur Armand colin s’adresse aux femmes qui veulent faire tout en leur possible pour devenir des super woman et qui au bout du compte n’y arrivent plus. Cessez de vous culpabiliser lance t’elle et vivez au rythme qui vous convient. Puis les trois prochains titres sont chez Québec-Livres trois titres à considérer. A commencer par Nicole Bédard avec Les besoins et les attentes des enfants selon leur tempérament. Sans vouloir cataloguer les petits, son objectif est de caractériser votre enfant pour mieux comprendre ses besoins. Bob Anderson débarque avec Stretching une série d’exercices d’étirements pour la course, qui servent aussi pour la pratique de différents sports. Il s’est vendu plus de deux millions d’exemplaires de ce titre. Chaque exercice vise à assouplir une partie du corps précise. Enfin coécrit par Hélène Renaud et Jean-Pierre Gagné « 8 moyens efficaces pour réussir mon rôle de parent ». Elle est pédagogue, lui thérapeute. Leur but en écrivant ce guide, c’est faire en sorte que le parent comprenne ses besoins et avec une méthode ici innovante évite une relation de conflits avec l’enfant. Surtout que l’enfant développe l’estime de soi.    

 






 


Le coin santé physique et psychique (2)

 

Jean-Claude Jordhan est médium et exerce dans toute la France. Regards sur l’Au-delà chez Lanore qui aborde le thème de la vie après la vie qui intrigue tellement de gens. Et qui répond du coup à ceux qui ont vécu des expériences étonnantes dans le domaine. Chez l’éditeur Vega, c’est une belle tête d’ours qui orne la jaquette de couverture de Quête de vision, quête de sens de Paule Lebrun assisté de Gordon Robertson. Animatrice de quêtes de vision en Arizona, Mme Lebrun nous parle de ce rite amérindien chez les Lakota (Sioux). C’est une période de réclusion de dix jours dans la nature où l’on vit des expériences de mort et de renaissance symbolique dans le plus pur rite chamanique. Ce rite répond de même à notre quête de sens humaine. Aussi vous avez une approche fascinante du rapport au règne animal. Ce pourrait faire au passage un excellent sujet de reportage pour Second Regard. Avis aux recherchistes. Et voici un titre que tous les employeurs qui ont à cœur la bonne marche de l’entreprise et le bonheur de leur personnel devraient lire impérativement. Il s’agit de Fidéliser ses employés de Lucie Morin. Professeure à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. A l’heure où hélas tant d’employeurs considèrent leur personnel au rang de ressource humaine, tout juste un numéro d’assurance sociale dans un budget, il est temps de changer de registre si on veut que la compagnie progresse, car les employés forment un atout de premier plan. Vous avez là pleins de bons conseils pour devenir le patron idéal, sans perdre de votre autorité. C’est chez l’éditrice Isabelle Quentin. Des ressources humaines passons au marketing avec un pro du secteur Joseph Aoun qui lance Les 69 règles du succès professionnel aux éditions Gereso. Ce consultant répond aux questions que se pose quelqu’un qui veut entreprendre dans un climat de compétition féroce et de mondialisation. Et pour clore, deux titres chez l’éditeur Béliveau. Premièrement c’est Le dico pour des relations saines de Jacqueline Arbogast avec des outils pour développer une intelligence rationnelle Il s’adresse à ceux qui ont tendance à revoir leur passé avec des pensées du genre « Avoir su ». Cette psychothérapeute enseigne que les décisions que l,on prend à un moment donné, on croit toujours les prendre à bon escient et qu’il est inutile de se culpabiliser plus tard. Olivier Mesly y va lui d’un roman Nos enfants d’abord et avant tout qui décrit à travers des hommes qui se sont divorcés la privation de leurs enfants. Et qui considère que les juges prennent en quelques secondes des décisions qui vont empoisonner la vie des enfants et laisser des marques indélébiles sur leur développement. L’auteur parle en
 




 


Curieuse au risque de se perdre

Le quinzième roman de Nathalie Rheims est comme une pièce de théâtre mettant en vedettes trois acteurs principaux, une comédienne de théâtre justement, Alice qui rêve de grands rôles mais que l’on cantonne dans ceux d’ingénues et enfin son amie Camille notaire et rangée au contraire d’Alice tout feu tout flamme. Elle va d’ailleurs s’éprendre d’un chirurgien esthétique en renom qui est marié. L’amie Camille assiste à tout ça, et se montre curieuse d’en savoir un peu plus sur ce prétendant. Sa curiosité a pour noble motif de protéger la frangine. Mais à trop vouloir être curieuse…Maladie d’amour serait la lecture appropriée à quelques jours de la Saint-Valentin. Ici heureusement, qualité aidant, c’est tout sauf un roman à l’eau de rose.

Maladie d’amour. Nathalie Rheims. Éditions Leo Scheer 298p.    www.lescheer.com

 




 


Deux tournages italiens volcaniques

Le critique du cinéma du magazine français Le Point, François-Guillaume Lorrain nous fait revivre une des pages glorieuses du cinéma italien en nous faisant revivre les tournages de Stromboli et de Vulcano, le premier signé Roberto Rossellini et le second sous la férule de Dieterle un teuton. La vedette féminine de Stromboli est Ingrid Bergman qui a abandonné sa vie de famille à Hollywood pour vivre au grand jour et dans un scandale éclatant sa vie amoureuse avec le réalisateur italien qui lui avait plaqué la diva Anna Magnani, qui précisément est la star de Vulcano, tourné sur l’île voisine. Lorrain désigne son ouvrage L’année des volcans comme un roman, alors que sa lecture en est presque du genre ouvrage biographique, peut-être prend-il parfois la peine de glisser une réplique qui aurait pu plausiblement être prononcée par un des protagonistes de ces deux tournages volcanique. On appréciera toute la recherche préliminaire qui nous informe de la situation du cinéma italien dans ces années-là.

L’année des volcans. François-Guillaume Lorrain. Flammarion 382p.    

 




 


Le coin Miam Miam

Vu de loin on pourrait croire que ces bouquins sont des petits missels. Ils en ont le format et chacun a son cordon séparateur. De plus la reliure forme un  petit coussin au toucher, sans doute pour en faciliter le nettoyage si jamais on échappe un ingrédient dessus en cuisine, car voyez-vous la collection Le must d’Isabel Brancq-Lepage comprend trois titres pour l’instant, Le must de la cuisine pour recevoir, Le must de la cuisine facile et le must des desserts. A eux trois vous avez un tour assez complet de tous les classiques de la cuisine continentale. Même que s’il ne devait qu’y avoir un seul livre de recettes en cuisine, ce serait cette collection toute trouvée. C’est chez Mango. Un chef ami de la rédaction les a feuilleté et a trouvé que leur conception est géniale, c’est peu dire. Maintenant puisqu’il est question de chefs, où vont-ils bouffer eux-mêmes quand ils ne sont pas en service ? C’est l’objet de Confessions de chefs qui regroupe quinze grands chefs du cru québécois, de Giovanni Apollo à Jérôme Ferrer en passant par Helena Loureiro. Vous allez être surpris des réponses et des lieux. Tel Julien Doré du Petit Extra qui adore se rendre au Delicatessen Chez Claudette pour ses « waitress » dépareillées. Et il y en a plusieurs autres du genre. Aux éditions La Presse.

 




 


Un allemand décrit sa vie sous le IIIème Reich

C’est sans doute le livre le plus surprenant de la rentrée de l’année dans l’édition québécoise. Car son sujet à une portée internationale. Et souhaitons que les éditions JCL du Saguenay rééditent conjointement avec un éditeur français. Qu’en est-il ? C’est un québécois d’origine allemande Günter Gallisch vénérable monsieur de 94 ans qui ne pouvait plus supporter même encore de nos jours, des remarques blessantes sur la nation allemande qui aurait été complice du régime nazi. Il tenait à mettre les pendules à l’heure sur la réalité des faits. D’où Ma vie sous le règne d’Hitler. C’est la première fois en langue française du moins, que nous avons la version de quelqu’un de l’autre camp qui n’était pas nazi et qui dit exactement ce qui s’est passé dans la société allemande de ce temps-ci prête à écouter n’importe quel sauveur vu l’état de misère où elle se trouvait. A lire avant tout autre livre.

Ma vie sous le règne d’Hitler. Günter Gallisch. Les éditions JCL 355p.   www.jcl.qc.ca

 




 


Joséphine Baker racontée par son fils

Ce n’est pas une biographie à proprement parler. Ce sont les souvenirs d’un des douze enfants adoptés par la grande Joséphine Baker, le bien-nommé Jean-Claude Bouillon-Baker dans Un château sur la Lune. C’est que l’interprète de « J’ai deux amours » voulait faire tout un symbole avec l’adoption de tous ces enfants venant de tous les coins de la planète, elle qui avait souffert du racisme. Elle avait fait l’acquisition du château des Milandes pour ce faire, un havre merveilleux mais qui s’avéra un gouffre financier. Et les ressources de la star n’étaient plus au rendez-vous. On a été obligé de mettre le château aux enchères. Le fils raconte tout ça, mais c’est l’hommage qu’il voulait rendre à cette merveilleuse mère et femme courageuse.

Un château sur la Lune. Jean-Claude Bouillon-Baker. Hors collection 272p.   www.horscollection.com

 




 


La victime de viol de Polanski témoigne

La traduction française de La fille de Samantha Geimer a mis du temps à nous parvenir. Enfin nous l’avons. Un livre capital car la victime de viol de Roman Polanski raconte son calvaire. Elle a treize ans quand le réalisateur la possède dans tous les sens, allant même jusqu’à la sodomiser. Une plainte a été portée et l’acteur n’a plus remis les pieds depuis aux États-Unis. Il sait très bien ce qui l’attend s’il revient en terre américaine où on ne rigole pas avec le viol de mineures. Nous voici 35 ans après le crime. Que s’est-il passé au juste et qu’est-il arrivé à la jeune fille par après dans sa vie. Un récit captivant va sans dire.

La fille. Ma vie dans l’ombre de Roman Polanski. Plon 315p.   www.plon.fr

 




 


Tout Audiard

Michel Audiard est un dialoguiste culte du cinéma français qui est passé aussi derrière la caméra. Qui a inventé un langage argotique pour les personnages de ces films qui est devenu sa marque de commerce. On disait même « faire du Audiard ». Un langage bien spécial puisque même les truands n’ont jamais en réalité parlé de la sorte. Ils ont même voulu imiter le genre ensuite. Mais se mettre du Audiard en bouche n’était pas aisé. Demandez à Annie Girardot qui devait débiter ses répliques à toute allure. Marc Lemonier a choisi comme tribut de présenter l’intégrale des films de A à Z avec la présence de ce maître du verbe.

L’intégrale Michel Audiard. Marc Lemonier. Hors collection 287p.   www.horscollection.com

 




 


Il était une fois à Times Square

Si le nom de Debbie Macomber ne vous dit rien, il est grand temps de vous rattraper parce que la dame a déjà séduit 160 millions de lecteurs dans le monde avec une centaine de titres à son actif. C’est une écrivaine urbaine qui aime bien discourir sur l’amour. Dans Les anges s’en mêlent elle plante le décor, un homme et une femme Lucie et Aren. Ils se rencontrent la veille du Jour de l’An et ne s’oublient pas. Elle deviendra par la suite chef d’un restaurant en renom et lui bosse pour un grand quotidien de la ville. Mais l’amusant dans cette énième romance c’est que ce sont quatre anges espiègles qui orchestrent toute cette histoire d’amour. Ils sont en fait les jouets du destin. Un roman distrayant et léger qui fait oublier vraiment les vicissitudes de la vie quotidienne.

Les anges s’en mêlent. Guy Saint-Jean éditeur 259p.  
www.saint-jeanediteur.com

 




 


Plaidoyer d’un patron français honni

Loïk Le Floch Prigent a été toute une pointure au sein du patronat français, ayant été tour à tour PDG de Rhône-Poulenc, d’ELF et président de la SNCF. Peu de gens peuvent prétendre à une telle fiche de service. Et pourtant il sera conspué par la hiérarchie patronale du cercle fermé des énarques. Le président français François Mitterand l’avait qualifié de mouton noir du système. Mais quel a été son rôle réel dans l’affaire ELF ? Il se défend bien d’être celui qui doit porter tous les chapeaux et le montre très bien dans ce vibrant plaidoyer qu’est son livre Le mouton noir. Il décrit quatre générations d’intéressement aux affaires en France. L’ouvrage a le mérite de présenter une image très différente de celle qu’on a voulu véhiculer de lui.

Le mouton noir. Loïk Le Floch Prigent. Pygmalion 323p.   

 




 


Entre les montagnes du nord de l’Italie et le rêve américain

Les éditions Guy Saint-Jean semblent prendre une heureuse tournure de publier des romans étrangers de grande valeur. A preuve L’Italienne d’Adriana Trigiani. C’est un grand retour en arrière, et en Italie, au début du siècle dernier. Nous retrouvons deux jeunes, Enza et Ciro. Ce dernier se verra contraint à l’exil aux États-Unis pour avoir été témoin des mœurs scandaleuses du curé de la paroisse. Il deviendra apprenti cordonnier. Enza de son côté va se rendre à son tour aux États-Unis. Et leurs routes vont se croiser à nouveau. Et le lecteur est pris à témoin de la lutte qu’ils devront entreprendre pour vivre leur rêve américain pas si facile que ça. La romancière a été inspirée par ce qui s’est passé dans sa famille. D’où cette passion qui transpire à chaque ligne.

L’Italienne. Adriana Trigiani. Guy Saint-Jean éditeur 647p.  
www.saint-jeanediteur.com

 




 


Pourquoi des ados Tunisiennes se voilent-elles

Au moment où le débat sur la Charte des valeurs québécoises fait rage, on aura intérêt à parcourir cet essai opportun Adolescentes voilées de la sociologue Meryem Sellami, Elle a pris comme sujet d’études les jeunes femmes tunisiennes qui ont choisi délibérément de porter le voile. Qui pourtant ne représente pas la liberté vestimentaire. Et elle est allée se renseigner pour connaître leurs motivations. On sera surpris par les réponses qui relèvent plus souvent de la question identitaire que religieuse.

Adolescentes voilées. Du corps souillé au corps sacré. Meryem Sellami. Presses de l’Université Laval 214p.     www.pulaval.com

 




 


Une fiction inspirée par Nadia Comaneci

Les québécois et le monde entier ne sont pas près d’oublier l’éblouissante performance de la gymnaste roumaine Nadia Comaneci aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. Elle qui alignait les notes parfaites avec une aisance déconcertante qui laissa les juges pantois. Mais était-elle heureuse, cette grande sportive qui ne souriait jamais. Lola Lafon s’est inspirée de sa vie pour écrire une fiction qui respecte quand même les dates et les faits. Elle a simplement pris des libertés avec l’émotion interne de l’artiste. C’est en même temps une belle étude de caractère de ces champions dressés à l’époque par un régime communiste qui n’en avait rien à cirer de vos états d’âmes.

La petite communiste qui ne souriat jamais. Lola Lafon. Actes Sud 315p.   www.actes-sud.fr

 




 


Une ex du Crazy Horse dans la tourmente

Y a-t-il une vie après avoir été une danseuse du célèbre chorus line des filles du Crzy Horse. Il semble que oui. Plus tranquille pour Olivia Koudrine qui est écrivaine et peintre. Mais pas pour Barby Blue l’héroïne qui donne son titre au roman. Et qui a été une ancienne danseuse de la célèbre boîte de l’avenue George V. C’est que dans un restaurant plongé dans le noir où servent des non voyants, on a découvert le corps d’un homme émasculé. En marge de ce crime, Barby Blue qui a eu son heure de gloire au Crazy Horse est devenue mère de famille, mais l’enfance remonte avec des démons non souhaités. Voyez ce qu’il en retourne avec ce livre que vous ne quitterez pas sans être un peu remué. Si Mme Koudrine a su bien bouger des hanches, elle sait depuis mettre les bons mots en place. Et quelle conteuse.

Barby Blue. Olivia Koudrine. Cherche midi 287p.    www.cherche-midi.com

 




 


Romance dans la Syrie du XVème siècle

C’est vraiment un conte que nous propose Barbara Wood la reine des sagas romanesques. Elle nous ramène loin en arrière dans le royaume d’Ougarit, aujourd’hui la Syrie, et au XVème siècle. Vous ferez connaissance avec Leah qui n’a pas voulu de Jotham un homme puissant qui était son prétendant. Elle va le payer cher. Sa famille va écoper. Mais elle n’a pas tout perdu, car elle est détentrice d’un don, de celui de guérir par les plantes. Et à ce titre elle guérira le roi Shalaaman atteint d’asthme. Enlevée par les troupes du pharaon Thoutmosis, elle sera aux faits de renseignements précieux qui permettront de sauver son peuple. Bref, toute une épopée qui défile sous nos yeux et qui vous captivera de chapitre en chapitre.

La guérisseuse et le roi. Barbara Wood. Presses de la Cité 382p.   www.pressesdelacite.com

 




 


Huitième tome de la saga Téméraire

Avant de donner un peu de renseignements sur le contenu du tome huit de la saga Téméraire, un mot sur l’auteure Naomi Novik. Cette diplômée de littérature anglaise a un faible pour l’histoire. Et elle prouve bien avec cette histoire fleuve dont les droits ont acheté par pour le cinéma par Peter Jackson le fameux réalisateur du Seigneur des anneaux et du Hobbit. Comme elle porte un intérêt pour la période napoléonienne, elle situe l’histoire de cet épisode Le sang des tyrans en plein conflit entre Napoléon et le Tsar Alexandre de Russie. Laurence et Téméraire seront mis à contribution bien évidemment.

Téméraire. Tome 8 Le sang des tyrans. Le pré aux clercs 486p.   

 




 


La serveuse du Café Cherrier en format compact

Les admirateurs d’Yves Beauchemin apprécieront d’apprendre que La serveuse du Café Cherrier est rééditée en format compact chez Québec Amérique.  Ce roman qui narre les tribulations d’une trifluvienne d’une grande beauté qui vient s’installer à Montréal et qui va trouver un boulot comme serveuse au réputé café de la rue Saint-Denis. Au fil du temps elle va rencontrer des hommes à genoux devant sa beauté et qui lui promettent met et monde. Elle finira par devenir méfiante. Un des beaux fleurons dans l’œuvre de Beauchemin.

La serveuse du Café Cherrier. Yves Beauchemin 439p.  
www.quebec-amerique.com

 




 


Nous sommes à la croisée des chemins dans la manière d’utiliser l’énergie. Nous assistons à une série d’innovations qui sont le fruit de la convergence entre le monde de l’énergie et l’univers numérique. C’est ce que Rudy Provoost nomme Énergie 3.0. L’essayiste sait de quoi il parle puisqu’il est le président du directoire du groupe Rexel un distributeur mondial de produits et services pour le monde de l’énergie. Ouvrage résolument optimiste, il montre comment ces changements vont contribuer à la croissance. La filière énergétique est appelée à se réinventer avec des perspectives d’emplois à la clé.

Énergie 3.0. Rudy Provoost. Cherche midi 203p.    www.cherche-midi.com

 




 


Place aux femmes

Ne vous méprenez pas, Le silence des femmes laisse croire à un essai sur le féminisme. Il n’en est rien. C’est un roman de Thérèse Lamartine. Qui d’entrée de jeu cite Louky Bersianik dans L’Euguélionne qui a écrit « La nature avait tout donné aux femmes, la culture leur a tout repris ». Nous sommes à New York, en 1999, un psychanalyste veut protéger sa fille qui a été confrontée à un drame horrible. Ce même homme à Paris va être au premier plan d’un bouleversement mondial. Mais s’il est le protagoniste du livre, ce dernier est une galerie de femmes qui sont en mode affirmation de soi dans un monde en mutation. C’est une radiographie du nouveau combat des sexes à l’ère techno.

Le silence des femmes. Thérèse Lamartine. Triptyque 307p.   www.triptyque.qc.ca

 




 


Interprétation du monde des cowgirls

Il y a tout un imaginaire entourant les cowgirls, souvent proche d’une érotisation avec l’imagerie de la fille forte qui n’a pas froid aux yeux et buvant cul-sec. Frank Desgagnés a mis en scène sa vision des cowgirls dans un album photo où il a soigneusement planté à chaque fois son décor. Cowgirls met en scène Marie-Michelle Caron et Geneviève St-Louis dans des décors typiques. Place à la réflexion qui s’ensuit.

Cowgirls. Frank Desgagnés. Les éditions Cayenne 48p.   

 




 


Un monde fou, fou, fou

Peut-être parce qu’il ne se retrouve plus dans notre monde de fou, le breton Pascal Millet s’est inventé un univers plus débile encore avec C’est dans la poche! Tenez-vous bien, il est question d’un climat où pleut des grenouilles, les animaux parlent, se nourrissent de raviolis et ont la capacité d’ôter leur peau. Disons que les Raymond Queneau, Tristan Tzara, Eugène Ionesco et Jacques Prévert auraient adoré ce petit bouquin déjanté. En même temps la dérision qui mobilise chaque page est un excellent purgatif pour évacuer notre plein de ras-le-bol du monde présent. Merci M. Millet pour le défouloir.

C’est dans la poche! Pascal Millet. Hurtubise 151p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Aperçus chez Oscar Wilde

Tous ceux qui admirent Wilde ou même le déteste, ou encore qui veulent le connaître ont l’obligation de lire Oscar a toujours raison de Xavier Darcos de l’Académie française. Ce n’est pas une biographie, plutôt une étude de caractère. Le premier chapitre parle de la lucidité de Wilde et comment pour vivre heureux il faut mentir un peu. Et Wilde pourfend du coup l’hypocrisie et se sent mal à l’aise d’intégrer le moule. Bref si vous voulez pénétrer la psyché profonde de cet homosexuel génial et observateur de la nature humaine, vous avez là le livre incontournable. Attention, nous ne sommes pas en présence d’une hagiographie, les défauts de l’auteur de Salomé sont soulignés en gros caractères.

Oscar a toujours raison. Xavier Darcos. Plon 251p.   www.plon.fr

 




 


70 années de Berlin raconté par Edgar Morin

Edgar Morin l’écrit tout de go, il aime la culture allemande et même comme militaire français qui a traversé Berlin après la défaite de 1945, il a toujours dissocié allemand et nazi. Dans un petit ouvrage Mes Berlin 1945-2013 il raconte la transformation de cette ville à travers sept générations. Avec des réflexions pertinentes qui contribuent à nous faire aimer cette ville littéralement remis de ses cendres.

Mes Berlin 1945-2013. Edgard Mroin. Cherche midi 92p.   
www.cherche-midi.com

 




 


Le hockey n’est pas apolitique

La dernière contribution du Bulletin d’histoire politique sous la direction de Jean Lévesque porte sur Le hockey Canada-URSS : aspects politiques d’une rivalité sportive. On rappelle le climat entourant la fameuse série du Siècle de 1972 opposant une équipe d’élite de la LNH pour le Canada et une équipe nationale de l’URSS. L’essai fait la démonstration qu’il y avait pleins de considérations politiques derrière cette rencontre. Mais attention, l’ouvrage ne se cantonne que très peu sur le hockey et ses manifestations identitaires. Vous avez là un portrait sociopolitique du Québec et du Canada très fouillé.

Le hockey Canada-URSS : aspects politiques d’une rivalité sportive. Bulletin d’histoire politique. VLB éditeur 361p.     

 




 


Vasarely, chef de file de l’art cinétique

Victor Vasarely demeure un des phares de l’art visuel de la seconde moitié du XXèeme siècle avec ses abstractions géométriques qu’il a voulu intégrer dans le paysage du quotidien, à travers notamment l’architecture. Le Musée d’Ixelles a voulu rendre hommage à ce géant en produisant une exposition en partenariat avec le Museum Haus Konstruktiv de Zurich et l’Espoo Museum of Modern Art de Finlande. Nous avons devant nous l’album officiel de cette exposition de premier plan qui expose la pensée déterminante de l’artiste. Et qui nous donne la mesure de la contribution de ce visionnaire.

Vasarely. SilvanaEditoriale 217p.   www.silvanaeditoriale.it

 




 


Ce qu’il faut savoir sur 50 minéraux, plantes et animaux d’importance

Aux éditions Trécarré, c’est une collection intitulée « 50…qui ont changé le cours de l’histoire ». Chaque titre est consacré à un thème. Ainsi vous avez trois premiers opus : 50 minéraux qui ont changé l’histoire; 50 animaux qui ont changé l’histoire et 50 plantes qui ont changé l’histoire. Des livres qui par la qualité des textes axés sur la vulgarisation, devraient faire bonne figure et impérativement, sur tous les rayonnages des bibliothèques scolaires. Jeunes et moins jeunes prendront un immense plaisir à être au contact de la connaissance.

 




 


Le coin littérature jeunesse

Trois titres nous parviennent, les deux premiers aux éditions de Mortagne et le troisième chez Bayard. Seconde terre de Priska Poirier. Nous somme en 2162, donc de la fiction. Nous retrouvons un adolescent répondant au prénom de Benjamin. Qui est doté d’un sang spécial et de dons hors du commun. Comme lorsqu’il a arrêté momentanément le temps quelques secondes pour sauver ses parents. Il fera l’objet d’une traque. Car un tel phénomène attise la menace. C’est un excellent thriller. Maintenant dans une tonalité moins dramatique il faut lire le Guide de survie de Marc-André Pilon. Ce qui est bien avec ce bouquin c’est qu’il traite d’un sujet qui est dans l’air du temps à savoir l’intimidation en milieu scolaire. L’auteur nous propose ni plus ni moins qu’un guide de survie. Quand on pense qu’au Québec, trois élèves sur dix sont victimes d’intimidation, on peut imaginer le bassin potentiel de lecteurs pour ce titre. Enfin dans la série « Colvert Place »  Patrick Carman présente Mystères à chaque étage. C’est le fils de Clarence Fillmore agent de maintenance au Colvert Palace, qui va être mis en présence d’un étrange coffret dans un ascenseur, dans lequel se trouve un message de l’avocat et homme de confiance du propriétaire excentrique de l’hôtel. De là part une série d’événements abracadabrants qui ne vous laissera pas une minute de répit.

 






 


Le coin santé physique et psychique

Le psychiatre Yves Lamontagne se fend d’un guide pour savoir comment aborder et vivre sa retraite. Une retraite épanouie chez Québec Amérique c’est pour éviter de se désillusionner. Car si au début c’est le farniente d’avoir de longues journées pour soi, à la longue on peut après coup être happé par l’ennui et la sensation de l’inutilité. Voici un titre à lire sans faute du fait qu’il déboulonne bien des aperçus de la nature humaine en matière de sexualité dont le mythe de l’amour durable. Il s’agit de La vie, l’amour, le sexe d’Arthur Vernon aux éditions Tabou. La fidélité sexuelle est une autre hypocrisie qu’il démasque. C’est une lecture tonifiante. Puis deux ouvrages aux éditions Accarias l’Originel. Pour commencer de Sahaj Nell, «Journal d’une tantrika » Ce livre retrace l’expérience d’une femme dans sa quête de la liberté par la sexualité et le don total au dénuement. Puis sous le nom de Betty une québécoise au demeurant, c’est la proposition de La fraîcheur de l’instant qui est en somme une invitation à sortir du carcan dans lequel on s’emprisonne, ce qu’elle nomme notre aquarium. Pour bénéficier ensuite de la fraîcheur d’une vie libre et plus en conformité avec notre être. Aux éditions du Cram, c’est la réédition des 7 étapes du lâcher-prise, le guide de Colette Portelance. Un véritable best-seller de la croissance personnelle avec plus de 200 mille ouvrages vendus. C’est la grande prêtresse de cette théorie prônant de ne pas traîner avec soi toute une vie les boulets de l’enfance. Qui ne connaît pas Georges St-Pierre ce champion des arts martiaux mixtes. S’il figure dans cette section c’est que son livre Le sens du combat s’inscrit dans le dévoilement de sa méthode de croissance personnelle, puisque les arts martiaux ont au fond pour raison d’être une maîtrise parfaite de soi-même. Il parle de ses peurs aussi. Même ceux qui ne sont pas adeptes de sport, seront conquis par le ton employé. C’est chez Flammarion Québec. Puis aux éditions La Semaine la nutritionniste Hélène Baribeau nous dit de Manger mieux pour être au top. Elle s’adresse ici aux quadragénaires qui se sentent en perte de vitalité et enclins à se sentir vieux. Attention, ici nous ne sommes pas en présence d’un énième livre de recettes, mais d’une analyse du carburant alimentaire que nous ingurgitons. C’est vraiment un cours 101 de diététique de base.

 




 


Un nouvelliste décortique la vie québécoise

Jean-François Aubé est à la ville enseignant dans un cégep. Mais il a le temps de voir autour de lui. Et observateur qu’il est, il a consigné sous formes de nouvelles Les yeux de la Nation ce qu’il voit vivre chez ses compatriotes. Des nouvelles qui prennent leur inspiration dans la lucidité. Ce n’est pas toujours jojo ce qui tourne dans la tête des gens. Vous allez sans doute à sa lecture, reconnaître vos états d’âme. La résultante de ce qui arrive quand on n’est pas encore un pays.

Les yeux de la Nation. Jean-François Aubé. Les éditions du Sémaphore 115p.    www.editionssemaphore.qc.ca

 




 


Amour, liberté et désir

Angèle Bassolé-Ouédraogo est chercheuse associée à l’Institut d’études des femmes de l’Université d’Ottawa. Cette ivoirienne est aussi une poétesse qui a ses galons. Elle nous gratifie d’un recueil Cantate pour un soleil libre qui est un hymne au soleil, à l’Afrique, à la liberté et au désir. Extrait « Et je m’interroge. Tu crois en la puissance du Désir, la puissance du Désir qui déplace les montagnes ».

Cantate pour un soleil libre. Angèle Bassolé-Ouédraogo. Les éditions L’Interligne 111p.    www.interligne.ca

 




 


Macha Méril parle d’amour(s)

Avec L’amour dans tous ses états la comédienne et romancière Macha Méril marque son entrée chez Flammarion. Elle va certainement leur apporter un livre qui va cartonner, car elle analyse à travers des cas vécus ce que l’amour peut représenter de visages multiples. Des amours d’un soir aux amours de longue durée. Son credo est que l’amour est un moteur de vie et qu’on échappe difficilement à son emprise. En fine analyste, elle nous rassure en nous disant de ne pas avoir peur d’être amoureux. Qu’il y a là, peut importe sa manifestation, quelque chose d’exaltant. Si Cupidon sait lire, il appréciera énormément.

L’amour dans tous ses états. Macha Méril. Flammarion 313p.   

 




 


Le coin Miam Miam

Elles sont trois, une formatrice en santé, une directrice de collection pour une maison d’édition et une docteure en pharmacie. Emmanuelle Orban, Valérie Maitre de Kroon et Patricia Pacaut ont eu l’idée de pondre un livre de recettes santé pour ceux et celles qui n’ont pas les dons de Bocuse et qui sont toujours pressés, ce qui est le cas de la majorité d’entre nous. De jolies recettes simples telles que la salade d’épinard aux crevettes et aux fruits, en passant par la terrine de courgettes au curry et aux verrines de verdure en gaspacho. Ces recettes réunies dans La cuisine sain-plement ont en commun d’être anti-cancer, anti-cholestérol et anti-diabète. Quoi de mieux.

La cuisine sain-plement. Collectif. Alpen 215p.    www.alpen.mc

 

ARTICLES ANTÉRIEURES

2014 : janvier
2013 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet : août : septembre : octobre : novembre : décembre