- LIVRES JUIN 2014 -
 
 




 


Cabinet de curiosité en cire

Mon sommeil sera paisible d’Alain Absire est une histoire assez singulière. Ce roman met en vedette Robespierre et Marie, une céroplasticienne qui modèle des visages dans de la cire. Le chef de la Terreur commande dans un premier temps le masque d’un vieillard, prisonnier des geôles de la Bastille. Et il sera stupéfait du supplément d’âme que l’artiste met en relief dans ses créations. Et du coup, Robespierre commande son propre masque. Qui le troublera au plus haut point. Comme on voit, le thème n’est pas banal et nous amène aux quintessences de l’acte créateur et son lien avec la spiritualité.

Mon sommeil sera possible. Alain Absire. Gallimard 206p.  

 




 


Le secrétaire de Jean Moulin évoque ses amitiés particulières

Daniel Cordier marchand d’art, est surtout passé à l’Histoire comme le secrétaire du chef de la Résistance française, Jean Moulin. Lui qui aussi protégera des décennies plus tard, le chanteur Hervé Villard qui se trouvait dans l’errance étant jeune homme. Ici avec Les Feux de Saint-Elme il revient sur ses années de jeunesse, et surtout évoque ouvertement son homosexualité et comment on vivait l’amour qui n’ose dire son nom dans ces années là. C’est écrit magnifiquement et ça nous donne un portrait du courage qu’il fallait dans ces années-là pour vivre ses amours interdits.

Les feux de Saint-Elme. Daniel Cordier 194p.

 




 


Portrait de Guy Rocher pionnier de l’enseignement au Québec

C’est un beau tribut que rendent des intellectuels à Guy Rocher un des pères de la Révolution tranquille, et pionnier de la création du Ministère de l’éducation au Québec. Ce sociologue a même investit le champ du droit. Une carrière comme il ne s’en fait plus. Saluons les superviseurs de cet hommage bien mérité, Violaine Lemay et Karim Benyekhlef.

Guy Rocher. Le savant et le politique. Les Presses de l’Université de Montréal 236p.    www.pum.umontreal.ca

 




 


Fin de la trilogie de Tamara McKinley

L’anglaise d’origine tasmanienne, Tamara McKinley conclue sa trilogie avec L’or du bout du monde. Ce roman à figure d’épopée sur la naissance de la nation australienne a été précédé deux best-sellers, « La Terre du bout du monde » et « Les pionniers du bout du monde ». On retrouve Ruby et son mari James venus s’établir dans cet Australie de tous les possibles. Surtout pour la ruée vers l’or et y faire fortune. Effectivement il y aura des richesses qui vont se créer mais à quel prix. Ensuite pour Ruby quelle adaptation en 1850! Si vous avez aimé les deux premiers tomes vous ne serez pas déçu du contenu du troisième.

L’or du bout du monde. Tamara McKinley. L’Archipel 476p.    www.editionsarchipel.com

 




 


L’histoire d’une terrifiante manipulation

Il était une fois une femme vulnérable Ghislaine de Védrines qui par une succession de situations sera elle et sa famille sous l’emprise d’un habile et terrifiant manipulateur, Thierry Tilly. Qui les fera renoncer à la vie qu’ils menaient pour être totalement sous sa coupe. Le mari de la dame Jean Marchand, journaliste de son état, se retrouvera même expulsé de sa propre maison. Une histoire abracadabrante qui a pris des proportions incroyables. Madame et Monsieur racontent à deux voix dans Diabolique par quoi ils sont passés. En même temps c’est une mise en garde servie au lecteur afin qu’il puisse identifier ces tristes sires qui veulent votre bien…et qui finissent par l’avoir.

Diabolique. Ghislaine de Védrines et Jean Marchand. X0 411p.  

 




 


L’histoire de nos irlandais

Si la communauté irlandaise au Québec vous intéresse, prenez note de l’arrivée en librairie de cet essai Le Québec et l’Irlande sous la direction de Linda Cardinal, Simon Jolivet et Isabelle Matte. Ce n’est peut-être pas la première fois qu’il est question dans un livre d’histoire, de la contribution des irlandais à la vie montréalaise. Mais c’est le premier titre du genre à aller au fond du sujet en ne négligeant aucun aspect des comparaisons entre nos deux identités. On apprend une foule de choses dont le fait que jusqu’à 1900 il y avait plus d’irlandais chez nous que d’anglais.

Le Québec et l’Irlande. Collectif. Septentrion 291p.    www.septentrion.qc.ca

 




 


Tueur sur le web

Cannes est en émoi. On a retrouvé les cadavres de blondes plantureuses, qui toutes ont en commun d’avoir été des escort girls. Très rapidement on va se rendre compte que les sollicitations funestes et les propositions de service ont été faites par l’entremise d’Internet. Toute une enquête démarre pour l’agence parisienne d’enquêteurs au privé «Détectives & Associés ». Et il faut faire vite car le temps joue contre les limiers et il ne faut pas que d’innocentes jeunes femmes perdent leurs vies aux mains d’un pervers sans foi ni loi. Tel est la toile de fond de Web killer de Philip A. Sullivan un des maîtres du thriller contemporain.

Web Killer. Philip A. Sullivan. L’Archipel 368p.  www.editionsarchipel.com

 




 


Une histoire d’orchestre tzigane

Velibor Colic a intitulé en sous-titre de son roman Ederlezi l’étiquette de comédie pessimiste. C’est vrai que ce n’est pas vraiment jojo ce qui arrive à cette formation tzigane avec son meneur Azlan. Qui va connaître l’horreur des camps d’extermination puis la guerre en ex-Yougoslavie en 1993.  C’est bien un roman, mais c’est raconté de telle façon qu’on croirait lire la biographie d’une réelle formation musicale, où une qui en a été la source d’inspiration.

Ederlezi. Velibor Colic. Gallimard 212p.  

 




 


L’art du portrait version écriture

Mr. Gwyn d’Alessandro Baricco est l’histoire singulière d’un écrivain britannique à succès Mr. Gwyn qui à la suite de trois romans bien reçus par le public décide de ne plus publier. C’est qu’il fait savoir au quotidien The Guardian. Son agent est complètement médusé. Et pourtant c’est la vérité. Pas tout à fait dans la réalité car notre homme de plume ou de clavier, c’est selon, décide de vouloir se consacrer au portrait d’individus. Il va être confronté dès lors à des situations qu’il n’avait pas prévu. C’est un roman qui pose une question existentielle, c’est quoi un écrivain ?

Mr. Gwyn. Alessandro Baricco. Gallimard 184p.   

 




 


Chroniques ukrainiennes

Ça tombe bien que Les errantes soient publiées au moment où l’Ukraine défraie la manchette de l’actualité. Lyane Guillaume narre les tribulations d’une femme, Mariana et de sa fille Oxana qui a dix-huit ans. Elles vivent à Kiev et ont décidé de s’exiler à Paris qui leur paraît comme un Eldorado. Pour la petite histoire Mariana était enceinte de sa fille au moment du drame de Tchernobyl. C’est toute la question de l’errance qui est en toile de fond avec aussi en filigrane la catastrophe nucléaire évoquée plus haut. C’est remarquablement écrit et la romancière a bien capté l’âme slave, sa mélancolie touchante.

Les errantes. Lyane Guillaume. Éditions du Rocher 251p.    www.editionsdurocher.fr

 




 


Chevaux sauvages et bush australien

Les amoureux du cheval, la plus belle conquête de l’homme vont adorer Diamond spirit de Karen Wood qui nous amène bien loin sur la planète, exactement dans le bush australien. Il y a une dispute entre deux frères dans un ranch. Et l’un d’eux, Luke, va quitter le domaine pour aller à la rencontre des chevaux sauvages. L’histoire en elle-même est simple. Mais ce qu’on retiendra ici c’est la quête initiatique, car le gars se cherche en même temps. Il est en crise d’identité.

Diamond spirit. Karen Wood. Fleurus 238p.    www.fleuruseditions.com

 




 


Sauver le monde de sa destruction

C’est rare que Gallimard se lance dans la fiction mais ici il faut dire que c’est champion avec Ann Brashares qui a à son actif le best-seller « Quatre filles et un jean ». Ici et maintenant  le protagoniste le dit d’emble « Le monde que j’ai fui est en ruines. Nous sommes là pour préserver le monde de sa destruction. Si nous ne suivons pas les règles, tout disparaîtra. » Et il ajoute qu’Ethan ne doit pas connaître son secret. Bon, est-ce que tout ce mystère vous captivera ? Nul doute.

Ici et maintenant. Ann Brashares. Gallimard 314p.   

 




 


Conclusion de la saga Fanette

Sortez vos mouchoirs. Avec le tome 7 de la saga Fanette, Suzanne Aubry met un terme à toute cette épopée québécoise du XIXème siècle. Honneur et disgrâce est le titre de ce dernier volet. Nous reproduisons ici la quatrième de couverture pour que vous sachiez ce qui arrive des personnages que vous avez aimé dans les tomes précédents « Québec, juillet 1866. Amanda et Sean apprennent du notaire Hart qu'Alistair Gilmour leur a légué une somme importante. Quant à Fanette, elle a hérité du domaine de Cap-Rouge, qu'elle décide de vendre, afin de tourner la page sur le passé. Victor Lemoyne a pris Fanette à l'essai à son journal Le Phare. Julien n'approuve pas la décision de sa femme de travailler alors qu'elle a des enfants en bas âge, mais Fanette ne veut pas sacrifier sa passion pour le journalisme à ses devoirs de mère de famille. Le reporter Oscar Lemoyne habite chez son oncle Victor à Montréal durant son enquête sur un mystérieux vol de cadavres. Les deux hommes seront bientôt au centre de ce qui deviendra « l'affaire Lemoyne ». Monseigneur Bourget a sommé l'Institut canadien de purger sa bibliothèque des livres mis à l'Index, menaçant ses membres d'excommunication. Victor publie un article dans lequel il clame haut et fort le droit pour tous à la liberté d'expression. Il paiera cher le prix de son courage. Après deux ans, un acheteur se présente enfin pour acquérir le domaine de Cap-Rouge. Il s'agit de Gérard Tourrais, un unijambiste ayant fait fortune à la Martinique. Sous le teint basané et la longue barbe poivre et sel se cache toutefois l'ancien agent de renseignement Auguste Lenoir. Tenant Fanette pour responsable de son incarcération, il prépare sa vengeance. »
Encore une fois la romancière historique fait mouche. Qui prépare une adaptation télévisuelle à sa belle histoire. Et vous ne languirez pas trop longtemps car on apprend qu’elle s’attelle déjà à un gros roman.

Fanette. Tome 7 Honneur et disgrâce. Suzanne Aubry. Libre Expression 548p.   www.edlibreexpression.com

 




 


Sur un crime vieux de 135 ans

Le duo Douglas Preston et Lincoln Child n’abandonne pas. Les duettistes du thriller débarquent avec Tempête blanche une autre enquête de l’inspecteur Pendergast. Ce dernier vient au secours de sa protégée Corrie Swanson qui était venue enquêter sur la mort de onze mineurs dévorés par un ours en 1876.  Nous nous trouvons alors dans la station huppée de ski de Roaring Fork dans le Colorado. Au même moment un tueur en série d’un genre spécial, signe ses forfaits en incendiant de chalets. Et chaque fois les résidents s’y trouvent enfermés. Et on verra au final qu’il y a peut-être un lien insoupçonné avec ces homicides récents et celui vieux de 135 ans. Encore une fois le tandem réussit très bien sa mission de nous captiver.

Tempête blanche. Preston & Child. L’Archipel 427p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Alexandra Stewart se raconte

L’actrice d’origine canadienne, Alexandra Stewart prend le temps à 75 ans bien sonné de revenir sur sa carrière. Qui fut en dents de scie comme elle le reconnaît et qui aussi avoue ne pas avoir eu le flair de saisir les opportunités. Ainsi dans ses souvenirs ayant pour titre Mon bel âge elle révèle que c’est à elle qu’on pensait pour être la première James Bond girl. C’est Ursula Andress qui en héritera. Tout comme Elizabeth Taylor sera dans Boom à sa place. Mais elle ne nourrit pas d’amertume. Égérie de la Nouvelle Vague c’est une francophile qui eu pour amant Pierre-Elliott Trudeau.

Mon bel âge. Alexandra Stewart. L’Archipel 241p.   www.editionsarchipel.com

 




 


Les écueils qui frappent Internet

Internet s’annonçait comme la libre circulation des idées dans le plus pur esprit démocratique. Cette noble intention de départ a été déviée par des impératifs souvent malveillants, comme les hackers, la commercialisation, des frais abusifs d’utilisation et quoi encore. Surtout la surveillance électronique qui fait que Big brother est devenu une réalité. Boris Beaude réfléchit sur ce que devait être Internet, ce que c’est présentement et ce que ça risque de devenir. Ce chercheur suisse pose les bonnes questions pour notre temps. Internet même serait-elle menacé ?

Les fins d’Internet. Boris Beaude. Éditions Fyp 95p.    www.fypeditions.com

 




 


L’assistante de Mandela témoigne

Quel destin que cet Afrikaner blanche qui deviendra bien avant la fin de l’apartheid, l’assistante de Nelson Mandela. Zelda la Grange raconte ce géant de son poste d’observation privilégié. Elle nous fait admirer davantage cet homme qui était d’une droiture sans faille. Bonjour M. Mandela retrace le parcours de cette jeune dactylo qui dans le sillage de cet homme inspiré fréquentera les grands chefs d’État. Un très beau récit. On dit qu’un grand homme ne l’est plus pour son serviteur. Eh bien elle fait démentir l’adage. Il sort plus surdimensionné que jamais.

Bonjour M. Mandela. Zelda la Grange. Edito 429p.  

 




 


Il fut le triomphe de l’impressionnisme

Nous parlons ici de Claude Monet la figure phare de ce mouvement pictural. L’homme des nénuphars de Giverny. Taschen réédite la biographie réalisée par le grand marchand d’art Daniel Wildenstein et qui fait toujours autorité. Vous avez là l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur ce peintre qui jouait avec la lumière et qui a déjà dit que le sujet ne comptait pas en soi, seul ce qui se passait entre l’objet et lui. Inutile de dire le soin apporté à la reproduction des œuvres.

Monet. Daniel Wildenstein. Taschen 486p.   www.taschen.com

 




 


Cultiver à plus haut rendement dans un espace moindre

L’horticulteur Mel Bertholomew a mis au point une méthode de culture en carré qui permet par exemple à celui ou celle qui vit en milieu urbain, de faire pousser ce qui lui tente, sans fertilisant et en augmentant la production dans un espace moindre. Deux générations de jardiniers ont suivi son exemple. On réédite donc ce classique vendu à deux millions d’exemplaires Le jardinage en carrés amélioré. Une façon révolutionnaire de récolter en abondance sans avoir besoin de cultiver en rangs comme le veut la tradition.

Le jardinage en carrés amélioré. Mel Batholomew. Broquet 272p.   www.broquet.qc.ca

 




 


Fin de l’histoire de l’Île Perrot

Chez Septentrion, Lise Chartier poursuit et termine l’histoire de L’Île Perrot entreprise par la parution d’un premier tome qui couvrait la période de 1672 à 1765. Il faut rappeler que ce qui fut au départ un comptoir de traite, était géographiquement le poste le plus à l’ouest ce la colonie. Dans ce deuxième tomme « La fin de la seigneurie » on va de 1765 à 1860. Mme Chartier qui est chercheuse en communication à l’UQAM s’intéresse depuis dix ans à ce coin de pays et apporte une contribution inestimable à la connaissance de l’île.

L’Île Perrot. 1765-1860, la fin de la seigneurie. Septentrion 320p.  www.septentrion.qc.ca

 




 


Ni un oiseau, ni un chat

Connaissez-vous les tout petits l’Oizochat ? Il n’est ni un chat ni un oiseau. C’est un animal fabuleux à découvrir grâce à Rémi Courgeon. Il va être retrouvé inanimé dans la forêt et intrigue tous ceux qui le voit. Une historiette bien charmante en somme.

L’Oizochat. R.i Courgeon. Mango jeunesse.

 




 


Le coin habileté manuelle

Deux titres chez Crea passions.com pour ceux qui ont de la dextérité entre les deux doigts. Cartables et sacs à dos d’Edwidge Foissac alias « Ma petite cabane de Mavada ». C’est un guide pour qui veut créer soi-même ce matériel scolaire à l’aide de différents matériaux dont la toile bien sûr. Scolaire d’abord mais pas nécessairement, puisque les 25 modèles proposés sont des bases qui peuvent déboucher sur des cabas par exemple. Bref vous pouvez créer votre propre sac personnalisé. Et quel beau cadeau à offrir par la suite. Puis Marie-Ève Dollat nous arrive avec Mon kit de naissance, des patrons pour réaliser des vêtements et accessoires pour filles et garçons de la naissance jusqu’à l’âge de douze mois.

 




 


Deux livres polissons

Ils sont petits ces bouquins mais racontent de grandes choses, la rencontre d’hommes et de femmes au lit. Sophie Bérubé dans Premières fois narre la nuit possible de sa protagoniste avec un homme plus jeune et à son grand étonnement celui-ci se dérobe. Elle se va se réessayer avec d’autres d’où le titre. L’érotisme est ici « soft » teinté de romanesque. Tandis que Sylvie O. qui a publié d’abord en langue anglaise ses écrits érotiques publie Cercle libertin qui est une multiplication du verbe baiser. Et vous verrez qu’on n’en meurt pas, sinon de plaisir. Les deux sont chez Ecpression rouge.

 




 


La petite histoire du chanteur Mika

Le magazine Glam l’a décrété chanteur le plus sexy au monde. Il s’agit de Mika connu surtout comme coach à « The Voice ». Son premier méga succès remonte à 1997 avec « Life in cartoon motion » a été le plus vendu en France cette année là. A 24 ans c’est la consécration au NRJ Music Awards où il reçoit le titre de révélation de l’année. D’origine libanaise rien ne le destinait à devenir une star. Récemment, transparence tout à son honneur, il faisait son coming-out. Deux journalistes Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet nous raconte Mika que nous aurons montréalais, la chance d’entendre en direct à la Maison symphonique de l’OSM en 2015.

Mika. Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet. Archi poche 186p.   www.arcjipoche.com

 




 


Des nouvelles de Namasté

Maxime Roussy est toujours inspiré avec ses romans de Namasté. En voici deux du coup. Le premier Famille décomposée. Ici notre héroïne veut se faire un peu de sou comme gardienne d’enfants mais ça vire à chaque fois au cauchemar. Elle promet à chaque fois de ne plus s’y faire prendre. Mais…Ensuite, dans la série « Les femmes et les enfants d’abord », Fred est amoureux. Sa sœur s’en inquiète, elle qui n’a presque plus un rond dans son compte de banque. Quelle misère! Les deux titres comme toujours sont publiés aux éditions La Semaine.

 








 


Le coin santé physique et psychique

Vous avez deux thérapeutes Christophe Druilhet et Jean-Marc Munarriz qui se font fort de nous rappeler le lien existant entre les désordres psychologiques et les maladies physiques. Ça donne Gurérir par la puissance de la pensée pourquoi pas ? chez Lanore. La pensée peut tout et ils nous en font la démonstration éclatante. Un autre duo d’auteurs, Stephen Jourdain et Gilles Farcet revienne avec un best-seller L’irrévérence de l’éveil suivi d’un supplément « Le génie est un enfant ». C’est aux éditions Accarias. On se fait insistant sur le moment où nous n’avons plus d’autre choix que de renaître par l’Éveil qui nous débarrasse de toutes nos scories de vie. Une question est posée par le neurobiologiste Jean-François Bouvet, à quoi ressemblerons-nous demain ? Dans son essai saisissant Mutants chez Flammarion il nous montre que l’évolution de l’espèce humaine connaît une sorte de big bang chimique. Du genre que des fillettes de sept ans entrent déjà en puberté, que les français grandissent, que l’utérus artificiel ne sera plus bientôt une utopie et que l’on pourra procréer sans sexualité. Vous ne serez pas au bout de vos surprises. Ailleurs c’est la phase de l’adolescence qui est passée en revue à la lumière des connaissances actuelles. Un groupe de chercheurs sous la direction de Michel Claes et Lyda Lannegrand-Willems nous offre La psychologie de l’adolescence. Il se présente en trois parties et décrypte toutes les étapes de cette évolution cruciale de l’individu qui remet tout en question. C’est aux Presses de l’Université de Montréal.

Y a-t-il une solution contre l’hypertension, le diabète, le cholestérol et le surpoids. Il semble que oui si on en juge par le Dr. Max Rombi est d’abord et étrangement, un vétérinaire qui s’est tourné vers la phytothérapie, fondant même un laboratoire. On lui doit cette découverte, le syndrome XXL qui est un excès de sel associé à une carence en potassium. Son ouvrage Le régime potassium comprend 50 recettes santé pour combler ce déséquilibre. C’est chez Alpen. Byron Katie à qui ont doit « Aimer ce qui est » et « J’ai besoin que tu m’aimes : est-ce vrai ? » a des idées assez arrêtées sur ce que doit être l’existence quand on la prend en main. Les mille visages du bonheur est dans cette continuité chez Guy Trédaniel éditeur. Tous les sujets y passent dont la compassion à laquelle elle accorde assez d’espace. Il faudrait faire preuve de plus d’indulgence pour les autres. Et en terminant, on réédite Éduquer à la santé de Louise Hagan écrit en collaboration avec Louise Bujold. Mme Hagan a enseigné durant trente ans les techniques infirmières à l’Université Laval, tandis que la seconde est infirmière et anthropologue. C’est un guide de formation spécialisée qui dépasse la simple description des maladies et du malade. Le patient est ici considéré comme un partenaire dans le processus de l’amélioration de sa santé.    

 






 


Le coin spiritualité

Comme quoi il n’est jamais trop tard pour édifier les enfants, voire ici même les bébés aux fondements des grands principes chrétiens. Voici que chez Mame on édite La Bible pour les bébés. Un véritable exploit que de synthétiser pour un si jeune auditoire les hauts faits du livre de Dieu. Mais il faut avouer que l’exercice est réussi. Puis deux titres chez Almora. Le premier, Le joyau du yoga shivaite. Attention c’est du sérieux. C’est un traité du XVIème siècle quo abolit la distinction entre l’individu et l’Être suprême. C’est en même temps l’identification absolue avec Shiva grâce au yoga. Puis de Prabha et Bruno « Moi et moi-m’aime ». Un fabuleux jeux de mots C’est un livre qui est une pratique de délivrance des souffrances et du malheur. Une déprogrammation thérapeutique pour en arriver à retrouver la phase enfant en soi. Svâmi Prajnanpad chez Accarias signe le tome II des Yeux ouverts préfacé par André Comte-Sponville. C’est une lettre du maître à ses disciples. Le préfacier qui le classe comme un esprit au-dessus de tout ne le voit pas comme un simple philosophe mais comme un sage. Et petit fait notable en passant, il précède toujours ses recommandations par des bénédictions en guise de salutation. Et puis voici un pèlerinage photographique Emaho Tibet des bénédictions du pays des neiges. De Simhananda c’est à la fois un album photo du Tibet sacré, mais aussi des vignettes de grande spiritualité qui viennent compléter le tout. Un ouvrage de grande qualité graphique que l’on peut revoir à l’infini, tel un bréviaire.  

 




 


Un chanteur de charme raconte sa noirceur et sa rédemption

Les quinquagénaires et plus se souviennent de Pierre Sénécal qui a eu son heure de gloire comme interprète de chansons sentimentales. Malheureusement pour lui, il aura eu un geste à connotation sexuelle avec une fille d’âge mineur qui va provoquer sa chute bien des années après la commission de l’acte. C’était aussi il faut le rappeler la star des « jingles » commerciaux. Il sentait le besoin de partager ce qu’il a vécu et de rectifier des faits. Car la machine à rumeurs s’était évidemment mise de la partie. Un bon livre du côté cas vécu qui montre la fragilité des humains, à plus forte raison quand ils sont artistes.

Ma vie en dents de scie. Pierre Sénécal. Clermont éditeur 393p.    www.clermontediteur.ca

 




 


La belle aventure du nouvel Observateur

L’hebdomadaire Le nouvel Observateur a maintenant un demi-siècle d’existence derrière lui. Pour marquer le coup, Jacqueline Remy a retracé cette grande aventure journalistique avec ses deux têtes pensantes Claude Perdriel et Jean Daniel. Une publication d’engagement qui en même temps a été le témoin des grands enjeux du XXème et XXIème siècle. Saluons ce devoir de mémoire raconté avec brio.

Le nouvel Observateur. 50 ans de passions. Jacqueline Remy. Pygmalion 348p.  

 




 


Un récit sur le joug des Khmers rouges

Vaddey Ratner a de qui tenir. Elle est la descendante du roi Sisowath qui a régné sur le Cambodge de 1904 à 1927. Son premier roman qu’on décrit aussi comme un récit, A l’ombre des arbres millénaires nous transporte au moment où les Khmers rouges s’emparent du pays. Il y a d’un côté Raami, fillette de sept ans qui marche à l’ide d’une attelle, conséquence de la polio. Son père est officiellement un poète, mais en réalité c’est un prince de sang. Les occupants s’en rendent comptent et forcent la fille à dénoncer son père. Elle s’y voit contrainte et en gardera des séquelles psychologiques sa vie durant. C’est une variation sur le thème de l’horreur et qui décrit bien le génocide vécu de l’intérieur.

A l’ombre des arbres millénaires. Vaddey Ratner. Denoël 439p.  

 




 

Autour de Rimbaud en Arabie Saoudite

Comme idée de roman c’est génial. Serge Filippini pour son Rimbaldo s’est imaginé la mise en contexte de la célèbre photo retrouvée assez récemment prise à Aden en 1880 où on voit Rimbaud dans sa nouvelle existence, entouré de six autres personnes. Ce cliché était une idée du patron du Grand Hôtel de l’Univers qui voulait faire du coup une promotion pour son établissement. Il n’en fallait pas plus pour que le romancier construise son imaginaire.

Rimbaldo. Serge Filippini. La Table ronde 144p.    www.editionslatableronde.fr

 




 


Une femme cadre revit son passé

Ne vous laissez pas tromper par la jaquette de couverture. Les dessous d’une v.-p. de Rosette Laberge n’est pas un ouvrage érotique. Il raconte plutôt la vie mouvementée de Sonia, une vice-présidente à la production qui est une femme dotée d’un sacré tempérament. Elle a dû se battre pour en arriver là où elle est. Tout serait pour le mieux, sinon des pépins inhérents aux gens ambitieux, mais différents événements de son passé, dont un, refait surface. Et l’auteure nous décrit la manière dont celle qui avait l’habitude de pelleter sa vie derrière elle, doit maintenant faire face à la musique. On retiendra surtout les aléas du pouvoir au travail. C’est fichtrement bien écrit. Beaucoup de femmes de carrière se reconnaîtront dans cette vie tumultueuse.

Les desous d’une v.-p. Rosette Laberge. Clermont éditeur 225p.   www.clermontediteur.ca

 




 


De la sexualité des femmes

Autant vous le dire tout de suite, ces messieurs vont adorer Épisodes de la vie des mantes religieuses de Louis Calaferte. Car vous y trouverez des femmes que vous souhaiteriez ardemment connaître. Certaines n’ont vraiment pas froid aux yeux côté sexe. Il a le mérite de bien connaître l’autre sexe. Et use de beaucoup de métaphores pour parler de la chose, comme l’égorgement pour indiquer la pénétration du vagin. L’ouvrage est préfacé par Marcela Iacub qui, femme d’avant-garde elle-même et assumant pleinement sa sexualité, si elle s’est prêtée au jeu, c’est que ce bouquin mérite le détour.

Épisodes de la vie des mantes religieuses. Louis Calaferte. Denoël 182p.   www.denoel.fr

 




 


Des dialogues socratiques sur des dossiers contemporains

Bel exercice de style qu’ont mené les Robert Aird et Yves Trottier en écrivant à deux mains Qu’en dis-tu, Socrate ? C’est un pastiche des grands échanges dans l’agora d’Athènes, à cette différence que les augustes philosophes abordent des sujets d’aujourd’hui comme la laïcité et les gaz de schistes. Vraiment bien réussi. Et ça permet de confronter nos idées aux leurs.

Qu’en dis-tu, Socrate ? Robert Aird et Yves Trottier. VLB éditeur 154p.   www.editionsvlb.com

 




 


De quoi attirer les oiseaux

Vous aimeriez que des oiseaux s’arrêtent chez vous ? Gilles Lacroix nous donnent de bons tuyaux pour construire Mangeoires et nichoirs. C’est aux éditions Broquet. Il y a des trucs qui les attirent et qu’il faut savoir, de même que les erreurs à éviter. Ainsi pourrez-vous voir le premier envol de vos oisillons.

Mangeoires et nichoirs pour attirer les oiseaux. Gilles Lacroix. Broquet 168p.    www.broquet.qc.ca

 




 


De l’enseignement de bons trucs pour bien cuisiner

Le savir transmis par le duo Clara Paul et Éric Treuillé est tel que même des professionnels en cuisine sauront y trouver leur profit. 200 trucs à connaître pour bien cuisiner. Ici il est questions autant des modes de cuisson que de la manière de couper les aliments, préparation et la présentation des aliments. Nous avons présenté cet ouvrage à un chef de notre entourage qui n’a eu que des bons mots pour cet album didactique.

200 trucs à connaître pour bien cuisiner. Clara Paul et Éric Treuillé. Broquet 256p.     www.broquet.qc.ca

 




 


Bracelets bohèmes à confectionner

Ils sont jolis ces bracelets faits de divers matériaux dont le chanvre ou le fil à broder. Du genre que porte les bohémiennes ou les gitanes. Vous pouvez en confectionner vous-même selon les instructions de Suzanne McNeill. Bracelets d’amitiés est une invitation à épouser le style éco chic.

Bracelets d’amitié. Suzanne McNeill. Broquet 64p.    www.broquet.qc.ca

 




 


L’intégrale du premier héros de la BD québécoise

Les fans de BD n’ont pas besoin qu’on leur présente Michel Risque qui a le mérite d’être le premier héros de la banque dessinée québécoise moderne. Ce personnage a été créé en 1975 par Réal Godbout et publié dans la Barre du jour. Par après il fera équipe avec Pierre Fournier à la scénarisation. Et leur personnage se retrouvera dans le magazine satyrique Croc. Cette BD va devenir mythique au sens où on ne la retrouvera plus nulle part. Se rendant compte de la chose les éditions La Pastèque entrepris en 2005 de rééditer des albums. On a donc décidé ensuite après trois ans de gestation de rééditer en deux tomes l’intégrale des aventures de notre homme. Voici le premier qui comprend huit histoires. Car il est globe-trotter notre sympathique personnage. Pas étonnant que les mordus de la BD ont réservé un accueil à la réédition de ces historiettes.

Michel Risque l’intégrale T.1. Godbout et Fournier. La Pastèque 189p.  

 






 


Le coin santé physique et psychique

Sous le pseudonyme d’Aigle Bleu, un fin connaisseur des traditions des Premières nations nous décrit Le cercle de toutes nos relations. Il intitule son ouvrage comme le manuel pour une nouvelle terre. Et que nous avons le pouvoir de changer les choses et que si nous respectons la nature, celle-ci nous le rendra au centuple. C’est aux éditions du Dauphin Blanc. Chez le même éditeur Kyle Gray mobilise le ciel pour obtenir des miracles avec Prières aux anges. Ce médium écossais nous présente la hiérarchie des anges et comment la prière peut renforcer la vie. Les trois prochains titres sont aux éditions AdA. Votre ultime plan de vie de Jennifer Howard c’est de savoir comment transformer en profondeur son expérience du quotidien et d’instaurer un changement durable. L’auteure est psychothérapeute et coach de vie. Douglas de Long lui, arrive avec Nos vies antérieures. Si on se soucie parfois de la vie après la vie, s’arrête-t-on à penser ce qui est arrivé avant nous. C’est un traité pour comprendre la réincarnation et pour améliorer le présent. Et enfin, la renommée Louise L. Hay s’associe avec un grand spécialiste sur le deuil David Kessler pour la publication de Vous pouvez guérir votre cœur où comment trouver la paix après une rupture, un divorce ou une mort. Pou conclure. Jeanne Saud-Facchin est une psychologue clinicienne spécialiste des surdoués. Elle s’intéresse beaucoup à la méditation et nous sort Tout est là, juste là aux éditions Odile Jacob. C’est de la méditation de pleine conscience, destiné tant aux adultes qu’aux enfants. Cet ouvrage est une panoplie d’exercices et d’idées pour pratique cet art d’intériorité avec les enfants. Vous avez en prime un CD pour guider les méditations. 

 

ARTICLES ANTÉRIEURES

2014 : janvier : février : mars : avril : mai
2013 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet : août : septembre : octobre : novembre : décembre