- LIVRES dÉcembre 2017 -
 
 


 

Tout Hitler en textes et en images

Quand on regarde attentivement la photo de poupon d’Adolf Hitler en page 25 de la biographie Hitler l’homme et le monstre de Michael Kerrigan on a du mal à imaginer que ce seul être humain sera à l’origine de 50 millions de morts et modifiera à jamais notre perception du genre humain au lendemain de la découverte des camps d’extermination. Cet album superbement illustré retrace pour l’essentiel de ce parcours absolument hors norme qui fait de ce personnage historique sans pareil une sorte d’Antéchrist démoniaque. Cette édition est déjà assurée d’un record en libraire du seul fait de son sujet. Car à juste titre le dictateur captive. Il n’y a pas une semaine dans le monde entier qui ne diffuse une émission sur lui à la télé ou sur le Troisième Reich. Pour quiconque qui ne veut pas se taper un gros pavé de 500 pages, cette biographie en textes et en images livre l’essentiel de ce qu’il faut connaître. Et c’est un impératif de se la procurer car on a déjà dit que celui qui ignore l’Histoire est condamné à le revivre.

Hitler l’homme et le monstre. Michael Kerrigan. L’Imprévu 224p.


 






 

Le coin de la spiritualité

Trois livres qu’il fait bon lire précisément en ce temps des Fêtes où les jours de congé nous laissent plus de temps libre et aussi une parenthèse pour communier à la spiritualité. Une première recommandation, et de taille, c’est le livre testament de Léon Tolstoï « Le chemin de la vie » dont il a revu sa copie sur son lit de mourant. C’est donc un grand moment dans la vie de l’écrivain russe qui avant de quitter pour retrouver le Très-Haut va coucher sur papier ce que la vie lui a appris. Par fois ce sont des textes soutenus, souvent des aphorismes. S’il est progressiste sur énormément de points, il demeure un être de son temps. Comme lorsqu’il écrit que « la femme ne peut se libérer de son sort » en rappelant que la maternité est l’épicentre et la justification de son existence. Par ailleurs, alors que les châtiments corporels font partie du « dressage » éducatif à l’époque, lui il les considère comme rétrogrades et peu propices à l’élévation humaine. C’est son chemin de vie qu’il examine rétrospectivement au soir de son existence. C’est aux éditions Novalis.

Chez le même éditeur La paix soit avec toi Salam Alaykum coécrit par Christian Defebvre et Othmane Iquioussen. Dont la démarche est de faire la démonstration que, contrairement à l’idée reçue, les religions peuvent être faites pour réunir. Le premier est spécialiste de l’histoire des religions. On luit doit à travers son riche parcours intellectuel d’avoir coordonné le premier manuel européenn d’histoire des religions chez Hachette. Son complice se distingue par le fait d’être l’un des plus jeunes imams de France. C’est un diplômé en sciences islamique de l’Université Al-Azhar au Caire. Comme ce sont deux êtres proches des milieux de l’enseignement, ils en arrivent à prôner une éducation en quête de cens avec une approche multi référentielle. C’est un beau cours d’histoire comparée de ces deux grandes religions, chrétienne et islamique. Ils pavent la vie à un dialogue centré sur l’ouverture.

Peut-être le nom d’Henri Caffarel ne vous dit pas grand-chose. Lui-même ne courait pas après les projecteurs. Décédé en 1996 à l’âge vénérable de 93 ans, il a été toute sa vie selon son expression, un mendiant de Dieu, et surtout un ardent propagandiste de la prière. Ça été même l’occupation de toute sa vie. Le professeur de théologie à l’Université Saint-Paul durant vingt ans, Jacques Gauthier lui consacre un livre qui est à la fois un abrégé de biographie et un portrait spirituel de ce prêtre singulier dont on mène en ce moment des démarches à Rome en vue de sa canonisation. C’était comme le mentionne le sous-titre du livre un « Maître d’oraison »  l’oraison étant une prière intérieure. Également il se faisait le chantre de l’amour conjugal et même de la spiritualité conjugale. L’auteur a eu le privilège de le rencontrer en France dans une communauté de l’Arche. En terminant, rappelons que l’abbé Caffarel a été le fondateur des Équipes Notre-Dame et de la maison de prières de Troussures, si chères au cœur du pape Benoît XVI.


 


 

Et sur des meurtres en série

Les serial killer captivent durablement et la littérature se fait fort de combler les curiosités des lecteurs sur la psychologie des ces êtres qui ont subi l’ablation du cœur et qui trucident leurs semblables sans états d’âme. Si vous aimez lire à leur propos, voici un sacré bon thriller qui s’est mérité le prix Michel Bussi du meilleur thriller français de 2017. Il se nomme Le tricycle rouge de Vincent Hauuy. A la ville, le gars est concepteur de jeux vidéos. Un travail identique à celui du monde du cinéma pour lesquel il faut concevoir des scénarios. Et il est passé maître en la matière. Ila donc transposé tout son talent à l’écriture. Ici il met en scène un profileur qui était hors circuit pour cause d’accident dans lequel il a eu la douleur de perdre sa femme. Mais des événements sordides vont le ramener sous les projecteurs. Et le Canada vous le verrez est le théâtre de scènes de crimes. Ailleurs à New York une journaliste enquête sur la disparition d’un reporter. Il se pourrait qu’il y ait un lien entre tous ces meurtres. De l’action en voulez-vous, vous ne demeurez jamais sur votre faim. Et faisons un paronyme sur le mot fin, celle-ci vient trop vite à notre goût.

Le tricycle rouge. Vincent Hauuy. Hugo 491p.    www.hugoetcie.fr


 


 

Un roman sur l’addiction au jeu

Toute dépendance entraîne son lot de souffrances. D’abord pour la personne concernée qui se voit aspirer par un tourbillon infernal menant souvent à une sorte de déchéance morale. Plus rien d’autre ne compte que son vice. Pierre Bordage nous en donne un aperçu avec Tout sur le zéro consacré tout entier à l’addiction au jeu. Bien qu’il ait coiffé son livre du mot roman, à lire chaque chapitre qui est une étude de cas, on croirait parcourir un essai avec des situations vécues. Ceux qui sont passé par cet enfer se reconnaîtront, les autres seront mis au parfum de la psychologie de ces êtres et comment ils en sont arrivés à faire du jeu de hasard le centre de leur vie au détriment de tout le reste. Ça tienr du aussi du documentaire.

Tout sur le zéro. Pierre Bordage. Au diable vauvert 263p.   www.audiable.com


 


 

Les Quatre filles du Dr. March revisitée à la moderne

On connaît tous ce célèbre roman de Louisa May Alcott « Les Quatre filles du docteur March » qui connut un immense succès tout autant que les adaptations au cinéma. S’inspirant un peu de ce classique de la littérature anglo-saxonne, Anna Todd l’a transposé à sa manière à notre siècle dans Spring girls les Spring dont il est question ici, étant le patronyme d’une famille américaine de la classe moyenne comptant quatre filles, vivant avec leurs parents sur une base militaire près de la Nouvelle-Orléans. Le père, militaire, est en mission en Irak. La maman sera alors la véritable reine du foyer. Et l’auteure de nous décrire par le menu les tourments de ces jeunes filles sur lesquels veille Cupidon, prêt à décocher ses flèches. Et si on s’amuse à faire des comparaisons avec l’ouvrage ayant servi de source d’inspiration, pour se rendre compte que peu importe les époques, les préoccupations humaines demeurent fondamentalement les mêmes, l’homme n’évoluant, au contraire de la technologie, que très lentement surtout en matière d’affaire sentimentale. C’est un beau roman dont le septième art devrait s’emparer.

Spring girls. Anna Todd. Hugo 480p.     www.hugoetcie.fr


 


 

Les quatre vérités de Bukowski sur la littérature

Ah!, ce Charles Bukowski, inimitable. Ce souillon autoproclamé était peut-être désargenté, mais il tait milliardaire en valeur de liberté et il aura eu au moins le mérite de réaliser un passage terrestre sans filtre. Et si vous voulez saisir la tonalité de son propos, nous vous recommandons hautement Sur l’écriture. C’est une anthologie de textes inédits dont nous pouvons prendre connaissance grâce à la maison d’édition Au diable vauvert. Ce sont des correspondances diverses à des gens du monde des lettres, on devrait dire du business des lettres, car il est énormément question d’argent. On constate par contre que certaines revues payaient bien parfois, puisque ce grognon d’étonnait de pouvoir surfer avec la publication de quatre poèmes. Par ailleurs si vous désespérez du monde actuel, rien de nouveau. L’écrivain se plaint des amendes élevées pour un rien, de la loi qui force à tenir son chien en laisse, des nourritures avec additifs qui n’ont plus rien à voir avec la nature, les villes qui réduisent l’illumination des lampadaires dans le cadre d’un programme d’austérité pour contrer les dépenses, Et c’est écrit en 1954. Du bonbon et une véritable récréation pour les esprits.

Sur l’écriture. Charles Bukowski. Au diable vauvert 319p.    www.audiable.com


 


 

Zoothérapie dans les deux sens

C’es toi le chat de Laura Trompette est assuré de trouver un immense lectorat, ne serait-ce que du côté de ceux qui vouent une affection démesurée pour les animaux de compagnie. Car en effet, un chat et une fillette sont au cœur de ce roman. Au départ c’est un père veuf, sa femme étant décédée il y a trois ans, qui élève tout seul sa fille âgée de sept ans. Ce chef de cuisine est débordé par la tâche, et pour alléger son fardeau et aussi celui de sa fille pas encore remise de la disparition de sa maman, va décider de lui faire la surprise d’un chat qu’il a trouvé alors qu’il était abandonné. Son agenda caché étant que l’animal exerce une sorte de zoothérapie sur la fillette. Mais le petit problème, c’est que le chat lui-même a des problèmes. Vous voyez d’ici l’affaire. Qui viendra finalement en aide à qui ? C’est un sujet traité avec tendresse et drôlerie. Qui d’ailleurs a été jugé le best-seller de l’été par le magazine Télé Star.

C’est toi le chat. Laura Trompette. Pygmalion 372p.


 


 

Une jeune femme qui s’invente une vie rattrapée par Cupidon

Voici un roman sentimental. Écrit comme ça, ça peut sembler réducteur. Mais quand c’est Fioly Bocca qui prend la plume, le niveau grimpe. Nous sommes à Turin. Elle s’appelle Anita, bosse dans une agence littéraire où elle s’emmerde. Son fiancé ne se montre pas plus de proximité qu’il faut. Mais quand elle écrit à sa mère qui est gravement malade, elle fait des embellies sur son ordinateur. Elle masque la vérité pour la ménager. Toute cette comédie va prendre une toute autre tournure, le jour où sur sa route, elle va croiser un tout un mec, avec des goûts étranges, romanesque. Dans un premier mouvement elle feint de prendre de la distance, mais à l’intérieur d’elle un feu la consume. C’est une histoire somme toute banale avec les archétypes du genre. Mais là, tout est dans la manière. L’écrivain est au zénith de son talent.

Une seconde d’éternité. Fioly Bocca. Denoël 168p.


 


 

En héritage…une vache!

Dans la collection si estimée « Du monde entier » chez Gallimard, consacré aux littératures étrangères, on n’est jamais à court de belles surprises. C’est le beau cadeau qui vient avec la curiosité. Et le dernier opus est dans cette continuité de grande qualité avec Lueurs de la pampa. C’est un scénariste d’origine argentine, et même d’un petit bled de la pampa qui a pour nom Chivilcoy. Un jour il reçoit un appel de son paternel qui lui annonce d’une part qu’un de ses oncles est décédé et qu’il l’a couché sur son testament. Fort bien. Mais il faut voir de quoi il hérite le neveu…d’une vache. Ce sera l’occasion pour le bénéficiaire, outre de gérer ce présent, de retourner dans la pampa et de revivre des pans de son passé. En plus l’oncle qui était marginal en tout, avait enfoui des fragments d’un manuscrit qui cachait un squelette dans le placard. Avec d’aussi bons matériaux, l’écrivain était en orbite.

Lueurs de la pampa. Hernan Ronsino. Coll. Du monde entier. Gallimard 323p.


 


 

Des finlandais en exil en Russie soviétique déchantent

Il faut se souvenir que les chantres du parti communiste vantaient à travers la planète leur régime où il n’y avait plus de classes sociales, où l’égalité se vivait entre les hommes. Et beaucoup furent ainsi ensorcelés par les sirènes du Kremlin. Donc, retour en arrière en 1925. Un couple de finlandais va fuir leur pays pour migrer vers Petrograd. Au début la vie n’est pas trop mal. Mais au moment du changement de nom, alors que la ville russe se nomme désormais Leningrad la donne change. Et là on se trouve plongé dans un régime répressif. La vie est intenable. Et un peu comme avec ce qui se passe en temps de guerre, la vie quotidienne dans une dictature permet de voir l’être humain dans ses extrêmes, le meilleur comme le pire. C’est un peu le message derrière cette histoire Ville au cœur de pierre du finlandais Sirpa Kähkönen.

Ville au cœur de pierre. Sirpa Kähköken. Denoël 451p.    www.denoel.fr


 


 

Des fragments du quotidien de Patrick Modiano

C’est un tout petit livre, le dernier cru de Patrick Modiano. Un peu plus de cent pages pour ces Souvenirs dormants dans lequel l’écrivain se dévoile, cette fois dans son rapport aux autres. Il y a un mot qui revient, fugue. Ce désir de fuite parfois, comme il dit, avec cette perspective de devoir échanger avec des êtres dont on ne sait pas trop où ils veulent nous entraîner et pas trop inspirants en somme. Et à côté de cela il y a des gens qui vont lui arracher plus d’attention. Ces pages vous livrent une floraison de personnages croisés avec divers degrés d’estime. Ici le portraitiste offre une véritable classe de maître où le sujet, le verbe et son complément sont en bonne place. Ça se déguste comme des petits fours.

Souvenirs dormants. Patrick Modiano. Gallimard 105p.


 


 

Une nouvelle enquête de Gus et Jerry

Dans le paysage des écrivains québécois, portez attention à Patrick Hamel qui n’a pas suivi le cursus des littérateurs lettrés qui ont émargé des cours de littérature dispensés par nos universités. Au contraire, c’est un autodidacte et de surcroît légèrement dyslexique. Cela étant dit, il fonce, animé par le seul bonheur de raconter une bonne histoire et de la faire partager. Il a connu un très beau succès avec « La ruelle » et il persiste avec un thriller Le murmure d’un cri qui est l’occasion de ramener le tandem d’enquêteur que sont Gus et Jerry. A la base c’est un nanti et philanthrope, un peu dingue sur les bords, qui a en tête un projet forcément fou que vous découvrirez. Et pour mener à bien son fantasme, il fait enlever de par le monde, des étudiants en art. Ici c’est donc une enquête sur des disparitions. Et comme dans ce genre littéraire un enquêteur est toujours interpelé sur un plan personnel. C’est ainsi qu’un ami des limiers va être trucidé. Ce qui annonce par le fait même les retrouvailles avec un ennemi. Bref ça va barder. Tous les ingrédients sont ici réunis pour vous faire passer un excellent moment. Et le rythme est trépidant.

Le murmure d’un cri. Patrick Hamel. La Plume d’or 382p.    www.editionslpd.com


 




 

Deux petits bijoux de polar chez l’éditeur Baie des Anges

La maison Baie des Anges se constitue progressivement un catalogue qui vaut son pesant d’or, surtout avec cette petite collection de polar « noir méditerranée ». Deux opus nous parviennent. Le premier Mystère à Isola 2000 de Jean Emelina et Les démons de la Baie des Anges du duo Isabelle luminet et Catherine Sackur. Pour le premier titre, cinquième au palmarès de l’auteur, c’est l’assassinat d’une milliardaire ex-star du porno dont on a découvert le corps sur un télésiège. Et c’est au commissaire Bellini de la criminelle niçoise et chaud lapin de surcroît que l’on confie le dossier. Tout en essayant d’élucider l’affaire, sa forte nature trouvera moyen d’être mise à contribution. On ne s’ennuie pas une seconde. Puis pour ce qui est de notre duo, Que dites-vous d’un guyanais d’origine étouffé par une femme nue dans un parc de loisir à Nice ? Plus fou que ça tu meurs. Ce qui est remarquable avec ces charmants petits bouquins c’est qu’ils sont distrayants au possible On en redemande.


 


 

Un conte trash

La chanteuse et comédienne Brigitte Fontaine qui est aussi écrivaine, il ne faut pas l’oublier, est, en raison de sa nature vaporeuse d’artiste, capable de créer des mondes. Comme elle le fait avec L’onyx rose son nouveau roman. Qui met en scène c’est le cas de le dire Ignatio et Betzabé. Une histoire de princesse trucidée par une vilaine reine et qui ressuscitera. Ça fait penser à la Belle au Bois dormant mais en version trash. C’est vraiment un univers que n’aurait pas dédaigné un Jean Cocteau.

L’onyx rose. Brigitte Fontaine. Flammarion 131p.


 


 

L’éprouvante Jessika

Les désordres mentaux et ceux qui les vivent, font souvent l’objet d’un bon roman. Ajoutez une romancière capable de mettre en mots les désarrois de son sujet et ça donne les deux tomes de L’amour avec un toc d’Émilie Boutin qui est à la ville enseignante en coiffure et une fervente sportive. Elle nous fait découvrir Jessika, son personnage principal, compliquée à souhait, surtout dans le domaine des relations intimes. Qui avance juste ce qu’il faut dans une relation nouvelle et qui recule. On pourrait croire dans un premier temps que c’est un cas, mais elle ressemble à pas mal de filles de notre époque. C’est une souffrance sur deux pattes. Elle le sait et consule une psychologue. C’est à lire, ne serait-ce que comme miroir souvent de nos propres complications. En tout cas l’écrivaine réussit à nous interpeler.

L’amour avec un toc. Un trouble obsessionnel compulsif. Émilie Boutin.   
Les éditions l’Apothéose 311p.     www.leseditionslapotheose.com


 






 

Le coin du dessin et de la peinture

Retenez bien ceci car c’est la parution d’un ouvrage didactique sans pareil qui a été le guide de dessin de tenez-vous bien, Van Gogh lui-même et que rééditent les éditions Vigot. Sa première parution remonte à 1893 sous le nom de l’Alphabet du dessin. Son auteur Armand Cassagne a été en quelque sorte le maître du célèbre peintre. Le nouveau titre en marge de sa réédition Le guide de l’ABC du dessin. Ce Cassagne, un chef de file de ce qu’on a appelé l’école de Barbizon, livrait tout ce qu’un dessinateur doit obligatoirement connaître avant de se lancer en peinture. Van Gogh lui était redevable de ce savoir. Vous pensez bien que tout artiste visuel qui se respecte, doit connaître ces bases.

Du même éditeur, cette fois de Yuko Nagayama ce sont d’autres cours, les Leçons d’aquarelle. Où comment maîtriser petit à petit les lumières et les couleurs. Dans cet ouvrage, le prof nippon présente douze projets à réaliser. Et la délicatesse est au rendez-vous dans les applications des couleurs. Du grand art à la portée du plus grand nombre.

Et encore chez l’éditeur Vigot, le volume 3 de Dessiner des mangas de Mark Crilley qui prouve du succès rencontré par les deux premiers tomes. Il est vrai que dans le domaine de la BD, les mangas d’origine japonaise exercent une fascination sur la jeunesse mondiale. Des dessins bien caractéristiques avec ces personnages aux beaux grands yeux, un peu surdimensionnés. Comme pour tout manuel de dessin, manga ou pas, il faut connaître les basiques des postures anatomiques. Et c’est pourquoi vous avez les premiers rudiments à posséder pour tout bon dessinateur.


 


 

Toute la créativité possible avec du fil de fer

Titulaire de son propre blog Claire Rougerie est la créativité faite femme et n’a aucune limite quand vient de donner forme à la matière. Ainsi qu’est-ce qu’elle a pu concevoir seulement avec du fil de fer et des pinces! Au point de livrer une méthode de création bien spéciale où le fil de fer se décline en quinze créations inédites, du bol de fruits, à une espèce d’étagère murale sur laquelle fixer des photos souvenirs. C’est, fou, fou, fou.

Fil de fer moderne. Claire Rougerie. Les éditions de saxe 95p.    www.edisaxe.com


 




 

Deux mangas remplis d’aventures

Amateurs de mangas, nous vous signalons deux arrivages qui vont vous tenir tranquilles pour un petit moment chez Kana la division du genre chez Dargaud. D’abord Smokin’ parade de Jinsei Kataoka et Kazuma Konoou. C’est un adolescent qui a la douleur de voir sa sœur assassinée. C’était en vérité sa seule famille. Cette dernière va réapparaître en véritable monstre menaçant même son frérot. Qui sera une deuxième fois tuée par une bande que va intégrer le frère pour comprendre ce qui se passe.

L’autre petit bouquin Boruto Naturo next generations joue dans son titre sur les prénoms du père et de son fils. C’est une nouvelle génération de ninjas qui débarque à Konoha. Et notre héros devra se mesurer à des forces écrasantes. Triomphera t-il ?


 


 

Une transposition illustrée d’Imagine de John Lennon

C’est une belle initiative de l’illustrateur Jean Jullien d’adapter les paroles de la belle chanson Imagine de John Lennon, véritable profession de foi envers l’humanité. L’album est préfacé par Yoko Ono la veuve du compositeur et interprète. On nous fait voir un pigeon qui va à la rencontre d’autres oiseaux différents de lui et avec lesquels ce sera l’harmonie parfaite malgré les différences. L’ouvrage a été entrepris en collaboration avec Amnistie internationale.

Imagine. John Lennon illustré par Jean Jullien. Scholastic.


 


 

BD / Le justicier Tango reprend du service

Pensez-vous que parce ce que John Tango a décidé de se retirer dans la Cordillère des Andes, qu’il a tiré un trait sur l’action. Déjà quatre années qu’il se tient à carreau. Il lui faut de l’action. Et l’occasion va lui être offerte de reprendre du service quand de ses voisins vont être agressés par des hommes armés. Le justicier qui sommeille toujours en lui trouvera l’opportunité d’être plongé dans l’action. Le dessinateur et scénariste Philippe Xavier et le scénariste Matz ont pondu une histoire chargée de rebondissements qui raviront les fans du héros.

Tango. Un océan de pierre. Xavier/Matz. Le Lombard.


 


 

Une lignée de gens parfaits menacée

The ones la rébellion de Daniel Sweren-Becker un ouvrage d’anticipation qui vous tiendra en haleine de la première à la dernière ligne. Voici pourquoi. L’écrivain a imaginé une segment de la population, 1% à vrai dire, qui ont été prédestiné à subir des modifications génétiques à la naissance pour les rendre parfaits, beaux et intelligents. Sauf que cette classe à part de l’humanité va susciter la haine de bien des gens qui leur vaudra bien des ennuis. Au point même d’être menacés de mort. Il faudra donc réagir. Vous verrez comment tut cela va se solder. On voit ici par cette métaphore en science-fiction à quel point le genre humain fait difficilement avec la différence.

The ones la rébellion. Daniel Sweden-Becker. Hugo 331p.   www.hugoetcie.fr


 








 

Le coin santé physique et psychique

Aux éditions Mareuil un livre éclairant va sans dire puisque son auteur le Docteur Yann Grangier qui est pourtant un chirurgien plasticien nous présente tout un cours sur la photothérapie, autrement dit l’importance de la lumière pour la santé psychique et ensuite physique. Son petit essai La lumière est l’avenir de l’homme montre noir sur blanc que nous devons être alimentés par la lumière tout comme les autres espèces du monde biologique. Étrangement il n’y a pas eu de livre portant sur le sujet, du moins en vulgarisant les notions. Un de nos rédacteurs qui a parcouru l’ouvrage adhère pleinement, lui qui carbure au soleil et qui désespère assez vite quand la grisaille s’installe trop longtemps. Et vous apprendrez comment la lumière joue un rôle dans le traitement du cancer, du sommeil, et même de la grippe.

Le manque d’estime de soi, agit comme un véritable cancer psychique, empêchant tout développement du potentiel d’un individu. Le coach Nancy Levin,  une américaine, le voit bien, qui donne des séances de revitalisation du soi. Et pour ceux qui n’ont pas l’opportunité d’assister à ses rencontres, peuvent se rabattre sur son livre Vous le méritez!, aux éditions Le Dauphin Blanc. Elle dit que le fait de rehausser son estime personnelle engendre du même coup une augmentation de notre valeur nette.

Laurier-Pierre Desjardins est yogi et ostéopathe clinicien. Ce montréalais qui publie chez l’éditeur Sully Principes de yoga thérapie présente le yoga, rien de moins que comme une révolution biologique assorti d’un pouvoir de guérison. On limite trop souvent le yoga à l’aspect de détente. Mais lui va plus loin en offrant toute la panoplie thérapeutique qu’offre le yoga. Et on appréciera la rigueur de son travail de transmetteur de toute la connaissance rattachée à cette technique d’intériorité qui rejaillit sur le corporel.

Chez Mango, un gros pavé Le guide familial des plantes médicinales écrit en collectif qui collige tout ce qu’il faut savoir et que vous n’osiez demander sur ces plantes curatives. Les auteurs traitent de 100 plantes principales en plus de 100 autres détaillées. On fait ensuite le tableau de 75 troubles et 300 formules curatives. Nous avons tenté de mettre le tout à l’épreuve en voulant voir si figure le rhodiole, une plante qui pousse en Sibérie et qui a la propriété de donner de l’énergie. Les soldats russes qui doivent opérer dans des froids extrêmes par exemple, y recourent. Eh bien elle s’y trouve!

Puis chez Vigot, John Brewer lance Running & Science ou comment la science peut se mettre au service de la technique. Et le but visé par notre éducateur est d’optimiser l’entraînement et la performance. Il répond à des questions qu’on ne se pose pas forcément mais qui éclaire la manière dont le corps est en interaction avec notre chimie. Ainsi pourquoi l’acide lactique se forme til pendant l’effort ? Quel est l’intérêt physiologie du réchauffement ?, ect. C’est abondamment illustré. Et au final, le lecteur ne posera plus de gestes machinalement. Il saura ce qu’ils valent.     


 


 

Entre les curés et les Beatles

On réédite ne format poche dans la collection Titan chez Québec Amérique, un ouvrage paru pour la première fois en 1993 La cousine des états de Jean Lemieux. Qui vaut le détour comme une sorte de documentaire qui radiographie le Québec de 1965. L’écrivain nous ramène en 1965 à Saint-Mathias-sur-Richelieu où le protagoniste, Michel assiste à la noce de mariage de sa sœur. Il y aura sur place de la grande visite, sa cousine Sandra. La trame est simple, mais un prétexte pour rappeler à la jeune génération l’exode de quatre cent mille canadiens-français  qui sont allés vivre aux États-Unis, faute de pouvoir vivre dignement au Québec. La cousine est de cette descendance. Un petit livre attendrissant qui nous fait imaginer ce que nous serions devenus si tous ces expatriés étaient demeurés dans nos murs.

La cousine des états. Jean Lemieux. Coll. Titan /Québec Amérique 200p.   www.quebec-amerique.com


 


 

Quand le volant tient lieu de passion

Si la course automobile est votre dada vous connaissez sans doute Bertrand Godin un pilote qui s’est rendu jusqu’au niveau de la Formule Atlantique. Aujourd’hui il est instructeur de conduite d’urgence à l’École Nationale de Police du Québec. Ils sont chanceux ces aspirants policiers d’avoir un tel as du volant dont Gilles Villeneuve était l’idole. Aujourd’hui grâce à la plume de Charles-André Marchand il raconte son parcours. Lui qui est, pour reprendre le cliché parti de vraiment rien. Il est tout feu tout flamme quand il parle de son amour des voitures de course et le récit en est imprégné.

Piloter son avenir. Bertrand Godin. AdA 388p.     www.ada-inc.com


 


 

Un mannequin de grande taille professionnelle se livre

Sur la couverture de Taille mannequin le livre-récit de Johannay Dray on voit cette belle femme toute en rondeur à la Rubens qui est mannequin de grande taille professionnelle depuis vingt ans. Ça tombait bien pour cette fana de la mode qui fut repérée dans le métro par un photographe qui la présenta à un patron d’agence qui se spécialise dans les mannequins enrobées. Ce petit livre a ce grand mérite de donner de l’espoir aux femmes qui sont de taille forte comme elle qui porte du 44 et de ne pas se laisser aller au découragement mais plutôt de bomber le torse et de s’accepter. Car savez-vous quoi ? C’est l’auteure qui l’écrit, les diktats de la mode évoluent pour le meilleur. On a tourné définitivement la page aux anorexiques.

Taille mannequin. Johanna Dray. Pygmalion 133p. 


 


 

Les écueils de l’écriture au féminin

La question est posée par Karin Schwerdtner qui est professeur agrégée de lettres à l’Université Western en Ontario, l’acte d’écrire présente t’il les mêmes risques selon que l’on est une femme ou un homme ? En tout cas elle a voulu vérifier en allant à la rencontre de quelques écrivaines au nombre de douze : Annie Ernaux, Chantal Chawaf, Marie Nimier, Linda Lê, Camille Laurens, Cécile Oumhani, Leïla Sebbar, Laurence Nobécourt, Hélène Lenoir, Sylvie Germain, Agnès Desarthe, Maryline Desbiolles. Et le tout se présente sous la forme d’entretiens regroupés sous le titre Le (beau) risque d’écrire. Si la couverture est un peu sévère, ne vous laissez pas apeurer. On est aux antipodes de l’hermétisme. Les questions et les réponses sont très animées et il y a des références qui viennent de partout dans le domaine de l’expression artistique comme le cinéma. Nous atteignons ici des sommets d’intelligence qui manquent tellement au quotidien.

Le (beau) risque d’écrire. Karin Schwerdtner. Nota Bene 232p.   www.groupenotabene.com


 


 

Un sniper américain contre les barbus islamistes

Le nom de Kevin Lacz ne vous dit peut-être rien, mais si vous avez vu le film « American sniper » de Clint Eastwood, c’est lui qui a servi de conseiller auprès du célèbre acteur et réalisateur hollywoodien. Il possédait bien son sujet car dès l’âge aussi tendre que vingt ans, il s’est enrôlé dans la Navy pour laquelle il sera affecté dans le corps d’élite des Seals. S’il a fait ce saut c’est animé par une rage qui ne décolérait pas, à la suite de la mort d’un des amis de son père au cours des attentats du 11 septembre. Il raconte sa mission dans un livre palpitant et c’est peu dire, Sniper en Irak. Et particulièrement cette fameuse bataille de Ramadi qui se déroula de juin à novembre 2006, considérée comme une des plus sanglantes dans les annales de l’histoire militaire américaine. Aujourd’hui médecin, il a fondé une ONG pour venir en aide aux soldats sujets à des troubles post-traumatique. Coécrit avec Ethan E. Rocke et Lindsay Lacz c’est décrit avec les mots justes qui font image. Au sortir de la lecture on comprend pourquoi mieux vaut faire l’amour que la guerre.

Sniper en Irak. Kevin Lacz avec Ethan E. Rocke et Lindsay Lacz. Éditions JPO 264p.    www.editions-jpo.com


 






 

Le coin de la BD

Les amateurs de BD sont bien gâtés cette semaine avec les six titres que voici. Le scénariste Wilfrid Lupano et l’illustrateur Paul Cauuetsont en selle avec Les vieux fourneaux. Au terme d’une tournée d'une pièce de théâtre d’été, Sophie et son grand-père Antoine rentrent au village. Ils vont avoir une déconvenue. C’est qu’ils sont mis au courant qu’une magicienne laideronne et dentelée occupe un terrain que convoite l'entreprise Garan-Servier, qui redonnerait un second souffle à l’économie locale. La magicienne risque de tout faire foirer. C’est chez Dargaud. Du même éditeur c’est Pico bogue l’amour de l’art de Dominique Roques et Alexis Dormal. Ici c’est quand un enfant se met à jouer à Rembrandt dans son atelier et qu’il est interpelé son entourage qui assiste à ses moments de création. Dans les bulles fort amusantes notre peintre en herbe balance des citations à la ronde qui en même temps sont forts instructives.

Comme le temps passe vite. Imaginez donc que le personnage de Gaston Lagaffe est maintenant sexagénaire, oui vous avez bien lu, 60 ans. Ça se fête en grand. C’est la raison qu’un collectif a tenu à commémorer le tout par un album spécial La galerie des gaffes chez Dupuis. Le verbe s’amuser est ici un euphémisme. Car les gags se succèdent et les auteurs s’en sont donnés à cœur de joie. Et le pire, c’est que notre célébré ne fait véritablement pas son âge.

Les trois autres albums sont tous publiés chez Dargaud. En s’en ennuyait du tandem de Boule & Bill qui reviennent réellement en tambours et trompettes car leurs dernières aventures portent le titre de Symphonie en Bill majeur. Notre gentil canin Bill s’est trouvé une faculté nouvelle, celle d’avoir l’oreille musicale. Qui plus est, il va se servir du petit monde qui l’entoure comme cobaye de ses essais comme musicien. Bonjour le tintamarre!

Du cycle « Avant la tempête » qui compose la grande saga La Quête de l’oiseau du temps du trio Le Tendre, Etien et Loisel voici le tome 5 « L’emprise ». Comme nous sommes dans la pure fantasy avec mille histoires qui s’imbriquent nous nous accordons de reproduire le résumé fourni  « Raya, la fille du prince sorcier, a été tuée lors d'un traquenard préparé par le sinistre ordre des Signes alors qu'elle était sous la protection du chevalier Bragon et de son élève Bulrog. Ces derniers ont survécu, mais Bragon est affaibli par une chute qui l'a rendu amnésique, et son esprit est contrôlé par un vieil homme qui appartient à l'ordre des Signes. Bulrog a réussi à rejoindre la famille de Bragon, il doit maintenant prévenir Mara et son père – et, pour cela, éviter les espions qui ont manigancé ce piège et qui entourent le prince et sa fille. Bientôt, le bruit court que Bragon a rejoint l'ordre, et la peur envahit le pays d'Akbar. ». Nous ajouterons pour notre part que les créateurs sont ici au zénith de leur art de bédéistes, rien de moins.

Puis un tout autre climat, tout aussi fascinant, celui du tome 2 « Le roi démon » de la saga Shi du duo formé par le scénariste Zidrou et celui qui porte la double casquette de dessinateur et coloriste Homs. Ceux qui ont vu le premier tome se souviendront des événements qui se sont déroulés au Crystal Palace. Les femmes ici adoreront car elles pourront jouir d’une petite vengeance par procuration à travers les deux protagonistes que sont Jay et Kita. La première déjà mal mariée, et la seconde est forcée de pratiquer le plus vieux métier du monde,. Vous dire ce qu’elles endurent et la rage les gagnent progressivement. Elles vont avoir la chance d’être au contact de documents qui n’ont pas intérêt à être connus de l’opinion publique britannique, car ça ferait voler en éclat l’establishment. 


 


 

Un essai polyphonique sur l’Andalousie

Si vous êtes en mal d’exotisme et aimer voyager par l’esprit à défaut de pouvoir vous déplacer en vrai, nous vous faisons une sacrée tentation. A savoir de visiter l’Andalousie par le biais d’un amoureux de ce territoire espagnol qui compte ces trois grandes villes, Cordoue, Grenade et Séville. Il se nomme Gilles Bibeau. Cet anthropologue et professeur émérite de l’université de Montréal semble vraiment tout connaître de la région, son histoire, sa culture, les mœurs. La richesse culturelle locale vient qu’elle a subi les influences de l’Occident, de l’Orient er de l’Afrique. Il nous mène de Christophe Colomb à Garcia Lorca avec un rare brio. Il a réussi une chose avec Andalucia l’histoire à rebours, nous donner le goût de prendre le premier avion qui part là bas.

Andalucia l’histoire à rebours. Gilles Bibeau. Mémoire d’encrier 193p.   www.memoiredencrier.com


 


 

Un insoumis contre la dictature numérique

Christian Jacq souvient associé à des romans historiques ayant pour décor l’Antiquité, est capable de modernité et nous en fait une démonstration éclatante avec Urgence absolue qui est « le dernier combat de l’humanité contre l’intelligence artificielle » aux dires du communiqué de presse qui accompagne le lancement. Et quand on prend conscience de la trame narratrice, et quand on voit le monde tel qu’il se comporte à l’ère numérique, on ne se demande même pas si c’est de la fiction ou simplement une anticipation visionnaire du monde qui nous attend si nous ne réagissons pas à temps. En gros une organisation mystérieuse a décidé de prendre le contrôle des cerveaux et elle a hérité du surnom de « La Machine ». Si beaucoup se font prendre dans ses filets, il restera un rebelle. Et comme il s’est évaporé dans la nature, des rescapés vont tenter de le retrouver pour conjurer les sombres desseins de La Machine. Un thriller numérique, voilà bien quelque chose de notre temps qui passionnera plein de lecteurs. Jacq prend ici le relais de George Orwell.

Urgence absolue. Christian Jacq. XO 433p.    


 


 

Le cours 101 de tissage

Tout ce qui gravite autour de l’artisanat textile semble connaître un engouement jamais vu. Et les guides explicatifs suivent le mouvement. Prenez Mes créations en tissage de Juliette Michelet. C’est un véritable cours 101 de tissage. Et si vous objectez que vous n’avez pas de métier à tisser, ça ne pose pas de problème pour l’instructrice qui vous donne même les trucs pour en fabriquer un vous-même. Pas un de ces gros engins comme on en voit dans les grands ateliers. Plutôt à portée de main et facile à manœuvrer. Comme tout guide du genre on y va graduellement en augmentant le coefficient de complexité. Vous avez 20 modèles à réaliser.

Mes créations en tissage. Juliette Michelet. marie claire 94p.    www.editionsmarieclaire.com


 


 

Le Dico des filles, le vrai est sur nos rayonnages

Sonnez les matines, Le dico des filles édition 2018 de chez Fleurus est maintenant disponible. Souvent imité, rarement égalé, ce travail en collectif qui est souvent regardé de haut comme on le fait un peu avec les almanachs, est pourtant un projet fondamental qui est de donner un supplément de savoir à nos jeunes filles. A l’ère des « youtoubeuses » un peu nunuches à la solde des multinationales qui influencent les adolescentes à se procurer du rouge à lèvres plutôt qu’un livre, une telle démarche éducative trouve tout son sens, d’autant que la carence en culture générale est abyssale dans les programmes scolaires. On trouve dans ce gros bouquin, des textes d’intérêts qui touchent à des sujets aussi diversifiés que la fatigue, le droit, Dieu et quoi encore. Avec pour but que la connaissance élimine la peur. Car quiconque s’abreuve à la connaissance, peut faire face à pas mal de choses dans l’existence.

Le dico des filles. Collectif. Fleurus 376p.     www.fleuruseditions.com


 


 

Des cocktails à vous donner des frissons de volupté

Chez Vagnon un beau livre de cocktails pour lequel l’éditeur a mis un soin attentif à la présentation graphique. Il s’agit de 50 cocktails de croisière de Julien DEFRANCE qui est un organisateur français qui fait sa marque dans l’événementiel et est aussi un mixologue à l’immense talent. Sur la couverture on voit un dessin très style Art Déco représentant un paquebot de croisière à la grande époque coloniale. D’ailleurs tout l’ouvrage est parsemé d’illustrations de cette période en art graphique qui chevauche le classique et le moderne et qui la rend intemporel. Si vous voulez connaître la provenance de ces magnifiques affiches, l’auteur en fin d’ouvrage donne une liste exhaustive des ses sources. Vous avez à l’intérieur des classiques comme des créations novatrices. De quoi séduire tous vos invités si vous agitez bien le shaker.

50 cocktails de croisière. Julien DEFRANCE. Vagnon 11op.   www.vagnon.fr


 


 

40 ans de Starmania, l’histoire

Que le temps passe. On célèbre déjà les quarante ans de la création de Starmania du duo de Michel Berger et Luc Plamondon. Et dire que tout a commencé par un coup de téléphone en pleine nuit du premier au second, qui lui propose de collaborer à cette œuvre devenue mythique dans l’histoire de la chanson populaire francophone. C’est qu’à l’époque, Berger avait eu la révélation de Diane Dufresne dans son dernier album dont les paroles étaient de Luc Plamondon. Le compositeur avait une violence en lui qu’il tenait à exprimer et voyait dans le parolier, le complice pour mettre en mots la violence de notre temps. C’est tout un travail de recherche qu’a accompli François Alquier. On ne se lasse pas de voir les photos des différents groupes de chanteurs qui ont succédé au fil de quatre décennies. scène. Il y a une photo de 1988 montrant le regretté Johnny Hallyday en compagnie de Sylvie Vartan, venu rendre une petite visite au casting de cette année-là. Et c’est tout un exploit que Starmania ait pu faire autant dans la durée quand on sait le peu d’intérêt des français pour le genre de la comédie musicale.

Starmania. François Alquier. Préface de Maurane. Hors Collection


 






 

Le coin du dessinateur

Aux apprentis dessinateurs, l’éditeur Mango nous présente deux manuels qui se complètent très bien. Le premier procède d’une pédagogie innovante. En effet 365 jours de dessin de Lise Herzog se présente dans un cartable à l’horizontale relié spirale pour en faciliter la consultation. Et pour chaque jour de l’année vous avez un exercice à faire. Ce n’est jamais très compliqué et c’est une excellente initiation au dessin. On s’attache beaucoup à l’observation des formes avant de poser la mine du crayon sur la page blanche. Puis si on a la piqure, le même prof, dame Herzog nous convie à approfondir la technique avec son Manuel complet du dessinateur. Le titre le dit bien, c’est un cours plus détaillé qui explore toutes les notions de volume. Car comme le souligne la coach, quand on commence on veut tout dessiner. Répondant à ce désir, elle offre des exemples puisés chez les animaux, les humains et les objets. Sur plus de trois cent pages on arrive en bout de piste à bien maîtriser les bases. Et pou les plus empressés qui voudraient à la fois tout connaître à la fois des techniques du dessin et de la peinture, vous trouverez votre compte avec ce Manuel complet de dessin et de peinture chez l’éditeur Vigot. On débute là aussi avec les fusains et les encres pour arriver à l’aquarelle et la peinture à l’huile. Comme on parle ici de peinture, l’iconographie du bouquin est à la hauteur en nous livrant des leçons d’harmonisation des couleurs.   


 


 

Faire son cinéma comme les frères Lumières

Laurent Stefano et Jérémie Claeys ont imaginé une façon ludique d’intéresser les jeunes enfants au septième. En leur permettant de créer eux-mêmes, sans colle ni ciseaux une lanterne magique, dans laquelle ils vont insérer une bande illustrée sur laquelle ils pourront faire leur propre narration. C’est presque un retour aux frères Lumières. Excellente idée. Comment naît la passion cinéphile ? Nul ne le sait. Mais en tout cas, avec ce jeu c’est un bon moyen de goûter au cinéma.

Ma lanterne magique. Laurent Stefano et Jérémie Claeys. Fleurus


 





 

Le coin santé physique et psychique (1)

En art thérapie il a été très souvent question de musicothérapie. Mais ce n’est pas la seule manifestation artistique qui libère l’intériorité ou du moins qui part à sa recherche. La danse permet d’en arriver aux mêmes résultats. Le chorégraphe Poumi Lescaut dans Dansez! Le corps livre de connaissance est un vibrant plaidoyer du mouvement comme acte d’épanouissement. Un chapitre fondamental est consacré à la seule respiration. Car inspire et expirer peuvent sembler des actions machinales mais elles revêtent une grande symbolique. C’est aux éditions Accarias.

Aux éditions du Souffle d’or Tissia Louis écrit Se libérer de ses comportements inconscients. Elle dit une chose qui est dune telle lucidité, à savoir qu’on tente de guérir de ses blessures par des comportements palliatifs qui nous font souvent plus de tort qu’autre chose. Dans ces pages elle rappelle à quel point on est les pires ennemis de soi-même, et comment se déstructurer pour arriver à autre chose de plus libérateur et en conformité de sa véritable nature.

Dans un autre registre, c’est une insomniaque, Catherine Fouron, qui a décidé, au lieu de lutter pour retrouver le sommeil, de prendre du temps pour écrire un billet chaque nuit qui va alimenter son blogue Journal d’une insomniaque exercice entrepris depuis 2010 et qui va donner au final un ouvrage portant le même titre chez l’éditeur Tête première. Et ce qu’il y a de singulier ici, c’est que l’auteure entreprend tout au long un dialogue avec son hamster prénommé Guy. Il y a donc un petit de folie dans ces pages. Mais quand on dort si mal, l’esprit est un peu ébranlé. Le rongeur est donc le confident de la dame qui peut se permettre de tout dire. Et vous verrez que la bestiole a du répondant. A chacun sa thérapie pour s’en sortir. A travers les pages il y a des moments de fulgurance forts amusants.

Il était une fois deux ingénieurs, Peggy Tournigand et Jean-François Ruiz qui ont fait le tour de dizaines de formations en croissance personnelle à travers le monde. Au retour à la maison, ils ont malaxer toutes ces données apprises pour en arriver à concocter leur propre méthode d’épanouissement. Avec la collaboration de la plume de Carole Pirmez ça donne Je rayonne jour après jour aux éditions marie claire. Ils ont identifié les douze champs d’intérêt de l’être humain qu’ils passent en revue comme l’amour, l’argent et le travail pour ne nommer que ceux-là. Avec toutes les objections qu’on se fait parfois et des réponses qui sont offertes en caractères gras, afin de situer l’essentiel de ce qu’il faut retenir de la leçon. C’est un texte très dense qui ne néglige rien de nos préoccupations.


 




 

Le coin santé physique et psychique (2)

Ah! la vieillesse qui en fait tant frémir. Peut-on au moins y trouver matière à en rire ? Pourquoi pas ? Et c’est à cet exercice que sont livrés quatre collaborateurs Christian Gallopin, Alain Jean, Didier Martz et José Polard sous la direction éclairée de Michel Billé. Ça donne ce Dictionnaire impertinent de la vieillesse aux éditions Érès. On s’en prend beaucoup à des clichés éculés comme le vieillir bien, à croire qu’on voudrait mal vieillir. Au mot utile, on oppose inutilité en oubliant que les aînés ont cette possibilité du pouvoir de transmission. Cette entreprise sous des dehors rebelles rend un inestimable service aux gens qui angoissent à l’avance. La connaissance a ceci de merveilleux qu’on a moins peur. Voici un ouvrage salutaire.

Chez le même éditeur la psychanalyste Nicole Landry-Dattée prolonge son action de soutien psychologique aux enfants dont les parents sont victimes du cancer. Elle signe Ces enfants qui vivent le cancer d’un parent. Elle livre des considérations fondées sur dix-huit années de pratique dans le groupe qu’elle a créé au sein de l’unité  de psycho-oncologie de l’hôpital Gustave-Roussy. Car si la mort a des douleurs à nulle autre pareille comme disait le poète, reste que pour les enfants démunis, ils ont besoin d’être rassurés. Et on ne sera pas surpris de lire, que la qualité du deuil et ce qui précède est étroitement lié à la qualité de la relation parent-enfant.

Les quatre prochains titres le sont aux éditions AdA. Le psychologue et hypno- thérapeute Bernard Sensfelder présente Vaincre peur et culpabilité et ce grâce à l’autohypnose et aux neurosciences. Car on sait bien que tout part de notre cher ordinateur personnel, le cerveau qui peut beaucoup si on se conditionne au lâcher-prise. Mais le cerveau, apprendra t’on, peut-être déjoué de ses réflexes premiers.

Avez-vous entendus parler des individus indigo ? Non? Ce sont les personnes nées à compter des années 70 et qui auraient beaucoup à apporter à l’humanité. Si le sujet vous titille, lisez ce qu’en dit la célèbre spécialiste américaine des anges Doreen Virtue qui cosigne avec son fils Charles (lui-même indigo) Éveillez votre pouvoir indigo. On nous enseigne à décupler notre pouvoir en en écoutant notre vérité intérieure.
Paix, un titre tout simple mais si difficile à obtenir. Mais il faut persévérer pour trouver la voie intérieure de l’apaisement, comme le fait le lama réincarné Tsem Rinpoché qui a donné ce mot donc à son livre de pensées. Le bonheur selon ce qu’il en dit, tient à un ensemble de dispositions qui vont de gestes d’amour, de la compassion, de la bonté, de la tolérance et de la clémence. Puis pour clore le chapitre, L’art complet du yoga par Jennie Lee qui constate à quel point le monde est anxieux. Et on le serait à moins avec ce nouvel esclavage dans le monde du travail qui a pour nom, le multitâches et aussi pour beaucoup de femmes l’inadéquation de la conciliation travail-famille. Et aussi cet ère numérique où le déficit d’attention à l’autre est abyssal. Avec des techniques simples éprouvées par dix-sept d’enseignement, notre coach veut que ses élèves retrouvent leur divinité intérieure.



ARTICLES ANTÉRIEURES


2017 :
janvier | FÉVRIER | MARS | AVRIL | mai | juin | juillet | aOUT & sEPTEMBRE | octobre | Novembre

2016 :
janvier |
février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre