- LIVRES AVRIL 2014 -
 
 




 


Homosexuel en camp d’extermination

Sous le règne nazi, être homosexuel dans les camps de la mort était un statut pire que les juifs. Vous étiez affublé d’une étoile rose distinctive et les sévices reçus étaient les pires, faisant preuve d’une imagination sadique. C’est à travers le roman Le silence des rails que Frank Balandier raconte ce qui est arrivé à Étienne qui avait eu le malheur en 1942 d’être identifié comme gai. Vous verrez ce qu’il lui en a coûté. Un martyr. On les surnommait les culs roses. Un livre troublant qui encore une fois montre que l’homme est un loup pour l’homme.

Le silence des rails. Franck Balandier. Flammarion 212p.   

 




 


Une œuvre inédite de Beethoven

Il était une fois une jeune fille, Élise Poirier, à qui il était souverainement interdit de monter au grenier. Elle vit seule avec sa mère. En bravant l’interdiction, elle découvrira non seulement un piano mais une partition et des lettres qui vont la mener sur la piste d’une partition inédite de Beethoven. Ces lettres et cette partition seront les déclencheurs d’un squelette dans le placard familial. Un peu comme un détective, elle remontera la piste du compositeur en se rendant même à Bonn et Vienne. Un livre jeunesse charmant qui en même temps a le mérite de faire découvrir l’auteur de la célèbre IXème symphonie.

Élise et Beethoven. K.E. Olsen. David coll. 14/18  196p.   

 






 


Des activités pour exciter les ados et les plus jeunes

Les parents vont remercier à genoux les éditions Ulysse de s’être donné la peine d’élaborer un guide de sorties à faire. Surtout que le dilemme quand vous êtes à ce stade critique du développement, c’est que le jeune ne veut plus être trimballé avec les parents. Tout l’ennuie alors. Donc c’est le grand mérite avec Le Québec trop cool rédigé par Lucette Bernier adjointe à la réalisation de la série télé le Club des 100 watts, d’avoir répertorié des centaines de lieux de divertissements intelligents. Ça va de la visite d’un magasin général à l’ancienne à des parcs aquatiques avec glissades d’eau. Et pour ce qui est des plus jeunes, Dawn Isaac a regroupé 101 activités extérieures pour enfants. Et dans son cas, au lieu de visites comme pour le livre précédent, ce sont pour beaucoup des activités de créativité pour garder captif le jeune. C’est vraiment l’imagination qui règne. Avec un éventail de choses à faire qui peuvent aussi bien prendre qu’une dizaine de minutes ou mobiliser toute une journée.

Le Québec trop cool. Lucette Bernier. Ulysse 240p.   www.guidesulysse.com
101 activités extérieures pour enfants. Dawn Isaac. Broquet 223p.    www.broquet.ca

 




 


Rose cherche sa mère et trouve son identité

Pierre Gagnon narre dans Beretta c’est un joli nom les tribulations d’une jeune fille en surpoids qui cherche à retrouver sa mère biologique qu’elle n’a à toute fin pratique jamais vue, puisque la maman est disparue alors qu’elle n’avait que deux ans. Entretemps sur le web elle sera mise en contact avec Fuentes, trafiquant de drogue et proxénète et qui étrangement se montrera comme un gentleman vis-à-vis de cette fille meurtrie dans l’âme. Ensemble et en compagnie d’une truie domestiquée, ils partent à la recherche de la mère en question. Le romancier a un talent fou pour vampiriser les cœurs et traduire ce que ses personnages ressentent. Du grand art. C’est chez Edito la nouvelle division de Gallimard qui promet.

Beretta, c’est un joli nom. Pierre Gagnon. Édito 222p.   

 




 


Marié il laisse tout tomber pour un jeune mec

L’homosexualité est un sentiment encore obscur que certains écrivains se chargent avec talent de décrypter. Comme le fait avec brio Pierre Vens avec La nuit grecque. Au départ il y a Vincent un quadragénaire qui vit de grandes turbulences au plan professionnel et conjugal. Un jour qu’il se rend en Grèce, il va faire la rencontre à Athènes de Théo, jeune bourgeois dont il tombera complètement dingue. C’est la révélation de l’amour grec au propre comme au figuré. Mais quelle dévastation, lui qui est mal préparé à accueillir cette révolution dans sa vie sentimentale. Ce sera le début d’une dérive alors que sa famille, ses proches et ses actionnaires le lâchent tour à tour. Par après il y aura l’apaisement et la phase d’acceptation de son orientation. Et il tentera de comprendre ce qu’a été cet homme qui a embrasé sa vie. D’autant que l’ex être aimé à lui-même eu un fils qui vit dans une île du Dodécanèse. C’est un trouble du cœur bien amené par le romancier et qui éclairera bien des gens qui ne comprennent pas encore les sentiments que peuvent éprouver des gens de même sexe.

La nuit grecque. Pierre Vens. Albin Michel 294p.   
 




 


Les ovnis, vrai ou faux ?

Jean Casault est un journaliste d’enquête qui se passionne pour le surnaturel et qui a acquis ses lettes de noblesse par des écrits qui lui ont valu une grande crédibilité, notamment « Les intelligences supérieures ». Après 40 ans d’études et d’enquêtes, il nous arrive avec Certitude ou fiction ? un essai sur les extraterrestres. Nous vous laissons la surprise à savoir la conclusion. Mais sachez que le livre est émaillé de témoignages troublants. L’humain est prétentieux de se croire seul dans le cosmos.

Certitude ou fiction ? Jean Casault. Les éditions Québec-Livres 288p.   www.quebec-livres.com

 




 


Un religieux pionnier de la colonisation au Témiscamingue

Peut-être que parce qu’on commence à sortir de notre ressentiment envers l’Église on peut mieux aborder la contribution de ces hommes et ces femmes religieux et religieuses qui ont été des bâtisseurs de premier plan au Québec. C’est tout le mérite des Danièle Lacasse et Bruce Hodgins de nous faire découvrir la figure héroïque du père Charles-Alfred-Marie Paradis (1848-1926) qui a été au cœur de la colonisation du Témiscamingue. Il a été un contemporain du fameux curé Labelle avec lequel il partagea les mêmes préoccupations de développement du territoire. Et comment ils ont sans cesse interpeler les autorités gouvernementales pour qu’elles acceptent de verser des subsides. Vraiment, des pionniers. C’est aussi une partie de l’histoire du nord-ouest québécois qui est décrit. Ce qu’ils ont travaillé ces gens.

Le père Paradis. Missionnaire et colonisateur. Danièle Lacasse et Bruce Hodgins. Presses de l’Université Laval 270p.   www.pulaval.com

 




 


Sensibilité d’enfance durant la guerre

Alain Corbin est professeur d’université émérite de la Sorbonne et spécialiste de l’histoire des sens et du sensible. Il n’en manque pas lui-même de sensibilité. A preuve ses souvenirs d’enfance durant la seconde guerre mondiale. Sois sage c’est la guerre nous fait revivre une France qui n’existe plus, la douce France de Trenet qui était encore collée sur le XIXème siècle. Nous le recommandons aux nostalgiques d’une France mythique.

Sois sage c’est la guerre. Alain Corbin. Flammarion 154p.  
 




 


Jess qui devient fantôme

C’est une histoire comme seul un écrivain comme Alex Gutteridge peut en concevoir. Jess c’est une ado tout ce qu’il y a de plus banale qui vit pour ses mais auxquels elle est très attachée. Puis elle a une amie de famille qui est sa frangine. Un jour elle se rend chez elle mais n’en reviendra pas. C’est-à-dire que pour son malheur elle va être happée par une voiture. Ce qui la plongera dans un profond coma. Elle sera aux portes de la mort. Mais là-haut on n’en veut pas. Un pacte est établi, elle reviendra sur Terre mais à condition de l’être dans la peau d’un fantôme! Ce qu’elle en apprendra alors sur ses proches!

Une dernière chance. Alex Gutteridge. Éditions de Mortagne 316p.  www.editionsdemortagne.com

 




 


Un érotomane en Transylvanie

Avec Bruno Massé on ne s’ennuie jamais, car cet écrivain érotomane n’en finit jamais d’explorer les mises en scène possibles pour que l’érotisme se vive. Ainsi nous parvient sa dernière ponte Le Cirque Diabolique qui nous transporte en Transylvanie décor par excellence pour lui qui aime également les films d’horreurs. C’est un clin d’œil aux bijoux du genre des années trente. Ophélie s’ennuie dans son manoir des Carpates. Arrive la troupe du Cirque Diabolique. Voilà enfin de quoi tuer le temps. Et comment donc! Elle va trouver là matière à occuper ses jours et surtout ses nuits. Il y a beaucoup d’imagination chez ce romancier qui n’a pas épuisé le genre érotique.

Le Cirque Diabolique. Bruno Massé. Éditions Bruno Massé 155p.   www.brunomasse.com

 




 


Fin de la saga Le chic, le chèque et le choc

Deux mariages et un divorce! C’est le titre du troisième tome qui clôture Le chic, le chèque et le choc de Danièle Couture. Si vous n’avez pas lu le premier volume, sachez que le titre vient du commentaire de Justine qui a proclamé un jour que l’homme idéal est celui qui cumule, le chic, le chèque et le choc. Disons que c’est une vue de l’esprit pas tellement novatrice sur l’homme éternellement pourvoyeur. C’est une galeriste notre Justine qui file le parfait amour avec son mari artiste. De trio d’amies à l’origine, c’est maintenant devenu un quatuor. La romancière qui s’épanouit dans le style « chick lit » rend un tribut aux valeurs de l’amitié qui semblent plus stables que les relations amoureuses.

Le chic, le chèque et le choc. Tome 3 Deux mariage et un divorce/ Libre Expression 305p.      www.edlibreexpression.com

 




 


Un bijou sur la manipulation et l’emprise

Il y a un titre d’un livre sur la croissance personnel qui a fait un carton « Attention les manipulateurs sont parmi vous ». Est-ce que Bernard Minier l’aurait vu par hasard ? En tout cas dans N’éteins pas la lumière il met en scène des situations où la poste vous livre des lettres et des objets qui risquent de changer vos vies. C’est un thriller passionnant où le romancier tutoie ici l’excellence. Ses personnages sont tôt ou tard rejoints par l’horreur. On n’en dit pas plus, allez vérifier par vous-même.

N’éteins pas la lumière. Bernard Minier. XO éditions 611p.    www.xoeditions.com

 




 


Trois parutions chez Taschen

Ici nous faisons référence à cette collection de « poche » chez Taschen, façon de s’exprimer, car ce sont de petits pavés très bien étoffés et qui vous disent tout et plus sur les thèmes proposés pour chacun des titres. Encyclopedia Anatomica est une visite sur papier glacé du fascinant musée La Specola à Florence, un musée de cire entièrement consacré à l’anatomie humaine. Si vous voulez voir de quoi à l’air l’intérieur d’un corps humain tel que le voit les chirurgiens, c’est l’ouvrage tout indiqué. Quelle précision faite avec de la seule cire. Votre curiosité sera insatiable. On admire du coup la complexité de la machine humaine et sa fragilité. Puis dans un tout autre univers c’est Classic cars de MM, Jim Heimann et Phil Patton. C’est au premier que l’on doit d’admirer l’évolution des voitures depuis la Ford modèle T grâce à sa collection personnelle de 400 affiches publicitaires sur les automobiles. Une collection unique en son genre. Enfin, Alexander Roob présente Alchimie & mystique. C’est un fantastique voyage à travers l’histoire des traditions ésotériques. On se rend compte à quel point le patrimoine du merveilleux est riche de grands mythes. On appréciera l’intense travail de recherche et l’abondante iconographie qui accompagne les vignettes riches d’enseignements.

 




 


Exercice de mémoire

Enfin de Paul Andreu c’est un exercice de mémoire. D’abord deux êtres esseulés, d’un côté une femme dont la mémoire vacille, de l’autre un homme qui vit dans la reconnaissance de l’autre. Deux personnes qui à leurs corps défendant se retrouvent. Et lui d’être un réel support pour elle. Et qui doit composer avec une absence de reconnaissance ou qui tarde à se manifester. C’est un livre aussi tendre. L’auteur est un architecte de renom à qui l’on doit l’Opéra de Pékin et l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. C’est aussi un fin connaisseur de l’architecture humaine.

Enfin. Paul Andreu. Gallimard 174p.  

 




 


Fernand Dumont théologien


Pour la diaspora intellectuelle, Fernand Dumont demeure le sociologue réputé qu’il est. Mais pour Gregory Baum qui a enseigné durant trente ans la théologie au St-Michael’s College de l’Université de Toronto et à l’Université McGill, il voit dans l’œuvre de Dumont la pâte d’un théologien. Surtout avec son essai « L’institution de la théologie ». Ce Dumont qui mettait en garde les pasteurs de ne pas céder à la tentation du dogmatisme au sujet de la Révélation. L’auteur a été également un expert mandaté lors du concile de Vatican II. Une redécouverte de ce grand penseur du Québec.

Fernand Dumont, un sociologue se fait téhéologien. Gregory Baum. Novalis 200p.   www.novalis.ca

 




 


Une théologie de la libération vécue au quotidien

Claude Lacaille est un québécois engagé qui mérite d’être davantage connu. On s’étonne que l’émission Second Regard ne se soit pas arrêté sur ce personnage qui est prêtre des Missions-Étrangères et qui a vécu sa mission en Haïti, en Équateur et au Chili. A des occasions où ces pays étaient confrontés à des dictatures. Aujourd’hui il n’a pas perdu une once de militantisme puisqu’il poursuit son action de paix au sein du comité de solidarité de Trois-Rivières qui mèene une campagne contre la militarisation du Canada. Pour connaître son parcours exceptionnel, lisez En mission dans la tourmente des dictatures qui est un survol de son apostolat entre 1965 et 1986. Et c’est un très bon conteur de surcroît.

En mission dans la tourmente des dictatures. Claude Lacaille. Novalis 214p.    www.novalis.ca

 




 


Un espion pris en étau

Le renseignement il connaît, car Daniel Hervouët est un ancien officier des forces spéciales et du renseignement militaire français. Il nous offre un thriller enlevant qui est une fiction certes mais qui relève presque du documentaire, tant le contexte du renseignement est bien décrypté. Le grand sacrifice c’est un ancien officier du service action de la DGSE (renseignement français) qui voit des ex confrères victimes d’assassins. Et lui-même ne se sent plus à l’abri. Est-ce du fait que sa compagne est grand reporter télé et mène des enquêtes qui seraient gênantes pour certains. Le moment est donc venu de se mettre à l’abri. Et les États on le verra, n’ont pas les mains innocentes. Ça fait même peur. Vous allez jubiler à sa lecture.

Le grand sacrifice. Daniel Hervouët. Rocher 391p.    www.editionsdurocher.fr

 




 


Motocyclettes cours 101

Certains rêvent de cylindrées rutilantes. C’est bien. Encore faut-il connaître ses codes de conduite. Mark Lindemann ainsi que l’équipe de rédaction de Cycle world présente Guide total moto. C’est le regroupement de 291 techniques essentiels à posséder avant d’enfourcher une moto. C’est une mine d’informations sur les modèles, les accessoires, des conseils de pilotage et aussi comment bien entretenir son bolide. A notre connaissance c’est la première fois que l’on peut avoir accès en français à un guide aussi complet du domaine.

Guide total moto. Mark Lindemann et l’équipe des rédacteurs de Cycle world. Modus Vivendi.   www.groupemodus.com

 




 


Des bâtiments verts

L’architecture le saviez-vous, est une des composantes qui augmente l’effet de serre. C’est pourquoi, les architectes de la dernière génération sont plus soucieux d’un environnement propice à la protection de la biosphère. C’est pourquoi on voit de plus en plus des constructions qui intègrent de la végétation. On sait à quel point l’absence d’espace vert dans certains concepts architecturaux a conduit au phénomène des îlots de chaleur néfastes pour la santé même des citadins. Taschen produit un coffret massif en deux volumes qui expose les 100 édifices qui correspondent maintenant à cette mouvance du vert. Comme quoi on peut allier architecture et écologie très aisément. Et il faut voir les résultats de cette intégration réussie. Ces bouquins plairont certes aux architectes, mais aux designers et entrepreneurs en constructions domiciliaires.

100 contemporary green buildings. Collectif. Taschen.  www.taschen.com

 






 


Le coin santé physique et psychique (1)

L’amour s’apprendrait-il dans les livres ? En tout cas ont peut certainement y puiser des expériences si on en juge par la psychanalyste Jacqueline Rousseau-Dujardin qui s’est penchée dans Aimer mais comment ? sur l’interprétation du désir amoureux à travers des écrivains. C’est chez Odile Jacob. Chez le même éditeur Fantasmes d’artistes de Daniel Sibony. C’est étrange mais il y a une démarche similaire au  livre précédent mais une interrogation à la lumière d’artistes en art visuel contemporain. Qu’est-ce que ces artistes tentent d’approfondir au niveau de leurs sensibilités et aussi pour le public qui vient contempler le fruit de leur travail, que cherche t’il lui de même. 
Aux éditions Alpen, deux ouvrages. C’est dans la collection « Remèdes ». D’abord du Dr. Michèle Serrand « Les secrets du ginseng ».  Elle est sans contredit la plante la plus célèbre employée par la médecine chinoise. Elle aide à bannir la fatigue, booste la mémoire et aide à lutter contre le stress. Ensuite demeurons dans le domaine avec Équilibrer ses émotions avec les fleurs de Bach d’Alessandra Moro Buronzo. Cette naturopathe nous guide dans l’univers curatif par les fleurs créé à la fin du XIXème siècle par le docteur Edward Bach, un médecin anglais qui se tournera ensuite vers l’homéopathie. Et qui à partir d’une sélection de fleurs, a constaté que chacune prédisposait à un état émotionnel. Et tira une essence à base de fleurs ou de plantes pour chacune d’entre elles, d’où son nom, fleurs de Bach. Fondatrice du réseau Familles d’aujourd’hui Martyne Huot est devenue la référence pour tout ce qui touche la conciliation travail-famille. Chez Publistar, Maximisez les 168 heures de votre semaine, elle fait le constat qu’il y a effectivement 168 heures dans une semaine, mais que les parents disent malgré tout manquer de temps. Elle y va de quelques conseils pour bien employer chaque heure de la journée.

Chez Nomad on réédite un livre qui a toujours connu beaucoup de succès puisqu’il met à contribution vos ressources mentales, c’est 500 tests psychotechniques. Vous avez bien lu, pas un mais cinq cent tests avec des échelles de difficultés. C’est d’un certain point de vue un entraînement pour lorsque vient des évaluations lors d’un concours d’embauche ou pour des concours. Il y a aussi un côté ludique dans cette démarche qui permet aussi de jouer en famille sous la forme d’un quiz. Puis les anges ne déméritent pas, qui demeurent populaires si on n croit la parution du Dictionnaire pratique des Anges aux éditions Exclusif d’Emmanuelle Morgane. Il y a deux démarche dans ce bouquin, d’une part une définition de chacun des anges, la prière qui lui est destinée, sa fonction et son pentacle et de l’autre comment les invoquer pour obtenir leurs bienfaits.

 






 


Le coin santé physique et psychique (2)

Voici un pavé dans la mare du monde pharmaceutique. C’est un médecin le Dr. Bernard Dalbergue qui sait de quoi il parle car il a été au service de grandes pharmaceutiques. Et puis un jour il en a eu marre, question de conscience. Dès ce moment sa carrière dans le secteur s’est arrêtée net. Il a décidé de déballer ce qu’il sait dans Omerta dans les labos pharmaceutiques. Et vous aurez là des preuves noir sur blanc que les entreprises pharmaceutiques n’ont en tête que le profit au détriment de la santé. C’est chez Flammarion. Les quatre prochains ouvrages sont lancés chez Québec-Livres. Un livre d’initiation pour débuter Introduction à la magie blanche et à la magie noire d’Éric Pier Sperandio l’autorité en la matière au Québec et Abraxas. L’une sert à faire le bien, l’autre le mal. Vous choisissez votre camp en fonction de votre tempérament. Jean-Jacques Desjardins est consultant en management, notamment en télécommunication et marketing. Ici il s’adresse tant aux individus qu’aux entrepreneurs dans son petit traité Les secrets de la réussite où son credo est qu’il faut se différencier pour réussir et être fidèle à ses principes pour refléter une crédibilité durable. Les deux prochains traitent d’érotisme. C’est Patricia Johnson qui ouvre le bal avec Faire l’amour à un homme. Et qui ne s’embarrasse pas de scrupules, surtout lorsqu’elle découvrit qu’il était très intéressant, jouissif de faire l’amour à un homme par la porte arrière, si on peut s’exprimer ainsi. Et que la prostate est en quelque sorte le point G masculin. Ensuite Julie Bray qui reçoit bien des messages de femmes qui parlent de leurs attentes en ce qui concerne la chose. Ça donne un titre court, Elles. Vous découvrirez mesdames ce que vos congénères espèrent. Erika Quimper est d’avis que dans la perspective du « body language » le visage aussi transmet des messages et révèle un caractère. C’est pourquoi elle a étudié à fond les expressions faciales et a dressé des tableaux détaillés. Cela donne Envisage-moi! A vous de voir maintenant si vous correspondez à ce catalogue. C’est aux éditions Béliveau

 




 


Amitiés d’écrivains

Parmi les beaux livres qui nous tombent dessus avec bonheur durant ce printemps, il y a Me reconnais-tu ? d’Andrea Bajani. C’est un récit. Celui de sa rencontre avec Antonio Tabucchi l’écrivain en renom, de trente ans son aîné et qui lui avait ouvert les bras après avoir pris connaissance d’un de ses livres. S’ensuivra une amitié d’une rare profondeur. Le maître ne se gênera pas pour pimenter leurs relations de quelques piques, mais c’est toujours châtier pour aimer. Le livre débute par les funérailles du mentor. Chaque ligne du texte est ciselée. Un sans faute qui décrit l’intensité qui peut unir deux êtres que tout oppose sinon l’amour de la littérature qui se transforme en amour des hommes.

Me reconnais-tu ? Andrea Bajani. Gallimard 137p. 
 




 


Drame amérindien

Le silence de la Restigouche de Jocelyne Mallet-Parent est un fabuleux réquisitoire contre la ségrégation entre blancs et amérindiens au Canada. Et pour l’illustrer elle se sert d’une histoire d’amour impossible, celui qu’éprouve Simon un amérindien pour la blanche Isabelle. Puis ce béguin attriste Meaghan, une amérindienne de son entourage qui en pince pour lui. On la retrouvera pendue ce qui va plonger Simon dans un total désarroi. Est-ce à dire que ce roman est d’une force d’évocation ?

Le silence de la Restigouche. Jocelyne Mallet-Parent. Coll. 14/18 Éditions David 204p.    

 




 


Des nouvelles de Denys Arcand

C’est un touche-à-tout merveilleux que notre Réal La Rochelle qui est retraité de l’enseignement collégial, spécialiste de cinéma et d’art vocal. Il a écrit un traité sur la discographie de Maria Callas jusqu’à l’histoire de la diffusion des opéras du Metropolitan Opera à la radio canadienne. Là avec Denys Arcand mille plateaux il est en terrain connu puisqu’il avait écrit une biographie du cinéaste en 2004 qui prenait fin avec Les Invasions barbares. Il nous donne des nouvelles de ce qui se passe pour lui en revenant sur les thèmes qui lui sont chers. Arcand dit une chose de lui à savoir qu’il ne se considère pas comme un cynique mais comme un tragique.

Denys Arcand mille plateaux. Réal La Rochelle. Presses de l’Université Laval 130p.      www.pulaval.com

 




 


Drame bosniaque

La fille de l’Est de Clara Uson part d’un fait trouble, le présumé suicide d’Ana Mladic la fille du boucher des Balkans, Ratko Mladic. Elle avait 23 ans et étudiait en médecine. Elle aurait dit-on voulu lancer un message à son père pour que cesse la guerre. Lui fou de douleur aurait au contraire engagé le siège de Srebrenica. Partant de ce matériau, l’auteur transforme le tout en un roman avec la liberté avec les dialogues comme le permet le genre. C’est un livre qui ne laissera pas indifférent et qui montre par un effet multiplicateur l’absurdité de la guerre.

La fille de l’Est. Clara Uson. Gallimard 508p.    

 




 


Il s’en passe des choses à la Villa Rose

Fans de l’écrivaine Debbie Macomber la femme aux 160 millions de titres vendus, vous ne perdez rien pour attendre puisque le tome 2 de La Villa Rose « Un printemps à Cedar Cove » est dans nos murs. La Villa Rose vous le savez, c’est un gîte tenue par Jo Marie qui s’adapte très bien à son nouvel environnement. Elle y reçoit une galerie de personnages qui ont ceci en commun de refaire leur vie. Encore là, la romancière excelle à faire le portrait de ces visiteurs. Sa connaissance de la nature humaine est l’élément attrayant de son œuvre forte déjà de 100 romans.

La Villa Rose. Debbie Macomber. Coll. Charleston. Guy Saint-Jean éditeur 355p.      www.saintjeanediteur.com

 




 


Le foutoir américain en santé

Si la question de la qualité des soins publics en santé vous passionne, vous devez impérativement lire Patient et citoyen du Dr. Nortin M. Hadler. Bien qu’il se penche sur les désordres du système américain, les lecteurs québécois vont découvrir les mêmes problématiques que chez nous. Le médecin ne se gêne pas pour critiquer avec force preuves à l’appui les dérives des soins de santé chez nos voisins. C’est un travail de grande rigueur. On se pose la question maintenant si la machine est réellement au service du patient ou c’est ce dernier qui est le jeu d’un monde abominable.

Patient et citoyen. Nortin M. Hadler. Presses de l’Université Laval 262p.   www.pulaval.com

 




 


Dans la France de la Saint-Bathélémy

La croix blanche et l’épée de Camille Bouchard c’est un sacré retour en arrière en 1579 pour être exact, dans la douce France. Pas tant que ça puisque c’est l’époque sanglante de la Saint-Barthélémy. A travers cette atmosphère socio politique qui sent le soufre se trouve une jeune femme, Anne Sagedieu qui veut connaître l’amour aux côtés de celui pour qui son cœur bat la chamade. Mais par un concours de circonstances, elle va se retrouver au cœur même de la Cour royale du Louvre côtoyant les Élisabeth d’Autrice dont elle deviendra la confidente. Ajoutez la reine Margot, Catherine de Médécis et charles IX, il y a de quoi s’étourdir. Puis grand saut dans le temps, 500 ans en fait, où au Québec le secret d’Anne Sagedieu parviendra jusqu’à nous. Que faut-il retenir du message en question ? Ce roman historique est dans la lignée d’excellence de l’auteur.

La croix blanche et l’épée. Camille Bouchard. VLB éditeur 565p.   
 




 


Veuve, enceinte mais confiante

Elle ne manque pas de piquant Estelle, la protagoniste du roman Pleine de toi de Geneviève Jannelle. C’est qu’elle se retrouve veuve à la suite d’un accident mortel ayant causé la mort de son conjoint. Mais elle gardera un souvenir de lui en ce sens qu’elle est enceinte de ses œuvres. Mais comme c’est une indécrottable optimiste elle s’imagine faire revivre sa passion initiale à travers d’autres liaisons. Elle se rendra compte que les copies ne valent pas l’original. Il y a un climat dans ce livre parfois surréaliste comme cette souris baptisée Yves Corbeil…Attendez de voir le reste. En passant ce pourrait faire un beau film.

Pleine de toi. Genevivèe Jannelle. VLB éditeur 220p.    www.editionsvlb.com

 




 


Le cheval ici le meilleur ami de l’homme

On dit communément du cheval que c’est la plus belle conquête de l’homme, mais dans Les chevaux du vide de Guillaume Henry il semble qu’il soit aussi son meilleur ami, ravissant ainsi la place occupée généralement par le chien. La jaquette du roman ésotérique est une calligraphie antique chinoise représentant un cheval dans le vide. Mais en réalité comme on nous l’apprend, le vide n’existe pas dans la philosophie chinoise. Il cache quelque chose d’autre, comme le bruit qui couvre le silence. Ici c’est Pierre qui sort de son coma et qui s’imagine avoir vécu une vie. Et on ne vous en dit pas davantage sinon que le cheval n’est jamais très loin et une aide précieuse. De la part du romancier qui est aussi instructeur équestre, c’est un bel hommage à ce noble animal.

Les chevaux du vide. Guillaume Henry. Éditions du Rocher 318p.   www.editionsduocher.fr

 




 


Un chirurgien hollandais sanglant

Tiens, pourquoi pas un policier se déroulant dans la Hollande du XVIème siècle. L’ange sanglant de Claude Merle qui a sans doute été inspiré par les toiles mortifères de Jérôme Bosch avec ces corps suppliciés et sa représentation de la mort. Bref, on a retrouvé le corps d’une jeune fille affreusement mutilée. C’est d’un macabre abominable. Elle était la servante d’un chirurgien et alchimiste, Jacob Dagmar. Une sorte de Joseph Mengele à l’ancienne. D’autre morts aussi scabreuses suivront. Et nous d’assister à l’enquête mené par le bailli local. En même temps c’est un portrait d’époque comme si on s’y trouvait.

L’ange sanglant. Claude Merle. MA éditions 239p.   www.ma-editions.com

 




 


La mort assistée d’une demi-sœur

Extraordinaire porte bien son titre. Extraordinaire oui, car il est rare qu’un homme assiste une demi-sœur jamais trop vue auparavant, plus vieille que lui de quinze ans, qui veut mettre fin à ses jours. Et qui le fera en avalant une solide ration de comprimés. Mais avait qu’elle ne mette son projet à exécution, Sally, la suicidaire, raconte sa vie une bonne partie de la nuit. David Gilmour a choisi un sujet étonnant, la fin de ses jours commise de façon volontaire. C’est la rupture du contrat avec une vie non réalisée. Prenant au possible.

Extraordinaire. David Gilmour. VLB éditeur 169p.    www.editionsvlb.com

 




 


La mystérieuse Victoria Bergman

Ne vous méprenez pas, derrière le nom du romancier Erik Axl Sund se profile en réalité deux écrivains, Jerker Eriksson et Hakan Axlander Sundquist. Un tandem maître du polar. Et ils ont une saga que l’on dévore « Les visages de Victoria Bergman » une femme qui se fait justicière et qui règle ses comptes avec les faibles en ce bas monde. Le tome 2 Trauma c’est la découverte dans un appartement de Stockholm du corps d’un homme d’affaires en vue. Il y a eu dans cet assassinat un rituel pervers qui intrigue l’enquêteuse Jeannette Kihlberg et son amie la psychothérapeute Sofia Zetterlund avec qui elle fonde un couple. Une relation houleuse. Mais les meurtres se succèdent. C’est une course contre la montre haletante pour le lecteur.

Trauma. Erik Axl Sund. Actes Sud 473p.   www.actes-sud.fr

 




 


Une autre que Compostelle remue

Mylène Gilbert-Dumas nous conduit à son tour sur le chemin de Compostelle. Mais ce n’est pas tant la dimension spirituelle qui va dominer le périple, mais le fait que l’héroïne Mireille, mère de trois enfants, ne va pas rencontrer Dieu mais un homme, Christian, qui débarque comme ça et qui va chambouler son existence. Détours sur la route de Compostelle est une variation sur le thème du sentiment amoureux sur fond d’exotisme. On retiendra ici l’habileté de la romancière de faire intervenir différents échelons de réflexion. C’est qu’elle est très incertaine de son devenir notre Mireille. Mais Cupidon est aussi un demi-dieu…Parenthèse, l’auteure parle en connaissance de cause car elle est allée deux fois sur la route de Compostelle.

Détours sur la route de Compostelle. Mylène Gilbert-Dimas. VLB éditeur 335p.      www.editionsvlb.com

 




 


Radioscopie caustique des parisiens   

La spéculation est toujours de mise à savoir si les parisiens sont toujours aussi détestables qu’avant. A croire Louis-Bernard Robitaille qui donne sa réponse Les parisiens sont pires que vous ne le croyez. L’ancien correspondant du quotidien montréalais La Presse est en France puis près de quatre décennies. Il connaît très bien le parisien qu’il décrit comme un animal singulier. Il débute son livre en racontant quelle importance capitale est le fait de demeurer dans un arrondissement plutôt qu’un autre. Et ce qu’il y a à vivre hors du périphérique. C’est du pur snobisme. Il détaille sur les bobos, les habitudes des uns et des autres. Bref, ce qu’est le quotidien de cette bibitte rare. En même temps on sent qu’il les aiment bien, même quand un sommelier se fait fort d’insister sur la prononciation exacte du Montrachet qui doit faire oublier la lettre T du mot comme Montréal…

Les parisiens sont pires que vous ne le croyez. Louis-Bernard Robitaille. Denoël 367p.    

 




 


Un exercice de style poétique sur le bois

Voici une idée assez amusante. Bertrand Nayet a demandé à soixante-deux auteurs de participer à une écriture poétique collective sur le thème du bois. Quelques strophes où chacun laissait aller libre cours à ce que le bois lui inspire. Et il y a de belles trouvailles. Ce recueil d’une grande originalité a pour titre Sur une même écorce.

Sur une même écorce. Sous la direction de Bertrand Nayet. David 144p.   www.editionsdavid.com

 




 


Trois nouveaux opus poétiques aux éditions du passage

Pour quiconque déguste la poésie à petites lampées, les éditions du passage réserve une infinité de joies avec la parution de trois recueils d’un seul coup. Commençons par Voir venir la patience de Louise Warren. C’est comme si une personne atteinte de lucidité chronique transfigurerait tout ce qu’elle voit avec une sorte de grandeur. Dans le communiqué de presse accompagnant sa sortie, on évoque la contemplation un peu comme chez les animistes en Afrique. Extrait « quelle date on ne sait pas janvier le vent gonfle les manteaux ».  Puis autour de Nicolas Lauzon et L’héritage du mouvement. Chez lui c’est une célébration du déplacement. Tous ceux qui sont friands de voyages se sentiront concernés au premier chef. Extrait « Quitter ma ligne de rue pour m’en remettre à la mer. Ne pa chercher la main ni le mouchoir l’âme noyée du desperado ».  Et un titre qui accroche pour le troisième recueil anarchie de la lumière de José Acquelin. C’est huit textes en prose. Si Malraux vivrait encore il adorerait ce poète qui fait de si jolies associations. Qu’on en juge « Hisse ta bassesse jusqu’à hauteur de terre, ne tasse pas le motton de ton cœur. Par la porte entrebâillée, l’odeur de la terre qu’on remue redonne aux jardiniers le courage des poumons ».  De quoi s’étourdir de bonheur à la lecture de ces trois plaquettes d’une rare densité.

 




 


Des sandwichs pour ambitieux

Anne-Louise Desjardins ne peut pas s’n défendre c’est une gourmande. Il y a le mot gourmand inscrit dans ses ouvrages comme celui paru en janvier dernier « Soupers-repas gourmandes ». Cette fois elle pense à la belle saison, à de possibles pique-niques en nous proposant Sandwiches gourmands, 100 sortes de sandwiches classés en quatre genres : avec viande, volaille, poissons et crustacés et sans viande.  Ça va des sandwiches classiques aux sandwiches vietnamiens. Rien qu’à voir les illustrations, on salive.

Sandwiches gourmandes. Guy Saint-Jean 173p.    
www.saint-jeanediteur.com

 




 


De quoi amuser les tout-petits

Les studios Blue Sky on produit Rio 2 un film d’animation qui a conquis les jeunes têtes. Vous avez cette fois un produit dérivé sous la forme d’un cahier de scènes du film que les jeunes peuvent compléter avec 200 autocollants. C’est ludique à souhait, très distrayant. Pendant ce temps, les parents pourront souffler un brin.

Rio 2. Cahier de scènes. Broquet     www.broquet.qc.ca

 




 


Un album pour tout savoir sur la 1ère guerre mondiale

TV5 Monde s’apprête à diffuser la série tant attendue Apocalypse la 1ère guerre mondiale présenté par Isabelle Clark et Daniel Costelle. C’est fascinant. Ils ont trouvé des archives rarissimes qui rendent justice à la condition effroyable dans laquelle se trouvaient les combattants des deux camps, les poilus du côté français et les boches du côté allemand. Une véritable boucherie. Et l’ennemi n’était pas que celui d’en face des tranchées. Les soldats devaient composés avec les poux, la gale, les rats. Et sans parler des conditions d’hygiène lamentables. Puis les gueules cassées, ces soldats défigurés par des éclats d’obus et qui donnera naissance à la chirurgie plastique. La série passera à la télé certes, mais l’album qu’on en a tiré qui vient d’être publié est le prolongement.

Apocalypse la 1ère guerre mondiale. Daniel Costelle et Isabelle Clarke. Flammarion 255p.    

 






 


Le coin santé physique et psychique

Depuis quelques temps des québécoises sont élevées contre les diktats de la mode qui imposent des femmes filiformes, que ce soient Mitsou et Saskia Thuot toutes deux animatrices à la télé. S’ajoute la voix de Léa Clermont-Dion avec un essai qui est un brûlot La revanche des moches. Elle part de l’idée que les standards de beauté étant si élevés, est-ce à dire alors que tout ceux qui ne cadrent pas sont moches. Elle a donc planché sur ce thème interviewant différentes personnalités pour recueillir leurs avis. Un travail solide qui ne passera pas inaperçu. Chez VLV éditeur. Au Dauphin Blanc, Daniel Blouin est tout un personnage qui est parti de rien et qui a fait ses armes chez Tacca musique avec comme mentor Donald K. Donald notre mogul du showbizz. Il lui a offert de travailler un mois gratuit et en retour on lui a créé un job. Puis il s’est fatigué et à fondé une maison d’éditions musicales et à Québec a lancé le cabinet de relations publiques Mercure. Au passage c’est lui qui a été à l’origine du remous causé par ce fameux panneau publicitaire au-dessus du pont Jacques-Cartier où on voyait Marie-Chantal Toupin invitant les gens à la regarder dans les yeux. Il a toujours été en mouvement et dès  que quelque chose ne l’allume plus il décroche. D’où ce livre Sorties de zone où il invite les gens à sortir de leur zone de confort si ça ne va plus dans leur univers. C’est l’apôtre du changement salutaire. Lisa Letessier est psychologue. Elle sait ce qu’il en coûter même au plan santé quand survient une rupture amoureuse. Elle a donc écrit un guide chez Odile Jacob, La rupture amoureuse dans lequel elle propose une série d’exercices à faire pour extirper son mal être.

C’est dans une ambiance festive et pour cause, c’était jour se son anniversaire, que le comédien Patrice Coquereau lançait Guérir à gorge déployée un livre de type cas vécu où il traite de l’anxiété chronique. Qui a hypothéqué grandement sa vie et dont curieusement on parle très peu. C’est un livre à cœur ouvert où il nous fait pénétrer au cœur des malaises qui assaillent la victime et qui peuvent vous surprendre lorsque vous vous y attendez le moins. Aux éditions de l’Homme. Les deux livres qui suivent sont chez AdA. Libérez les esprits de Diana Palm c’est une lecture pour favoriser la dissipation des mauvais esprits en réclamant l’aide des…fantômes pour nous aider à passer de l’Autre côté. Il y a même une technique décrite pour chasser les mauvais fantômes. Comment être aimant sans être trop gentil ? Voilà la proposition que nous fait la spécialiste mondiale des anges, l’américaine Doreen Virtue avec Anges terrestres affirmez-vous! Une des affirmations étonnantes, c’est que les gens ne sont pas là pour être changés, mais être aidés et surtout c’est de s’aimer soi-même et de ne pas se laisser abuser par qui que ce soit. Enfin, un peu comme Merleau-Ponty le déplorait, la philosophie s’est incrustée dans les livres alors qu’elle est faite pour la vie et que Socrate pouvait reconnaître dans un illettré un supérieur à lui. C’est une réflexion parmi d’autres que vous trouverez dans La philosophie comme mode de vie de Daniel Desroches qui souhaite de tout cœur que les enseignements des antiques pénètrent nos existences au quotidien. C’est un livre accessible puisqu’il est basé sur des conférences faites. Il traduit en termes simples des notions souvent abstraites. C’est aux Presses de l’Université Laval.   

 




 


Sur le rôle de père au Québec

On l’a dit et écrit, dans la société matriarcale québécoise, le père est encore trop absent, moins que ses aïeux toutefois. Le romancier Michel J. Lévesque a eu la bonne idée de soumettre aux éditions Québec Amérique l’idée d’un ouvrage en collectif ou des hommes de chez nous s’exprimeraient sur la vocation d’être papa. Comment voient-ils sa responsabilité dans cette société numérique ? Eh bien. Onze auteurs à commencer par lui-même se sont prêtés à l’exercice. Les auteurs qui sont papas ont décidé de reverser en reversant une partie de leurs royautés au profit du Club des petits déjeuners. Des nouvelles du père est un ouvrage que bien des femmes devraient lire pour connaître les sentiments de leurs hommes.

Des nouvelles du père. Collectif. Québec Amérique 224p.  
www.qubec-amerique.com

 






 


Deux des plus grandes romancières québécoises chez Guy Saint-Jean

En littérature jeunesse on ne peut plus passer à côté d’Anne Robillard qui a derrière plus de trois millions d’exemplaires vendus de ses ouvrages. C’est que sa maîtrise du domaine du fantastique est totale. Nous avons droit au cinquième tome de sa saga Les ailes d’Alexanne cette héroïne dotée elle et sa famille de dons très spéciaux. Dans ce nouveau tome « Spirales » Dans les champs céréaliers de la planète on assiste à des phénomènes anormaux qui peuvent menacer la survie de la Terre. En même temps, les membres de la loge Adhara s’affairent à trouver la clé des messages qui sont destinés à notre monde et qui peuvent éviter de le mettre en péril. C’est presque à une course contre la montre que nous invite la romancière qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.
Pendant ce temps, Louise Tremblay D’Essiambre une autre des habituées des best-sellers nous gratifie du tome 3 de Les héritiers du fleuve. Si vous avez suivi cette saga, elle débutait en 1887. Ici on couvre les années allant de 1918 à 1929. Cette auteure elle aussi a cumulé dans son sillage plus de deux millions et demi de copies de ses titres. On n’en parle jamais assez, mais elles figurent au panthéon de notre littérature. Là nous sommes donc au terme du sanglant premier conflit mondial. Léopold conscrit revient à la maison. La vie va reprendre son cours parmi les familles avec qui ont a fait connaissance dans les tomes précédents. Ce qu’il y a ici d’admirable dans ces portraits, c’est le grand courage de ces gens qui devaient affronter autant la vie que les aléas d’une vie matérielle précaire sans aucun filet social pour voir venir les problèmes. Ces gens ont du cœur au ventre et c’est pourquoi les lecteurs les aiment temps.   

Les ailes d’Alexanne. Tome 5 Spirales. Anne Robillard. Guy Saint-Jean éditeur 327p.         www.saint-jeanediteur.com
Les héritiers du fleuve. Tome 3 1918-1929. Louise Tremblay-D’Essiambre
Guy Saint-Jean éditeur 347p.

 




 


Une odyssée moderne à Sept-Îles

Les lecteurs qui cherchent l’intensité des sentiments seront amplement servis avec Bleu de Myriam Caron. En résumé c’est une femme qui revient à Sept-Îles là où elle a vécu une partie de sa jeunesse. Car la proximité de la mer a toujours été pour elle source de ressourcement, surtout qu’elle est atteinte d’une tumeur au cerveau et que le ressac des vagues a un effet curatif sur son mal. Mais l’autre mal qui la ronge est la présence d’un homme doublé du père de son enfant qui ne correspond pas en définitive à son rêve de compagnon de vie. Vous avez là assez d’ingrédients pour faire la trame d’un bon roman. Et si de surcroît les mots sont mis aux bons endroits, on tutoie presque ici l’excellence.

Bleu. Myriam Caron. Leméac 238p.   

 




 


Catherine Bessonart la nouvelle reine du polar

Si vous ne connaissez pas encore le nom de Catherine Bessonart il faut vous la présenter. Elle semble se faire une niche dans le polar. Elle a crée un personnage de limier Chrétien Bompard. Le premier titre avec son héros « Et si Notre-Dame la nuit » a été immédiatement consacré l’an dernier par l’obtention du prix polar du meilleur roman francophone de Cognac. Sans doute encouragée par ce fait littéraire elle emboite avec une deuxième aventure de Bompard La palette de l’ange. Il est confronté à des meurtres en série qui portent une signature d’un certain rituel. Comment parviendra t-il à élucider ces crimes ? Nous n’en dévoilons rien ici, mais sachez que l’enquêteur est futé.  

La palette de l’ange. Catherine Bessonart. L’Aube 253p.    www.editionsdelaube.com

 




 


Le Musso nouveau est arrivé

Les accros aux romans bien fignolés attendent chaque livre de Guillaume Musso comme les amateurs de vins, leur beaujolais nouveau. Et d’autant que l’écrivain a sans doute le plus beau couronnement littéraire qui soit, à savoir être l’écrivain français le plus lu dans le monde. Et il ne démérite pas avec sa cuvée 2014, Central Park. Il n’y va pas de main morte côté intrigue. Jugez vous-même. D’un côté vous avez une policière parisienne, Alice qui se trouvait avec des amies à faire la fête sur les Champs-Élysées. Et de l’autre, Gabriel qui jouait lui du pian0 dans un club à Dublin. Et l’étrangeté de l’affaire c’est qu’ils vont se retrouver le lendemain matin menottés à un banc de Central Park à New York. A première vue, une totale incohérence. Et pourtant, Musso parvient à rendre le truc plausible. Et voyez comment il donne du réalisme à un scénario en apparence étriqué. Il est ici au zénith de son art.

 Central Park. Guillaume Musso. X0 éditions 382p.   

 




 


Pour que la Ville survive

Essuyez vos larmes malgré tout, Danielle Dumais  conclue sa trilogie La ville corrompue avec son troisième tome « Le livre de l’unité ». Ce bijou du style fantasy se veut une réflexion sur les valeurs de tolérance entre différentes factions de différents quartiers de la même ville. Tous veulent assurer leur suprématie. Mais il ne peut y avoir de survivance à de tels différends si l’harmonie ne parvient pas à s’imposer. D’autant que le retour des Kavalers inquiète. Qu’est-ce qui les animent ? Tout ça au moment où Pietr et Loup-Ardent aspirent à l’ordre nouveau. Encore ici, l’auteure cartonne. Vite madame, ne laissez pas orphelins vos lecteurs qui attendent déjà un autre bijou du genre, voire une autre saga captivante.

La ville corrompue. Tome 3 l’Unité. Danielle Dumais 428p.  
www.quebec-amerique.com

 




 


Savannah à Pompéi

Sylvie Payette nous entraîne loin avec son héroïne dans Savannah la clé des mystères. Elle a maintenant 18 ans notre tendre amie. Dont le cœur bat la chamade pour Rafi. Ensemble ils vont se rendre à Pompéi pour l’éruption du volcan du Vésuve. Ils ont à cœur de décoder la clé d’Isis. En même temps des événements risquent de mettre en péril l’union du couple. Vous avez là de quoi susciter l’intérêt de la première à la dernière ligne et c’est le cas.

Savannah la clé des mystères. Sylvie Payette. Recto Verso 232p.   

 




 


L’inquiétude humaine décryptée

Parmi les maux qui affligent notre civilisation, il y a celui de l’angoisse ou de l’inquiétude à moindre degré. On voit ses effets sur la consommation effarante d’antidépresseurs. Pas étonnant que les gens implosent à force de subir des carcans de vie où la vérité n’a jamais sa place. Les chroniques de l’inquiétude de Frederick Letia est un ensemble de sept nouvelles, toutes aussi intéressantes les unes que les autres où les personnages sont rongés par l’inquiétude. Ça prend des formes diverses chez chacun. Avec la clé des moments d’explosion où des vérités se disent. Bel exercice de radiographie humaine. Qui donne la mesure du mal être contemporain.

Les chroniques de l’inquiétude. Frederick Letia. Les éditions Sémaphore 129p.      www.editionssemaphore.qc.ca

 




 


Le Cinq demande de l’aide

Côté littérature fantasy une petite merveille en soi, c’est la saga de Pittacus Lore qui n’est rien d’autre que le pseudonyme de deux auteurs géniaux, James Frey et Jobie Hugues. Il y a beaucoup de combats puisque les Mogadoriens après avoir ruiné la planète Lorien. Ils ont sans foi ni loi. Pour se dresser contre eux, des humains se préparent car ils s’apprêtent à accueillir les envahisseurs. On a donc formé spécialement, neuf terriens pour les combattre. Trois ont déjà perdu la vie.  Mais il y a le cinquième qui est en mauvaise posture et qui réclame de l’aide. Parviendra t’on à le tirer d’affaire ? Voilà tout l’enjeu de L’empreinte de Cinq. La superproduction qu’en a tiré Dreamwork pour le grand écran a fait un tabac. Seulement qu’au Québec, cent mille spectateurs ont accouru en salle.

L’empreinte de Cinq. Pittacus Lore. Flammarion Québec 318p.    www.flammarion.qc.ca

 




 


L’amour qui mène loin

Il était une fois un homme et une femme qui se croyaient prémunis contre les attaques de Cupidon. Mais un jour le petit ange bien malin a décoché toute une flèche, de sorte que monsieur et madame vont en pincer l’un pour l’autre. Mais au lieu d’avoir de nombreux enfants comme dans les contes de fées, ils vont être confrontés dans un climat de fin du monde à toutes d’aventures. Ce qui leur permet la rencontre d’une galerie de personnages déjantés. Quand l’amour efface le temps est un hymne au sentiment amoureux. C’est le roman de fiction de deux auteurs chevronnés, Pauline Michel qui durant deux années a été en fonction à Ottawa à titre de poète officiel du parlement et de Mario Pelletier qui a été directeur littéraire et scribe pour des premiers ministres. Ils ont trouvé une méthode pour écrire en tandem ce livre captivant. Et si vous regrettez d’être trop rapidement parvenus à la fin du dernier chapitre, consolez-vous, ils nous concoctent disent-ils une suite.

Quand l’amour efface le temps. Pauline Michel et Mario Pelletier. Les éditions Québec-Livres 205p.    www.quebec-livres.com

 




 


Le coin sport, plein air

Chez Vigot, deux titres qui raviront ceux qui aiment le tennis et le vélo. Tennis de Rob Antoun un ancien joueur de tennis professionnel qui a la générosité de faire partager les techniques qui forment les champions. Vous verrez qu’avant de devenir un Nadal il y a l’ABC d’un entraînement avec rigueur. Vous avez des schémas de jeu et plusieurs photos des mouvements qui sont analysés. Dans le genre c’est top niveau. Et Vélo de Guy Andrews. Rédacteur en chef du magazine Rouleur, on lui doit chez le même éditeur « Le manuel d’entraînement du cycliste » Ici il s’adresse tant au cycliste chevronné qu’à l’amateur, dispensant des conseils pour le choix du vélo, des réglages à faire et comment faire ses réparations soi-même. On ne peut être plus complet.

 




 


Le printemps érable au cégep régional de Lanaudière

Au printemps 2012, le cégep régional de Lanaudière à Joliette emboîtait le pas à l’occasion de ce fameux printemps érable qui a marqué l’imaginaire collectif en 2012. Les étudiants de cet établissement avaient débrayés onze semaines. Un cégep dans la rue est un recueil de photos qui témoigne de ces jours d’effervescence où les étudiants clamaient leur indignation devant les hausses des frais de scolarité souhaité par le gouvernement libéral de Jean Charest. Des photos qui comme on le souligne pertinemment, ont valeur anthropologique.

Un cégep dans la rue. Sous la direction de Flavie Trudel. Presses de l’Université Laval 127p.    www.pulaval.com

 




 


Le coin habileté manuelle

Nathalie Quiquempois et Ingrid Lepain nous amènent dans un monde merveilleux de création, celui des Bijoux en porcelaine froide. C’est une désignation de ce qu’est la pâte à porcelaine à modeler. Et une fois les techniques acquises c’est fou ce qu’on peut faire de bijoux originaux qui porteront votre signature. C’est chez l’éditeur Créa passions com. Ailleurs c’est Isabelle Leloup qui se veut designer mode pour poupons, si jamais vous prend le goût de faire de votre enfant un petit prince ou une petite princesse. Les z’habits de mon poupon aux éditions marie claire, ce sont 30 modèles différents. Et vous avez en complément d’ouvrage un très grand patron de référence. Et du même éditeur, comment devenir une pro des travaux d’aiguilles en 107 leçons. Ça tombe à point nommé car dans ce monde agité, des thérapeutes recommandent une activité de repliement sur soi, dans la détente. Message qui a été entendu car on voit de plus en plus de femmes se remettre par pure distraction à ses travaux. C’est le Guide des travaux d’aiguilles abondamment illustré.  

 




 


Le coin Miam miam

De lire la recette et de voir une tarte aux ravioles, à l’ail et à la roquette donne immédiatement la faim. Tartes et tourtes des quatre saisons d’Édith Bougenault est une invitation à sombrer carrément dans la gourmandise. Du potiron au roquefort, tous les meilleurs ingrédients entrent dans la composition de ces merveilles à faire saliver. Il y a au total 100 recettes innovatrices pour la majorité. Certaines tartes peuvent se prendre en plat principal ou en tartelette au moment de l’apéritif. Il y a encore de très bonnes choses sur Terre.

Tartes et tourtes des quatre saisons. Édith Bougenault. Éditions marie claire 184p.    www.editionsmarieclaire.com

 




 


Parfum du monde

Perrine Leblanc est québécoise et Malabourg est son deuxième roman. Malabourg qui donne son nom au titre est un bled où trois femmes ont disparu. Par ailleurs nous faisons connaissance avec Alexis qui se voit comme un « nez » dans la parfumerie et Mina. Ils vivent dans ce village qu’ils vont délaisser pour partir chacun de leur côté. Lui se rend en France pour étudier dans son art de la parfumerie et elle se rend au Québec. Et c’est dans cette province, à Montréal pour ne pas la nommer, qu’ils vont se retrouver. Puis ils vont aller se promener du côté des States. La beauté de ce roman sur l’exil et l’aventure, est sa simplicité. Un sujet, un verbe et un complément se suivent sans affectation. Et les images passent. Joli exercice de style littéraire, l’art de ne jamais en faire trop et laisser place aux sentiments.

Malabourg. Perrine Leblanc. Gallimard 176p.  

 




 


Radioscopie de la France des années 80

Monsieur Loriot est à placer au sommet de vos achats de livres cette semaine. Son auteure Clélia Anfray a dit-on puisé dans ses souvenirs personnels pour donner vie à son personnage, un français moyen des années 80 qui a la détestation facile. Comme le disait Pierre Bergé le compagnon d’Yves Saint-Laurent, qui affirmait qu’au fond la France avait toujours eu un fond pétainiste, ce Monsieur Loriot incarne le français typique. Quel beau rôle pour le cinéma. Il va arriver que cet homme réglé comme une feuille à musique vas disparaître. Nous ne vous disons pas pourquoi, ce serait enlever une part de votre plaisir. Mais ce faisant c’est un ouvrage magistral. Quelle portraitiste que cette Madame Anfray.

Monsieur Loriot. Clélia Anfray. Gallimard 232p. 

 




 


Un abécédaire du hockey

C’est un merveilleux petit bouquin à la thématique particulière, un abécédaire de toutes les expressions consacrées dans le monde du hockey. Et on doit ce bijou de quasi érudition du domaine à Benoît Melançon. Il est un fan achevé de notre sport national et connaît tout le vocabulaire que les commentateurs et gens du hockey emploient. Même ceux qui ne sont pas des amateurs de ce sport prendront plaisir en amoureux de ces terminologies savoureuses par moments. C’est la Langue de puck. A posséder aux côtés d’autres ouvrages lexicographiques.

Langue de puck. Benoît Melançon. Del Busso 125p.    www.delbussoediteur.ca

 




 


La fille de Nougaro témoigne

Claude Nougaro n’est plus et sa disparition laisse un grand vide. On a beau dire que personne n’est irremplaçable mais tout de même. C’est même faire injure à ce chanteur de blues et compositeur qui n’a pas encore été égalé. Il était l’artiste merveilleux que l’on sait, et aussi un père attendrissant comme en témoigne sa fille Théa dans ce livre hommage qu’elle lui consacre J’entends encore l’écho de la voix de papa. C’est le livre d’amour filial d’une fille pour son père dont le souvenir ne l’a jamais quittée.

J’entends encore l’écho de la voix de papa. Théa Nougaro. Flammarion 297p.     

 




 


Une limace qui envie un escargot

Même chez les invertébrés le sentiment d’envie existe comme vous allez pouvoir vous rendre compte dans ce petit album pour enfants Grimace et sa maison d’Hélène Lavertu. Notre sympathique limace se prend à rêver d’avoir une maison sur son dos comme pour les escargots. Va-t-elle concrétiser son plus ardent désir ? Une historiette craquante.

Grimace et sa maison. Hélène Lavertu. Broquet.  www.broquet.qc.ca

 




 


Une première odyssée mondiale pour un voilier hauturier

Jean-Paul Godin et sa femme ont le pied marin. Durant dix ans, ils ont élaboré une traversée des mers, des fleuves et des canaux les menant du Québec vers la Méditerranée, puis vers la mer du Nord, le Rhin, le Danube, la mer Noire, la mer Égée, les Caraïbes et le lac Champlain leur port d’attache. C’est la première fois qu’un voilier de type hauturier accomplissait une pareille trajectoire qui s’est échelonnée sur une année entière. C’est donc le récit par le menu de cette épopée maritime avec moult anecdotes ça va de soi. Et en même temps un petit cours sur le vocabulaire propre au domaine.

Évasion derrière le rideau de fer. Jean-Paul Godin. Carte blanche 265p.    www.carteblanche.qc.ca 

 




 


Le plus grand Institut missionnaire féminin de la catholicité

Les communautés religieuses de femmes suscitent rétrospectivement l’admiration, car à l’ère du gaspillage dans les finances publiques, la fraude, la collusion, vous avez là des modèles de renoncement, des féministes bien avant l’heure avec des talents remarquables. Deux historiennes, Chantal Gauthier et France Lord racontent l’installation au Canada des Franciscaines Missionnaires de Marie entre 1892 jusqu’à 2010, l’Institut missionnaire féminin le plus grand de la catholicité. Avec des photos émouvantes de femmes héroïques et tout ça à partir du dessein de leur fondatrice qui rêvait de s’établir en Amérique.

De silence et d’action. Chantal Gauthier et France Lord. Carte blanche 400p.  
www.carteblanche.qc.ca

 




 


Un chien décoré

Sur le bandeau qui ceinture Le collier rouge de Jean-Chistophe Rufin on aperçoit un beau chien qui porte une décoration autour du cou. Le romancier fait référence à la contribution des canidés dans les tranchées de la guerre de 14-18 où ils avaient diverses fonctions de démineurs, tueurs de rats et messagers. Et un soldat vétéran de retour du front croyait qu’un chien méritait mieux que lui sa décoration. Dans une caserne abandonnée en 1919 un chien jappe depuis deux jours sans arrêt. Un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Et pas très loin, une jeune femme qui est paysanne mais fort connaisseuse, vit d’espérance. Trois éléments qui composent ce texte superbe. Du Rufin pur jus.

Le collier rouge. Jean-Christophe Rufin. Gallimard 156p.  

 




 


Choisir Tristan ou Matthew ?

La vie a parfois de ces cruautés. Baiser à Manhattan est le roman du dilemme. Kim Messier l’auteure exploite habilement le thème du désarroi amoureux. Ainsi c’est une jeune femme, Charline qui un an plus tôt a perdu son enfant à la naissance. Son amoureux en titre Tristan, lui offre un voyage de rêve en solo à New York, une métropole qui la fait rêver. Elle s’y rend donc et patatras, se met sur sa route un mec du tonnerre qui a tout pour lui, surtout un charisme d’enfer. Elle va succomber à la manœuvre de séduction du bel homme. Mais là des tourments l’assaillent. Que devient dans tout ça le pauvre Tristan ? Nous ne vous disons pas ici qu’elle sera son choix. Mais retenez que dans le genre passion torride c’est un livre modèle en son genre.

Baiser à Manhattan. Kim Messier. Éditions de Mortagne 386p.    www.editionsdemortagne.com

 




 


Une analyse des thèmes chers à Pagnol

Au moment où la version de Marius et Fanny de Daniel Auteuil sort en DVD, vous avez au même moment la sortie en librairie de Marcel Pagnol un autre regard de Karin Hann. Elle a passé sept années à des recherches sur la vie et l’œuvre du grand homme de théâtre et cinéaste. Pour voir d’où venaient donc les sources de sa création. Elle expose les thèmes qui lui étaient chers. Bref, pour qui veut se familiariser avec l’œuvre de Pagnol c’est l’initiation parfaite.

Marcel Pagnol un autre regard. Karin Hann. Éditions du Rocher 280p.   www.editionsdurocher.fr

 




 


Un grand militaire parle de sa captivité en Indochine

Bernard Grué fait partie de ces valeureux militaires qui sont allés au front pour servir la France. Dans son cas après une bataille contre le Viêt-minh en Indochine, il sera fait captif durant quatre longues années.  C’est donc son implication dans ce conflit de la guerre d’Indochine qu’il reprend dans L’espoir meurt en dernier. Le militaire appartenait à la Légion étrangère. Étrangement il ne nourrit pas d’animosité pour ses geôliers. Durant sa captivité il a développé son endurance et même a pu trouver des pointes d’humour.

L’espoir meurt en dernier. Bernard Grué. Éditions du Rocher 185p.   www.editionsdurocher.fr

 




 


Perdus et retrouvés

C’est un récit croisé qui vous est présenté coécrit par Janine Saine et Vahé Kazandjian. Nous suivons l’évolution de la rencontre de deux êtres qui se connus en 197 à bord d’un avion sur un vol Montréal-Paris. Elle, Alice est moitié québécoise et moitié arménienne, alors qu’Aza est Arménien-Libanais. Durant tout le vol, ce sera la chimie parfaite entre ces deux personnes. Durant les sept années qui vont suivre, ce seront des échanges épistoliers fréquents. Puis plus rien. Trente-ans plus tard Alice enverra un courriel qui rétablira la communication. Que va-t-il arriver ensuite ? A vous de le découvrir avec cette lecture édifiante.

A quand le vol Paris-Erevan ? Janine Saine et Vahé Kazandjian. Art Global 149p.        

 








 


Le coin santé physique et psychique (1)

Bien que ce soit un roman nous l’avons placé ici, car son thème est celui de la recherche de la femme idéale. Donc beaucoup de psychologie au départ. Le théorème du homard est la désopilante aventure d’un généticien qui est un bolé en sciences, mais incapable de vivre en société. Mais il a besoin d’une compagne. Il lance donc le « Projet épouse » En mettant au point un questionnaire détaillé qui va lui permettre d’éliminer les candidates qui ne se qualifient pas. Graeme Simsion est drôle à souhait. C’est aux éditions du Nil. Les trois titres qui suivent son aux éditions du deuil : Bouillon de pour l’âme en deuil en format de poche. Ça été un méga best-seller cosigné par Jack Canfiled et Mark Victor Hansen. Ce sont des témoignages de gens qui ont réussi à surmonter l’épreuve du deuil. La parole des autres est ici grandement consolatrice. Le même duo d’auteurs revient mais avec la contribution de Les Hewitt dans La force du focus ou comment atteindre ses objectifs personnels avec une certitude absolue. C’est le 10ème anniversaire de cette publication de motivation, révisée et augmentée. Janetti Marotta est psychologue et spécialiste de la dévalorisation. Elle est membre du personnel soignant de l’Université Stanford en Californie.
Nous avons la chance d’avoir la traduction d’un livre bénéfique pour ceux et celles qui se sentent des moins que rien et c’est L’estime de soi par la pleine conscience. Un total de 50 exercices à faire pour cultiver l’acceptation et la compassion pour soi. Avec Joseph Whitfield il est question de La Quête éternelle chez Lanore où on assiste à la progression de deux âmes au cours de leurs réincarnations successives sur la Terre. En même temps c’est un voyage à travers des millénaires de civilisation. Une métaphore qui traite du coup des grands mystères de la vie. Ken Wilber aux éditions Almora y va d’Une théorie de tout. C’est une vision intégrale pour les affaires, la politique, la science et la spiritualité. Ce monsieur a été surnommé rien de moins que l’Einstein de la conscience. Aux éditions Exclusif un témoignage assez rare, celui d’un guérisseur, en l’occurrence Jean Daurillac qui nous dit tout de son donc particulier. Au fil des pages on apprend sur les pouvoirs de l’argile, des vertus de la rosée, savoir imposer les mains et favoriser l’auto-guérison. Les deux titres qui suivent son aux éditions de l’Homme. Albert Ladouceur est un journaliste émérite sportif qui a commencé sa carrière au Montréal-Matin pour se rendre jusqu’à éditorialiste sportif au Journal de Québec. Il est présentement atteint du cancer du pancréas. Autrement dit il a été Déjoué par le cancer. La conclusion du livre est à lire absolument, qui nous montre comment on doit se comporter devant un mal irréversible qui conduit à la mort. Touchant au possible.
Ensemble Martin Lussier et Pierre-Mary Toussaint dans un ouvrage préfacé par Bruny Surin se chargent des Mythes et réalités sur la course à pied. Les deux auteurs sont en kinésiologie. Vous avez diverses écoles de pensée au sujet de cet exercice qui brasse tout l’anatomie. Donc ils répondent à 50 affirmations préconçues, démêlant le vrai du faux. Et enfin chez Alpen, un hommage au Vinaigre, bicarbonate, citron. Trois éléments qui ont des applications à l’infini, du soin des dents à détergeant. Par exemple le citron peut intervenir dans le traitement des jambes lourdes. Le bicarbonate est un précieux apport contre les démangeaisons, etc . Alessandra Moro Buronzo et Sophie Chaverou vous disent tout à leur sujet. Un ouvrage à conserver dans sa cuisine ou tout près de la pharmacie.   

 








 


Le coin santé physique et psychique (2)

Jean-Paul Marchand a un parti pris historique, à savoir que la femme a été maltraitée par l’homme durant 25 siècles. Un concept qui est remis sérieusement en question à l’aune des nouvelles approches historiques. Mais bon, si on s’en tient à ce postulat, il suffirait que la femme accède partout dans le monde à une égalité totale dans les rapports avec l’homme pour que la face du monde puisse changer. La femme conduirait à l’humanité nouvelle. Utopique ? Tant il en est que la violence n’est pas l’apanage d’un seul sexe. La femme…l’avenir de l’homme un essai à lire chez Carte blanche. Les deux autres titres sont du même éditeur. Avec Christiane Sylvestre qui publie Les hauts et ls bas d’une famille TDAH. Ce sont des anecdotes pour saisir les enjeux du déficit de l’attention et de l’hyperactivité. Un mal bien de notre époque qu’elle nous décrit. Et voici un témoignage fort, celui de Sophie Jacob atteinte de la fibrose kystique. Comme si l’oxygène ne passait qu’à travers une paille. Vous pouvez imaginer les difficultés respiratoires au menu. Et elle ne vivait que pour une chose, conduire un dix-huit roues. Ce qu’elle a fait durant trois ans sur des longs parcours américain. Elle a été obligée d’abandonner si elle voulait prolonger son espérance de vie, d’autant que ce métier est incompatible avec son mal. C’est l’amour d’un homme et sa proximité dans le travail avec les routiers qui lui ont permis de poursuivre sa route, sans jeux de mots.
Les deux prochains titres sont aux éditions de Mortagne. Julie Marcotte lance Trentenaire sans histoire, tranches de vie. Si vous voulez vous amuser un brin, c’est à lire. Car d’entrée de jeu elle nous dit à quel point sa vie pourrait être considérée comme affligeante, sans faits d’armes particuliers. Elle a trente-trois ans, enseignante, trois enfants et un mari. Tout ce qu’il y a de plus « ordinaire ». Mais elle a su donner justement du relief à la banalité du quotidien. Pour en arriver à la conclusion que la célébrité n’est aucunement nécessaire pour être heureuse. Maude Schiltz nous a livré à son tour un vibrant témoignage de ce qui nous arrive quand on est belle comme un cœur et qu’on vous annonce du jour au lendemain que vous avez un cancer. Elle a livré ses réflexions dans le tome un de Ah shit, j’ai pogné le cancer. Voici le tome 2 qui nous arrive. Ce qu’il y a de particulier dans cette réflexion détaillée c’est que vous avez là décrit par le menu, tout ce qui vous arrive au niveau des traitements en chimio et des conséquences, mal aux dents, aux mains, faiblesse effrayante. Elle a su mieux décryptée que quiconque les hauts et les bas d’un corps et un esprit surtout qui mène un combat.  Aux Presses de l’Université de Montréal paraît un essai du plus grand intérêt sur les politiques sociales en santé dans les pays scandinaves. Ces derniers ont réussi le pari d’amoindrir les écarts entre les riches et les pauvres et d’avoir mis en place des mesures innovantes pour contrer des problèmes comme celui de l’itinérance. C’est ce modèle scandinave qu’analysent Marie-France Raynault médecin spécialiste en médecine préventive et en santé publique et directrice du Centre Léa-Roback et Dominique Côté sociologue et agente de recherche au même établissement. Le Québec a tout intérêt à s’en inspirer. Les trois titre suivants sont publiés chez Québec-Livres : La psychoéducatrice Chantal Thériault y va avec Faciliter l’intégration et l’inclusion des enfants ayant des besoins particuliers. Que ce soit des troubles de langage, de déficience intellectuelle, de troubles envahissants et du développement, aujourd’hui l’approche enfant est bien circonscrite à de nombreux cas particuliers. Le but de l’essayiste est de rappeler comment il faut aimer ces enfants vulnérables et les mener à l’accomplissement. Demeurons avec les enfants, cette fois c’est avec Louise Reid une spécialiste des troubles de l’anxiété qui nous offre Guérir l’anxiété de nos enfants. Et sans l’aide de médicaments ni thérapie. Ça tombe à point nommé où on condamne les abus des ordonnances faites aux enfants. Madeleen DuBois a un message merveilleux à livrer, que nous tous et toutes des êtres de lumière. Comment contrôler sa pensée est une exhortation à sortir de nos blocages pour atteindre au plein épanouissement. C’est un petit livre garni de belles pensées. Qui doivent au final faire du bien puisqu’il en est à sa cinquième réédition.
Maintenant un essai de grande rigueur sur l’emprise qui exploite la faiblesse des autres. Le psychologue et clinicien Jean-Claude Maes chez Liber analyse où se termine l’attachement et où commence l’abus ? Aux moyens d’études cliniques Liens qui lient liens qui tuent cet expert des victimes de l’emprise des sectes, démonte les mécanismes par lesquels un être en assujetti un autre et le comportement de ce dernier. A croire que chez les humains tout est rapport de force. On n’est jamais été aussi loin dans la connaissance des liens tordus. Enfin deux guides éducatifs, Techniques d’impact au préscolaire d’Édith Roy et Danie Beaulieu, avec 50 activités pour éveiller les intelligences des marmots et 100 trucs pour améliorer vos relations avec les ados où on retrouve Danie Beaulieu. Pour aider les parents à entrer dans le monde des adolescents. Les deux titres sont chez Québec-Livres.

 




 


La Charte sur la laïcité québécoise vue par des penseurs

Ce qu’elle en fait couler d’encre cette Charte appelée de tous ses vœux par le gouvernement du Parti québécois afin de préserver l’identité québécoise et de dresser un mur à l’intégrisme. Une question qui n’est pas simple. L’urgence de penser c’est un forum sur papier qui réunit 27 intellectuels qui soupèsent le pour et le contre. C’est un petit livre essentiel à la réflexion utile. Vous comprendrez mieux les enjeux en cause. Sous la direction de Jonathan Livernois et Yvon Rivard.

L’urgence de penser. Leméac 174p.   

 




 


On n’empêche pas le désir à l’université

Si les universités sont des lieux de haut savoir, n’empêche que l’intellect ne fait d’ombre au désir sexuel qui est très manifeste, surtout si, comme dans cette université du sud des États-Unis, on a édicté des règles strictes pour éviter toute effusion. Un professeur argentin qui s’y trouve en visite pour un semestre en littérature espagnole, se rend bien compte que le sexe est omniprésent. Saura t’il résister à l’appel des instincts primaires ? C’est le thème en toile de fond de Moi aussi j’ai une petite amie bisexuelle de Guillermo Martinez. Une apologie de la chose. Une délectation pour l’imaginaire.

Moi aussi j’ai eu une petite amie bisexuelle. Guillermo Marinez. Nil 220p.   www.nil-editions.fr

 




 


Geneviève contre les Huns

Chapeau à Max Gallo d’avoir restitué la figure exaltante de Geneviève trop dans l’ombre de Jeanne d’Arc. Nous sommes en 451. Metz a été dévastée sous les hordes des Huns menées par Attila qui est restée célèbre par cette phrase, « là ou je passe l’herbe ne repousse plus ». Et c’est la menace qui pèse maintenant sur Paris. Geneviève qui va remonter le moral des parisiens repliés dans la l’Île de la Cité fortifiée. Elle empêchera par sa ténacité le courage annoncée. Un grand personnage. Et qui osera dire que le monde appartient aux hommes ?

Geneviève de Paris. Lumière d’une sainte dans un siècle obscur. Max Gallo X0 éditions 151p.  

 




 


La traque aux juifs en Belgique

Si il a été beaucoup question de la rafle des juifs en France sous l’Occupation, on a moins évoqué aussi le danger qui guettait la communauté juive en Belgique. C’est tout un pan sombre de l’histoire belge que reprend à son compte Armel Job dans ce roman terrifiant Dans la gueule de la bête. Avec à l’avant-plan une fillette juive que l’on protège des loups de la Gestapo en longs manteaux noirs. Et vous allez voir que les bourreaux ne se trouvent pas nécessairement du côté que vous croyez. L’âme humaine a de ces terribles lâchetés.

Dans la gueule de la bête. Armel Job. Robert Laffont 310p.    www.laffont.fr

 




 


Une parodie de l’espionnage en Belgique

Demeurons en Belgique, mais en 1958 à l’occasion de l’Exposition universelle qui a lieu dans la capitale, Bruxelles. Thomas Foley un sénior britannique du ministère de l’information est pressenti pour organiser l’érection du pavillon de son pays et aussi de celle d’un pub typique. Madame Foley a des réticences, mais bon. Et une fois sur place, notre homme va croiser une galerie de personnages étranges. Mais surtout Anneke une jolie hôtesse belge. Avec Expo 58, le maître du thriller Jonathan Coe signe un roman achevé qui en même temps une satyre de l’espionnage.

Expo 58. Jonathan Coe. Gallimard 328p.   

 




 


Récit d’une vie qui bascule

Étienne Beaulieu qualifie de récit Trop de lumière pour Samuel Gaska un québécois d’origine polonaise qui parce qui parce qu’il a saccagé une église dans l’Ouest canadien va faire deux ans de tôle. Est-ce que le Gaska en question existe vraiment, où le mot récit l’emprunte aussi à l’imaginaire ? Qu’importe. Retenons que l’histoire décolle, celle d’un être un peu trop lucide, musicien de son état qui va aspirer à rejeter toute ambition sauf celle d’une vie toute simple. C’est écrit dans une langue magnifique. On voit que le gars a des lettres. En 2008 Beaulieu a été finaliste au prix Victor-Barbeau de l’Académie des lettres du Québec. On comprend pourquoi à la lecture de sa dernière ponte.

Trop de lumière pour Samuel Gaska. Étienne Beaulieu. Lévesque éditeur 107p.    www.levesqueediteur.com

 




 


13 ans et considérée comme lépreuse

Pour un récit effrayant c’en est un. Sergine Desjardins avec le tome 1 de sa saga Isa nous transporte sur L’île des exclus, l’île de Sheldrake en 1844, là ou on parquait ceux jugés pestiférés. Isabelle a treize ans et on la croit atteinte de la lèpre. Et on la séquestre dans un univers digne des toiles de Jérôme Bosch illustrant l’Enfer de Dante. C’est une histoire hallucinante sans doute inspirée de faits vécus. Décidément il y en a qui ont vécu un karma sur terre et ici c’en est tout un. Ça annonce une épopée haute en couleurs. On voit que la romancière s’est beaucoup documentée pour restituer les mentalités de l’époque où l’ignorance trimphait.

Isa. Tome 1 L’île des exclus. Sergine Desjardins. Guy Saint-Jean éditeur 414p.   www.saint-jeanediteur.com

 




 


Découvrir Louis Fréchette

Qu’il raconte l’histoire des défilés du Père Noël à Montréal ou qu’il raconte Lili St-Cyr, Jean-Claude Germain n’est jamais ennuyeux. C’est un conteur remarquable qui couche bien sur papiers ses récits. Là il a choisi de réhabiliter la mémoire de l’écrivain Louis Fréchette. Maintenant totalement inconnu et auquel subsiste certains noms de rues ou d’institutions publiques. Mais que sait-on vraiment de lui ? Pour mieux le connaître il s’est fendu non pas d’une biographie, mais a privilégié la vie du littérateur qui écrivait de façon classique mais qui deviendra un précurseur de la langue populaire québécoise à travers le conte. La double vie littéraire de Louis Fréchette raconte ces deux niveaux en plus d’être complétée par une brève histoire du conte au Québec jusqu’à Fred Pellerin. Un petit bouquin qui vous rendra encore plus intelligent rendu à la dernière ligne.

La double vie littéraire de Louis Fréchette. Jean-Claude Germain. Hurtubise 149p.    www.editionshurtubise.com

 




 


Une adolescente dans la Grosse Pomme

Voici une lecture que nous recommandons à toutes les adolescentes rêveuses de lointain. Grâce à Rose-Line Brasset vous allez vous faire une amie virtuelle en la personne de Juliette la nouvelle héroïne qui donne naissance à une collection puisqu’il semble qu’on va la suivre de ville en ville. A l’automne on devrait connaître ses péripéties à Barcelone. Mais pour le moment partageons en sa compagnie la découverte de New York. Elle s’y rend en compagnie de sa mère un peu fofolle. Mais pour la jeune Juliette c’est un monde magique qui s’ouvre à elle. Vous ne pourrez pas ne pas vous prendre de sympathie pour notre jeune fille curieuse comme tout.

Juliette à New York. Rose-Line Brasset. Hurtubise 236p.   www.editionshurtubise.com

 




 


Les grands transports humains

Hélène Dorion est précédée de prix, celui d’Anne-Hébert, du Gouverneur général du Canada, du prix Mallarmé et celui de Léopold Sédar-Senghor. Une belle carte de visite qui annonce de la grande littérature. Et Recommencements en est. On dirait de la poésie en prose. Car il y a un grand lyrisme dans cette description de la mort d’une mère. C’est un récit à la première personne. Il y a de grands emportements lyriques. C’est musical et la qualité se double si on lit ce texte à haute voix. Nous l’imaginons dans la bouche d’une de nos grandes comédiennes. Nous sommes ici dans un texte existentiel sur les thèmes, de la vie de l’amour et de la mort. Transcendant.

Recommencements. Hélène Dorion. Druide 218p.    www.editionsdruide.com

 




 


Réédition d’un grand classique néerlandais

Oek de Jong est un écrivain vénéré aux Pays-Bas. Parmi ses palmes littéraires, il y a Robes d’été flottant au vent qu’il publia en 1979 et qu’on ne cesse de rééditer depuis. C’est l’histoire en trois volets d’un petit garçon qui deviendra un homme, toujours tiraillé par des crises existentielles, une sensualité débridée avec une attirance pour les femmes mûres et aussi que la nature exalte. Il a régulièrement des crises de panique. A un moment sa vie connaîtra un pic attristant que nous ne vous dévoilons pas ici pour ne pas vous enlever votre plaisir. Bien que l’histoire concerne un néerlandais, il n’en demeure pas moins que les besoins fondamentaux de tout être humain sont clairement exposés, de sorte qu’on risque d’être à un moment donné interpellé. Du grand art dans le portrait.

Robes d’été flottant au vent. Oek de Jong. Gallimard 344p.  

 




 


Pauvre Marianne

C’était une jeune fille qui avait d’autres aspirations, cette Marianne qui a perdu sa mère lorsqu’elle était âgée d’à peine trois ans. Elle sera élevée chez une tante à Casselman en Ontario puis dans un couvent. Elle a huit ans quand son père réapparait finalement. Marianne voulait entreprendre des études, il n’en sera plus question puisque le père la traine ans une région minière. A quinze ans elle rencontre Albert qui a dix ans de plus qu’elle. Ils vont se marier. Avec des naissances à répétition et des mort-nés. Et la misère qui colle à leur peau. C’est du Zola franco-ontarien. Avec Brûlants secrets de Marianne c’est aussi en toile de fond l’existence difficile des franco-ontariens. Quel grand roman. On pense à toutes ces femmes qui sont passées à côté de leur existence pour répondre aux codes sociaux exigés. Et toujours le manque de ressources financières.

Brûlants secrets de Marianne. Lysette Brochu. Vermillon 278p.   

 




 


La librairie le lieu du crime

C’est à un bel exercice de style que seize écrivains du Québec ont été appelés par un fou du polar Richard Migneault un directeur d’école à la retraite. Il leur a proposé le défi suivant qui est en quelque sorte des variations sur le même thème, à savoir que chacune de leurs nouvelles doit avoir pour cadre une librairie avec à la clé un crime. A partir de cette seule indication il leur était laissé l’imagination au pouvoir. Crimes à la librairie est un recueil de nouvelles forcément original de par la thématique qui fait de la librairie le lieu de tous les possibles. Et en y pensant bien, cette commande pourrait être renouvelée sur un autre thème avec d’autres écrivains. Mais pour le moment, dévorons ces nouvelles comme autant de mignardises. Que de talents dans la Belle Province et un goût affirmé pour le polar.

Crimes à la librairie. Collectif. Sous la direction de Richard Migneault. Druide 333p.      www.ediionsdruide.com

 




 


L’histoire d’une humanitaire

Toute une épopée que celle d’Élisabeth Carrier qui a consacré trente ans de sa vie aux quatre coins du monde comme humanitaire pour le compte du Comité International de la Croix-Rouge. Elle a été de bien des théâtres conflictuels. Elle raconte toutes ses interventions où l’horreur absolu à côtoyer l’humour comme lorsqu’un soldat africain a voulu vérifier un passeport…à l’envers. Ça en dit long sur ce qui attend ceux qui oeuvrent au service des populations démunies. De la Croatie à l’Afghanistan c’est une vie exaltante que l’on partage en sa compagnie. Elle a été obligée de se retirer car le corps et un peu l’esprit ne suivait plus. Dur à encaisser toute cette détresse humaine.

En mission. Une vie au sein de la Croix-Rouge. Élisabeth Carrier. Québec Amérique 550p.    www.quebec-amerique.com

 

 




 


Roman autour de la spoliation d’œuvres d’art par les nazis

 

Il s’appelle Ben Conti et vit à Dublin. A l’occasion de la mort de sa mère, il va découvrir dans le grenier une œuvre qu’il croît être l’œuvre de Modigliani. De fil en aiguille il va se rendre compte grâce à la présence d’une personne, que sa famille était mêlée à l’entreprise de spoliation des œuvres d’art par les nazis. Joseph Hone avec Une ombre au tableau se sert beaucoup de son expérience au cinéma pour créer un suspense jusqu’à la fin. On applaudit presque la conclusion comme on le ferait au générique d’un film exceptionnel.

Une ombre au tableau. Joseph Hone. Baker Street 344p.    

 




 


La cartomancie de précision

Le jeu de la voyante qui est une déclinaison de la cartomancie, connaît une popularité telle qu’il fallait bien un jour ou l’autre créer un guide pour la signification des cartes à l’endroit et à l’envers. Stéphanie Bellecourt comble cette lacune devant l’intérêt croissant pour ce jeu en raison de la précision des prédictions. Chaque carte a pour ainsi dire sa fiche signalétique. On reste bouche-bée devant ces descriptifs et tout ça à partir de simples cartes.

Guide pratique du jeu la voyante. Stéphanie Bellecourt. Éditions Exclusif 217p.  

 




 


Pièges mortels

Après avoir lu Bondrée d’Andrée A. Michaud vous ne marcherez plus dans la forêt sans regarder bien droit devant, mais surtout au sol, au cas où se trouveraient des pièges laissés à l’abandon. Dans ce roman, des jeunes filles en paieront le prix, vidées de leur sang après avoir été piégées de la sorte. Mais on se rendra compte que ce ne sont pas des accidents fortuits, mais bien l’œuvre d’un tueur. C’est le troisième volet de la trilogie américaine de l’auteure qui encore une fois cartonne à nous tenir en haleine.

Bondée. Andrée A. Michaud. Québec Amérique 296p.  
www.quebec-amerique.com

 






 


Sous les ponts de Paris et les majestueuses cathédrales de France

Jean-Marc Larbodière nous emmène faire une jolie balade dans la Ville Lumières pour aller à la rencontre des Ponts de Paris découverte & histoire. Dans la collection « Les essentiels du patrimoine » chez l’éditeur Massin qui nous avait permis de faire la tournée des belles salles de spectacles de la capitale parisienne. Apprenez toute l’histoire du pont de d’Austerlitz, celui de Tolbiac et l’incontournable Pont-Neuf. Trente-sept ponts sont ainsi décrits, fascinants par leur riche histoire. Et dans un même esprit et dans la même collection passons le flambeau à François Collombet qui lui nous sert de guide pour nous permettre de nous trouver Dans le secret des cathédrales. Quand on pense que nos infrastructures au Québec ne tiennent plus passé quarante ans et que nous nous retrouvons ici avec des temples millénaires qui se dressent fièrement. Et si on connaît bien les cathédrales de Chartres, Reims et Paris, vous prendrez plaisir à connaître celles de Quimper, Senlis, Bayeux et quoi encore. Ce sont des constructions vertigineuses qui défient les époques. A croire que Dieu existe puisqu’il les protège des outrages du temps. Et que dire des illustrations. Ici plus que jamais une image vaut mille mots.

Ponts de Paris découverte & histoire. Jean-Marc Larbodière. Massin  191p. 
Dans le secret des cathédrales. François Collombet 190p.   www.massin.fr

 




 


Une belle visite du Parlement de Québec

A moins de venir en groupe organisée, il est presque impossible, vu les mesures de sécurité accrues qu’un individu puisse pénétrer seul à l’intérieur de l’édifice du Parlement du Québec sans raison valable. C’est pourquoi vous apprécierez le bel album Le Parlement du Québec de Louise-Andrée Laliberté et Daniel Tremblay qui ont eu tout le loisir de photographier les moindres recoins de ce bel immeuble et des édifices attenants qui le compose. C’est un bijou patrimonial inestimable. Même ceux qui ont eu le loisir de s’y rendre vont découvrir des appartements et bureaux qui sont interdits d’office aux visiteurs. Les photographies sont rien de moins que superbes.

Le Parlement du Québec. Parcours photographique. Louise-Andrée Laliberté et Daniel Tremblay. Québec Amérique 174p.     www.quebec-amerique.com

 




 


Un album pour consigner les premiers faits et gestes du bébé

Mon livre de bébé est une sacrée bonne idée des éditions Lito. C’est qu’au fil des pages ont peut consigner toutes les observations autour des premiers faits et gestes du bébé avec l’incontournable empreinte des pieds. C’est en quelque sorte comme un gros « scrapbook » attrayant qui couvre les activités du poupon de la naissance à l’âge de trois ans. Un superbe cadeau à offrir à toute nouvelle maman. Le graphisme est soigné et ludique. Un bijou d’édition en son genre. En fin d’ouvrage on a eu la bonne idée d’installer des pochettes pour recueillir des photos souvenirs de l’enfant.

Mon livre de bébé. Collectif. Éditions Lito

 




 


Un avortement qui pèse lourd

Où trouve t’elle le temps, Marie-Bernadette Dupuy pour enchaîner les uns à la suite des autres les tomes de sa saga Angélina. Cette fois nous sommes gratifiés du titre « Le Souffle de l’aurore ». Angélina coule des jours paisibles à Saint-Lizier depuis son retour de Compostelle. Mais un scandale éclate. C’est que l’année précédente, elle a pratiqué un avortement sur Rosette sa jeune servante, elle qui venait d’attenter à ses jours. Es-ce que ce serait le curé à qui elle s’est confiée dans le secret du confessionnal qui a éventé l’affaire ? Bref, les deux femmes sont en attente de jugement et du pire. Le bras de la justice peut dans des cas semblables et à cette époque, se montrer impitoyable. Nous sommes haletés dans l’attente du dénouement. Encore là, la romancière maîtrise parfaitement son sujet.

Angélina. Le Souffle de l’aurore. Marie-Bernadette Dupuy. Les éditions JCL 572p.    www.jcl.qc.ca

 




 


Faire retrouver aux ados le goût de la nature

C’est un réel danger qui guette nos ados scotchés qu’ils sont aux médias sociaux et complètement déconnectés de la nature. C’est pourquoi saluons l’initiative de Fiona Danks et Jo Schofield d’avoir réalisé ce livre merveilleux de créativité Créa-nature avec 70 idées pour jouer et créer à l’extérieur avec des matériaux naturels. Ainsi on suggère par exemple des peintures rupestres, des carreaux de plâtre à décorer, de fabriquer des chaises. Ça rappellera à certains des idées qu’on trouvaient jadis chez les scouts. Rien de tel que la créativité au grand air.

Créa-nature. Fiona Danks et Jo Schofield. Rustica éditions 158p.    www.rustica.fr

 




 


Le riz, ce repas des japonais

Le riz on le sait, est une composante majeure de la nourriture asiatique. Chez les japonais encore davantage puisque dans cette langue, le mot se dit « gohan » qui signifie repas. Pour vous donner un aperçu de la domination du riz dans la préparation des mets nippons, sachez que vous allez le retrouver dans les sushi, maki, chirashi, onigri, domburi, yakimeshi, mazé gohan. Laure Kié nous fait amène explorer les facettes merveilleuses du riz au pays du Soleil levant. Plus santé que ça…

Riz japonais. Laure Kié. Mango 143p.     www.mangoeditions.com

 




 


Les petits bijoux des 400 coups

 
Cinq titres nous parviennent des éditions des 400 coups. Les jeunes auditoires vont être conquis assurément. D’abord Le moustique un texte de Stéphanie Guérineau sur des illustrations de Marjorie Béal. Le malheur d’un moustique qui a le malheur de pénétrer une maison. Ah, qu’est-ce qui l’attend ? Puis un sujet tabou les crottes de nez. Oui vous avez bien lui, qui vous font l’objet d’un sympathique opuscule L’épopée de dame crotte de nez. Une idée originale certes d’Angèle Delaunais et des dessins de Caroline Hamel. Du côté des grands albums La petite truie, le vélo et la lune de Pierrette Dubé et illustrations d’Orbie. C’est Rosie une charmante truie qui découvre un vélo qui va bouleverser son existence. Ah, voici ce qui arrive aux curieux porcins qui quittent leur carré de boue. Puis à quelques jours de Pâques, pourquoi pas une aventure de petit lapin ? Paulin le lapin qui sent que ça sent les ennuis d’Alexandre Néraudeau et Loïc Méhée. Tout tourne autour d’une odeur insupportable, laquelle ? Enfin, Le problème de la cigogne de Nathalie Somers et Lydie Baron. On retrouve notre souris qui vient aider une cigogne en difficulté. Tous des titres craquants.

 






 


Le coin pouce vert

Connaissant la passion des québécois pour l’horticulture, nous nous devions de consacrer un coin aux premiers titres qui sont publiés touchant au domaine. Les quatre premiers titres sont édités chez Rustica. Xavier Mathias d’abord avec Les idées reçues du jardinier. C’est vraiment conçu pour les nuls en jardinage et on répond à toutes les idées préconçues. Un peu sous la forme questions et réponses ou affirmations et contre-informations. Pour aider à la floraison, il faut la pollinisation. D’où la nécessité de la présence d’abeilles qui butinent. Voici d’Henri Clément Le livre de bord de l’apiculteur, où tout connaître du rucher au fil des mois. Dans ce guide vous avez des fiches sur lesquelles vous pouvez consigner le suivi de vos ruches. Sa lecture nous réapprend à protéger coûte que coûte nos abeilles menacées par l’environnement pollué. Vous voulez de beaux fruits ? Un indispensable, Le petit traité rustica des soins bio aux arbres fruitiers de Jean-Luc Petit. Toutes les clefs pour protéger les arbres fruitiers, des conseils de prévention et traitements bio. Des fiches aussi espèce par espèce pour traiter les maladies et les ravageurs ai cas par cas. Michel Caron, Laurent Bourgeois et Valérie Garnaud se sont mis à trois pour Le guide des plantes faciles à cultiver. Comment parvenir à ériger un potager, des plantes aromatiques, des arbres, arbustes, fleurs, plantes grimpantes et fruitiers. Tout sur les plantations, l’arrosage, la taille, de quoi se simplifier la vie. Et enfin chez Broquet, La Bible des Vivaces du jardinier paresseux de la grande autorité en matière horticole Larry Hodgson. Pour vous donner un aperçu de la popularité de ce titre au Québec, il s’en est venu 80 mille exemplaires en une décennie. Ce pavé présente 8000 espèces de cultivars de plantes vivaces adaptées au nord-est de l’Amérique du Nord. Ces plantes qui tenez-vous bien, requièrent une heure d’attention par semaine. Une sinécure, quoi!

 






 


Le coin santé physique et psychique

Notre section la plus suivie s’enrichit de nouveaux arrivages du plus haut intérêt. Virginie Megglé est psychanalyste. Elle nous soulage d’une consultation sur le divan avec Le bonheur d’être responsable aux éditions Odile Jacob. On sait que beaucoup d’entre nous entretiennent des culpabilités diverses où subissent des accusations. Comment se délivrer de ce poison. C’est tout le propos de ce traité de la respiration intérieure. Ensuite le docteur en lettres Alain Médam chez Liber avec Pour l’instant ou « De la fugacité de l’existence ». Il n’y a pas de fil conducteur sinon que de parler par petites touches de quelques thèmes existentiels. Parfois, pour lui qui est peintre, il y a des métaphores judicieuses. Le temps c’est précieux croit-on pouvoir comprendre et de ne pas le gaspiller. Il fallait y penser, pour les personnes en quête d’un cheminement spirituel et qui cherchent de bonnes adresses, voici chez Almora de David Dubois et Serge Durand le Guide de la spiritualité. Ce sont bien sûr des adresses européennes, françaises pour la plupart. Une floraison de coordonnées d’établissements qui tous rivalisent pour vous mener au nirvana de vous-même. Chez Sully, un titre à recommander pour ceux qui ont un intérêt pour les accompagnements en fin de vie, Les Bien-veillants d’André Sachet préfacé par la grande autorité en la matière Marie de Hennezel. On découvre les motivations de ces gens qui soutiennent les mourants. Le summum du geste humanitaire. Aux éditions le Dauphin Blanc la suite d’un best-seller, le Why café de John P. Strelecky. On se rappellera que cet homme va se trouver dans un café au milieu de nulle part dans les îles Hawaï et ici avec Le retour au Why Café il va se retrouver dix ans plus tard. Que va-t-il y trouver cette fois comme inspiration ? On vous le laisse le découvrir. Pour conclure, aux éditions De Vecchi, Amour! Amour! Est-tu là ? de Pierre de Boyard. Nous sommes ici dans l’alchimie de l’amour avec des recettes de philtre pour emprisonner le cœur de l’être aimé. Ce grimoire est intrigant. Pour ceux et celles qui font de l’amour le fondement de leur vie et qui sont prêts à tout pour capter l’attention de la personne convoitée.

 

ARTICLES ANTÉRIEURES

2014 : janvier : février : mars
2013 :
janvier : fevrier : mars : avril : mai : juin : juillet : août : septembre : octobre : novembre : décembre